Revenir à la rubrique : Faits divers

?? Ritchie A. a perdu un oeil durant les manifestations, il porte plainte contre les forces de l’ordre

Le lundi 19 novembre, Ritchie A. manifestait avec les Gilets Jaunes, à Grande Fontaine. Vers 17h, il a reçu le projectile d'un tir dans l'oeil gauche, il a dû être opéré en urgence, mais son oeil est perdu. Ritchie réclame justice, il souhaite que les forces de l'ordre soient reconnues responsables de son handicap.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 27 décembre 2018 à 10H22

Ritchie est une figure reconnue dans son quartier de Grande Fontaine, à Saint-Paul. Il est un « grand-frère », participant à la vie de quartier, créant du lien social, notamment en organisant la fête des voisins, la fête de la musique, la fèt’ kaf… L’homme de 34 ans est père d’un enfant de 4 ans, apprécié de tous et travailleur. A la recherche d’un emploi, il a, ces derniers mois, en compagnie de cinq camarades, travaillé à créer lui-même son emploi, non sans mal. Il souhaitait, avant que la perte d’un oeil ne remette en cause ses projets, créer une activité d’emploi vert dans son quartier.

Désormais, le travail dans les espaces verts lui sera dangereux, il ne peut risquer une blessure à l’oeil droit. C’est un homme blessé, mais combatif, à la résilience impressionnante que nous avons rencontré. Il nous a relaté les faits de ce funeste lundi 19 novembre dernier, au tout début du mouvement social des Gilets Jaunes auquel il participait, en vue de plus de justice sociale pour son île et ses habitants.

Lundi 19 novembre, Ritchie s’est rendu dès le matin auprès des Gilets Jaunes, à Grande Fontaine. La veille au soir, des échauffourées avaient éclaté entre des jeunes du quartier et les forces de l’ordre. Pour éviter que de tels débordements ne se reproduisent, Ritchie s’est donc rendu sur place pour tenter de calmer la population, jouant le rôle de médiateur, palliant ainsi l’absence sur le terrain de la mairie de Saint-Paul selon lui.

Vers 16h30, revenant sur les lieux après être rentré chez lui déjeuner et se reposer un peu, Ritchie constate que les choses ont dégénéré, un groupe de jeunes ayant investi la quatre voies. Avec des Gilets Jaunes, il tente de les ramener à la raison et de leur faire quitter la quatre voies pour réintégrer le quartier, afin d’éviter que les forces de l’ordre ne fassent usage de la force contre eux. Vers 17h, alors qu’il se trouve entre Grande Fontaine et le pont de la quatre voies, dans un groupe de Gilets Jaunes comprenant femmes et enfants, Ritchie entend une première détonation, en provenance de la quatre voies. 

Les médecins ne peuvent éviter l’énucléation

Une seconde détonation résonne tout autour de lui, pour cause : il a reçu le projectile dans le visage. Une vive douleur le saisit, le regard que lui porte un ami est éloquent : Ritchie est touché à l’oeil. Immédiatement, son ami l’amène à l’hôpital Gabriel Martin, où un premier diagnostic tombe très vite: il risque de perdre son oeil. Ritchie est transféré à Bellepierre, où il est opéré, le chirurgien ne peut éviter l’énucléation. 

Le mercredi 21, Ritchie peut quitter l’hôpital, sous la condition de recevoir des soins infirmiers matin et soir durant un mois. Le vendredi 23 novembre, malgré la douleur et accompagné de sa femme, il tente de porter plainte à la gendarmerie de l’Etang Saint-Paul, mais trouve porte close, les gendarmes ayant fort à faire avec les manifestations et blocages partout sur l’île. Lorsqu’il tente de nouveau sa chance la semaine suivante, Ritchie est reçu par un officier, qui lui explique qu’il ne peut enregistrer sa plainte et qu’il va transmettre son numéro de téléphone ainsi que copie de sa carte d’identité à la section de recherches de la caserne Vérines. 

C’est un colonel de gendarmerie qui a finalement auditionné Ritchie A., le 5 décembre. Sur le récépissé de dépôt de plainte, l’objet de la plainte est laconique: « blessure à l’oeil gauche à l’occasion des événements survenus le 19 novembre 2018 sur la commune de Saint-Paul ». Ritchie est désormais représenté par Maître Rémi Boniface, qui a défendu l’emblématique Théo Hilarion, qui avait subi la même blessure dans des circonstances similaires, au Port, en 1994.

Richie A. réclame justice, il souhaite que les circonstances de la perte de son oeil gauche soient reconnues par l’Etat. S’il n’évoque pas une bavure, il estime que les forces de l’ordre doivent reconnaître leur « erreur ». La plainte de Ritchie est désormais dans les mains du procureur de la République, qui décidera des suites à donner à cette tragique histoire.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Viol d’une prostituée sur la voie publique : L’auteur présumé ne voulait pas payer

Gabriel*, mis en examen le 25 août 2022 pour un viol commis la veille sur une prostituée rencontrée via les réseaux sociaux, a donné des explications variables sur le non paiement de ses services. Il a été décrit par des experts comme ayant des difficultés relationnelles mais sans dangerosité criminelle. Malgré sa demande de libération, la chambre de l’instruction a maintenu sa détention, suivant l’avis du parquet général qui craint qu’il exerce des pressions sur la victime.

Trafic de stupéfiants en bande organisée : 45 kilos de zamal péi retrouvés au domicile d’un cultivateur

Jean-Cédric L., 45 ans, a été arrêté pour avoir cultivé 45 kg de cannabis chez lui, impliqué dans un trafic entre l’Île Maurice et La Réunion. Après un an en détention provisoire, il a été placé sous contrôle judiciaire, mais reste sous les verrous après un appel du parquet. Le réseau d’envergure bien huilé révèle des envois fréquents et volumineux vers Maurice.

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.