Revenir à la rubrique : Faits divers

Rond de cartes : Un caïd bénédictin soupçonné d’enlèvement et d’extorsion

Pascal A. est suspecté d'avoir réglé lui-même ses comptes en récupérant une dette de jeu. En août 2021, il aurait fait irruption dans un rond de cartes à Saint-André, enlevé et séquestré un joueur avant de lui extorquer 15.000 euros et un véhicule.

Ecrit par Zinfos974 – le mercredi 26 janvier 2022 à 09H36

Pascal A., 44 ans, est décrit par le parquet général comme « un caïd de Saint-Benoit ». Le quadragénaire aux 22 mentions, employé de la mairie bénédictine, est actuellement en détention provisoire, suspecté d’enlèvement, séquestration et extorsion au sein d’un rond de cartes à Saint-André.

Les faits qu’il nie se seraient déroulés le 6 août 2021. Armé d’un fusil à pompe et accompagné d’un individu cagoulé muni d’un pistolet, Pascal A. aurait débarqué et enlevé un des joueurs. Il l’aurait conduit sur le front de mer, lui extorquant 15.000 euros en liquide. Ils se seraient ensuite tous rendus chez un concessionnaire. En guise de remboursement d’une dette de jeu, ils se seraient fait remettre un véhicule d’occasion d’une valeur de 40.000 euros appartenant à la victime.

22 mentions à son casier judiciaire

Selon les premiers éléments de l’enquête menée sous la houlette d’un juge d’instruction dionysien depuis novembre 2021, les deux protagonistes se connaissaient et avaient déjà eu des différends de même nature. Plusieurs plaintes en attestent.

Ce mardi, Pascal contestait le rejet de sa demande de remise en liberté. Le mis en cause de forte corpulence qui était recherché dans cette affaire avait été interpellé en décembre 2021 dans l’Ouest lors d’un contrôle, avant d’être placé en garde à vue. Le juge des libertés et de la détention avait ordonné qu’il soit écroué pour les besoins de l’enquête. Deux autres personnes ont également été mises en examen.

« Rien ne l’arrête »

Devant les magistrats de l’instruction et soutenu par son avocate, il a exprimé le souhait d’une assignation à résidence, ses conditions de santé étant selon lui incompatibles avec la détention. Une détention d’autant plus difficile à la maison d’arrêt de Saint-Pierre.

Pour la première fois depuis sa mise en examen, Pascal A. s’est exprimé au soutien de ses intérêts. Jusqu’à présent, il avait refusé de parler, mettant en doute l’impartialité des policiers. Malgré les déclarations de neuf témoins et de son co-auteur présumé, l’adjoint technique à la mairie de Saint-Benoit s’est présenté comme une victime extorquée.

« Ils ont peur de vous », a fustigé l’avocate générale, indiquant qu’une « partie du butin » n‘avait pas été retrouvée. « Il a forcé une des personnes présentes au cercle de jeu à le prévenir lorsque sa victime serait là. Rien ne l’arrête. Son mode de vie, c’est l’appropriation violente de la propriété d’autrui », a lancé Emmanuelle Barre, requérant le maintien en détention « du caïd ». 

Accusant la victime d’être soutenue par l’ancienne majorité et de « toucher des pots de vin », Pascal A. a demandé à ce qu’une expertise médicale soit réalisée afin de quitter la prison. Les magistrats de l’instruction en ont décidé autrement. Il reste sous les verrous.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

RN2 de Saint-André : Accident dans le secteur de Petit Bazar

Sur la RN2 à Saint André, suite à un accident qui s’est produit dans le secteur de Petit Bazar, la route a été fermée à la circulation en milieu de matinée dans le sens Nord/Est avec une déviation par la bretelle de sortie de l’échangeur, et la RN2002. Un sur-accident est ensuite survenu. La route a finalement pu être rouverte à la circulation en fin de matinée.

Prise illégale d’intérêts : Condamné, Olivier Rivière échappe à l’inéligibilité

En octobre 2020, Olivier Rivière était condamné en première instance pour prise illégale d’intérêts et concussion. Contestant tout, le maire de Saint-Philippe avait été rejugé en appel à sa demande. Le 25 mars 2021, il était condamné à trois ans d’inéligibilité et à huit mois de prison avec sursis en appel et annonçait son pourvoi en cassation qui a prospéré. Ce jeudi, alors que les mêmes peines ont été proposées à la cour, il n’écope pas d’inéligibilité, mais de huit mois de prison avec sursis et de 10.000 euros d’amende.