Revenir à la rubrique : Faits divers | Politique

Petite-Île : L’opposant de Serge Hoareau condamné pour diffamation

Jean-Hugues Suzanne était jugé hier pour diffamation à l'encontre du maire de Petite-Île. En début d'année, l'opposant municipal publiait diverses accusations sur l'édile de manière hebdomadaire sur son compte Facebook. Il a été reconnu coupable, le tribunal estimant qu'il devait s'exprimer dans les lieux destinés au débat politique.

Ecrit par Gaëtan Dumuids – le vendredi 08 décembre 2023 à 11H56

S’il a brillé par son absence au Conseil municipal depuis les élections de 2020, Jean-Hugues Suzanne a tout de même voulu se faire entendre auprès de la population. Mais plutôt que d’utiliser le Conseil municipal ou la partie réservée à l’opposition dans le journal de la ville pour cela, l’opposant a préféré utiliser son compte Facebook pour un édito du lundi assez particulier.

Entre janvier et février, Jean-Hugues Suzanne a lancé plusieurs accusations envers le maire de la commune. Entre une supposée relation entre lui et son ancienne directrice de cabinet qui aurait abouti à un délit de favoritisme, des détournements de fonds publics « en misouk » ou encore des prises illégales d’intérêts sur le dos des seniors, les accusations sont graves.

« J’estime avoir fait mon devoir d’informer la population sur les détournements de fonds publics. Je n’ai rien contre la personne de Serge Hoareau, j’ai juste joué mon rôle d’opposant. J’ai peut-être dit des choses qui dépassent ma pensée, mais sur le fond, j’ai pas l’impression d’avoir diffamé, j’ai juste dit la vérité », s’est défendu Jean-Hugues Suzanne.

« C’est une vraie campagne de dénigrement« 

Les deux avocats du maire de Petite-Île vont démontrer que les attaques ont débuté lorsque la subvention municipale n’a pas été renouvelée pour l’association présidée par l’épouse de l’opposant. Cette association, destinée à permettre aux seniors d’avoir des activités, avait fait l’objet d’une main courante pour ne pas avoir respecté les promesses lors d’un voyage de groupe en Thaïlande. Une plainte qui a motivé le non-renouvellement de la subvention.

« Jean-Hugues Suzanne considère que le lieu du débat public ne se joue pas dans le lieu consacré, mais dans le déversoir des réseaux sociaux. Il y a 75 publications qui visent expressément Serge Hoareau. C’est une vraie campagne de dénigrement. La liberté d’expression n’est jamais absolue, il y a une limite, surtout quand cela dévie en attaque personnelle », souligne Me Laurent Pasquet-Marinacce, l’un des conseils du maire de Petite-Île.

Me Jérôme Maillot, également venu défendre Serge Hoareau, ajoute « qu’à part ses déclarations, la base factuelle a de sérieux défauts. Il ne vient pas au Conseil municipal comme les électeurs lui ont donné mandat. Il ne s’exprime que dans un lieu moins contradictoire qu’est Facebook. Il refuse même de créer un groupe d’opposition pour écrire dans le journal municipal. »

« Il a surtout eu de la maladresse« 

Pour défendre l’opposant, Me Fabrice Saubert va déjà rappeler le faible impact qu’ont les posts sur Facebook, avec seulement 4 ou 5 commentaires chacun et encore moins de partages. « En écoutant la partie civile, on a l’impression qu’à La Réunion, il y a l’édito du samedi de Jacques Tillier et le post du lundi de Jean-Hugues Suzanne. Je ne suis pas sûr que Serge Hoareau se réveillait le lundi matin, terrifié à l’idée du nouveau post à venir », argumente-t-il.

L’avocat de la défense va ensuite poursuivre en expliquant que son client est « maladroit, car c’est son premier mandat » et « qu’il peut faire un lien entre sa candidature aux élections municipales et la fin de la subvention pour l’association de sa femme. Est-ce diffamatoire ? Il a surtout eu de la maladresse. Allez expliquer ça dans un Conseil municipal avec un public hostile. De plus, l’évolution de la directrice de cabinet pose question », affirme Me Saubert qui demande la relaxe.

Finalement, les juges vont le reconnaître coupable en précisant que « les propos dépassent ce qui est dans le cadre du débat politique ». En répression, il est condamné à une amende de 1500 euros avec sursis et doit verser 500 euros à Serge Hoareau pour le préjudice moral. Les magistrats ont rappelé à l’opposant que « ses accusations doivent être faites dans les lieux prévus à cet effet. »

S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Royal Bourbon
2 mois il y a

Je ne connais pas leur histoire mais une chose est certaine c’est que la diffamation n’a jamais été étudiée sur preuve mais toujours condamnée par notre justice !

