Revenir à la rubrique : Faits divers

Quatre mois de prison ferme pour le vol de la 106 abandonnée sur la RN2

Le Saint-Pierrois qui a volé une Peugeot 106 avant de l’abandonner sur la RN2 a été jugé en comparution immédiate ce vendredi. Inconnu de la justice jusqu’à la semaine dernière, il s’est particulièrement illustré depuis. Il a été condamné à 10 mois de prison, dont 6 avec sursis.

Ecrit par 1776023 – le vendredi 26 août 2022 à 17H16

Mercredi dernier, l’abandon d’une Peugeot 106 sur la quatre voies de Grands-Bois à Saint-Pierre avait fait les gros titres. L’auteur du vol a rapidement été interpellé par les policiers. Il a été présenté au tribunal ce vendredi dans le cadre d’une comparution immédiate. Outre les vols, la conduite à risque et sans permis faisaient partie des chefs d’inculpation.

Âgé de 21 ans, Luc* était inconnu de la justice. Vivant en couple, avec un enfant, il a également un CDI. Pourtant, se sentant« enfermé » dans cette vie de famille et s’échappait dans les stupéfiants. Il affirme d’ailleurs fumer du zamal depuis le CM2. 

Inconnu de la justice jusqu’à lundi

Le 22 août, il s’est illustré en s’introduisant dans un hôtel de Saint-Pierre où il a volé un sac à main dans une chambre. Interpellé par la police, il a eu droit à un rappel à la loi. Envoyé à l’hôpital pour des raisons de santé, il s’échappe, car « on l’obligeait à prendre des médicaments. »

Deux jours plus tard, après une nuit où il a consommé à peu près l’ensemble des drogues en circulation dans l’île, il se pose à côté d’une boulangerie, car il avait faim. Vers 6h, il voit un client arriver et laisser les clés sur le contact. Il voulait retrouver sa copine et a donc vu là l’occasion de la rejoindre.

À la barre du tribunal, il détaille avec précision sa folle course qui aurait pu être dramatique. Il va certaines fois tiquer sur des détails inscrits sur la procédure, mais reconnaît l’ensemble des faits. Il déclare avoir mérité les « 2-3 coups de poing » que lui auraient donnés les policiers. Il promet d’ailleurs de rembourser les victimes.

Malgré les aveux, son témoignage passe mal

La procureure Caroline Calbo lui rappelle que « ce n’est pas ‘s’il faut rembourser’, mais qu’il FAUT rembourser ! Car cela fait partie de la sanction pénale ». La représentante du ministère public voit dans son témoignage « quelque chose d’artificiel, de factice ». C’est pourquoi elle requiert une peine de 10 mois de prison, dont 6 avec sursis, 150 euros d’amende, ainsi qu’une obligation de soins et de rembourser les victimes.

Me Bruno Raffi va de son côté expliquer l’attitude de son client. « Les gens se défendent comme ils peuvent. S’il venait d’un milieu aisé, il aurait paru autrement devant vous, mais il a le bagage culturel qu’il a. Il ne vient pas d’une classe sociale qui a le verbe facile », explique la robe noire. Il ajoute que la prison risque d’avoir des « effets préjudiciables sur son esprit jeune et malléable ».

Le tribunal va suivre les réquisitions et le condamner à 10 mois de prison, dont 6 avec sursis. La peine ferme pourra être aménagée avec le juge d’application des peines. Il a également des obligations de soins, de rembourser les victimes, de travailler et de rembourser les sommes dues au Trésor public. 

Enfin et surtout, il va devoir composer avec la peine que va lui infliger la mère de son enfant, qui a été ravie d’apprendre qu’il « se sent enfermé dans sa vie de famille depuis 6 ans ».

*Prénom d’emprunt

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Colis suspect : Suspicion de poudre blanche à l’agence Citya de St-Denis

Déploiement impressionnant des forces de l’ordre vendredi soir à l’agence immobilière Citya de Saint-Denis. Une dizaine d’engins de la police et des secours sont présents. Une équipe de déminage et des ambulanciers ont fait le déplacement suite à une alerte au colis suspect au sein de l’entreprise située au carrefour de la Rue de Paris et de la rue Sainte-Marie. Le dispositif a été levé peu avant 20 heures. La substance découverte n’était ni chimique, ni explosive. Elle a été envoyée dans un laboratoire pour analyses. Une information exclusive de Zinfos974.

Indemnités de logement : Didier Robert poursuivi pour concussion et prise illégale d’intérêts

Didier Robert, toujours sous enquête pour des indemnités de résidence perçues entre 2016 et 2019, potentiellement supérieures à son loyer devra en répondre prochainement devant le tribunal correctionnel. Après une condamnation en 2021 pour abus de biens sociaux et une relaxe en 2024 pour l’affaire des emplois de cabinet, c’est la troisième comparution pénale pour l’ancien président de la Région Réunion. Une information Zinfos974.

Un homme violenté puis séquestré dans le coffre de sa voiture

Un homme de 30 ans comparaissait ce lundi dans le cadre de la comparution immédiate pour des faits de séquestration et de violences. La victime a reçu une ITT de 60 jours. Tout est parti du témoignage d’un chauffeur-livreur qui a assisté à la scène d’enlèvement en pleine rue.