Sachant qu’un juge appartient fatalement à une idéologie politique, de facto, il condamne de ses pleins pouvoirs ceux du camp adverse sans chercher à pousser plus loin les investigations !

A contrario, lorsque l’Etat se retrouve avec un Ministre ou un politique de son camp en transgression, le procès se termine par un non lieu ! Ce qu’on appelle des affaires politico-judiciaires avec une issue toujours favorable à l’Etat !

A ce titre, notre Monarchie se doit de respecter la séparation des pouvoirs (législatif, exécutif et judiciaire) !

Il n’y a pas besoin de faire Sciences-Po pour comprendre que le judiciaire est totalement contrôlé par l’exécutif dans ces affaires politico-judiciaires !

Et le législatif aussi d’ailleurs puisque l’exécutif utilise des armes balayant d’un revers de main les parlementaires, appelé le 49.3 !

Rien n’est démocratique en France, tout est sous contrôle !

Thomas Grondin
Répondre à  Royal Bourbon
2 mois il y a

Indiscutablement il est protégé le Macroniste Serge Hoareau !!!

Michel
2 mois il y a

Vous allez apprendre qu’à la réunion on ne s’attaque pas à certaines politiques. Vive notre justice…

lolo
2 mois il y a

ses accusations doivent être faites dans les lieux prévus à cet effet mais rien n’a été dit sur le fondement de ses accusations on peut donc largement penser qu’elles sont pleines de vérités … Bienvenue à La Réunion où certains politiques sont intouchables

Totoss tonmomon.
2 mois il y a

 » . Les magistrats ont rappelé à l’opposant que « ses accusations doivent être faites dans les lieux prévus à cet effet. » »

C’est le problème de la démocratie en France, ne pas soutenir Israël dans ses crimes fait de nous des antisemites, interdire l’abaya est laïc, allumer la première bougie de la fête juive est laïc aussi, il n’y a pas de génocide en Palestine car on ne nous le montre pas,
Les problèmes à Saint Philippe, ne devraient pas sortir de Saint Phillipe.

Dans la même rubrique

Édouard Philippe : « L’école est la priorité numéro 1 »

Pour sa deuxième journée sur l’île, Édouard Philippe s’est rendu dans le Sud pour y rencontrer les maires du Tampon et de Saint-Pierre. Dans la capitale du Sud, l’ex-Premier ministre a pu découvrir le projet Cayenne mené par l’ADAPEI et sa mission envers les jeunes porteurs de handicap.

Edouard Philippe affûte sa droite et sa gauche pour 2027

Le combat politique pour 2027 s’ouvre déjà sans le dire. L’ancien Premier ministre Edouard Philippe poursuit son tour de France des régions en tant que président de son parti Horizons. Depuis ce mardi, il part à la rencontre des élus et acteurs socio-économiques réunionnais pour se faire un aperçu des réalités locales, lui qui n’avait pas eu l’occasion d’effectuer un déplacement lorsqu’il était locataire de Matignon. Ce mercredi matin à Montgaillard Saint-Denis et aux côtés de l’adjointe Brigitte Adame et du coach Didier Wullschleger, le maire du Havre a enfilé les gants de boxe au moment de découvrir le travail mené en faveur des jeunes de l’association EPA (Ecoute-moi, Protège-moi, Aide-Moi). Sur des images de Pierre Marchal de l’agence Anakaopress.

Statue La Bourdonnais : l’association requérante perd le chrono face à la mairie de Saint-Denis

L’association Fort Réunion n’obtiendra pas de sursis pour la statue de François Mahé de La Bourdonnais. Le juge des référés du tribunal administratif rejette sa requête pour des questions de forme : l’association n’a pas assez d’ancienneté. L’urgence à suspendre les effets du permis de construire de la mairie portant sur la dépose de la statue et sa restauration n’a donc pas été reconnue en attendant que le juge se prononce « sur le fond » dans plusieurs mois.

William porté disparu depuis le 25 novembre

William Mardémoutou a été vu pour la dernière fois le 25 novembre dernier à Saint-Benoît. Il est âgé de 45 ans, il mesure entre 1,70 et 1,75m, il est de type Indopakistanais, de corpulence normale et a les cheveux courts, noirs et épais. Si vous disposez d’informations, appelez la gendarmerie de Saint-Benoît au 0262 50 33 82 ou en dehors des heures ouvrables, composez le 17.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial