Revenir à la rubrique : Politique

Olivier Becht appelle les entrepreneurs réunionnais « à exporter »

Le ministre du Commerce extérieur, de l'Attractivité et des Français de l'étranger s'est entretenu avec la présidente de la Région Réunion. Ils ont notamment évoqué les stratégies de développement du secteur de l'export à La Réunion.

Ecrit par N.P. – le mercredi 29 novembre 2023 à 19H31

Le ministre du Commerce extérieur, de l’Attractivité et des Français de l’étranger, Olivier Becht, est à La Réunion pour une visite officielle. Il a rencontré la présidente de Région Réunion, Huguette Bello. Ils ont échangé sur les possibilités d’exportation des produits réunionnais dans la zone.

Olivier Becht a notamment cité les produits qui peuvent être exportés dans le reste du monde avec bien sûr une priorité donnée à notre bassin géographique. Il déclare : « Mon but avec Business France, c’est de pousser les entrepreneurs réunionnais à exporter d’abord dans l’environnement proche de l’océan Indien dont La Réunion est le vaisseau amiral de la France avec cette capacité à se déployer à la fois vers les pays d’Afrique mais aussi vers l’Inde, l’Australie et derrière vers les pays asiatiques. »

Sur la question du commerce extérieur de l’île et sur le déséquilibre de la balance commerciale de La Réunion, il a indiqué qu’il n’était pas question de freiner les importations, mais plutôt de mettre l’accent sur les produits de qualité produits localement. « Notre objectif est d’aider les entreprises à exporter les produits. Exporter, ça veut dire produire plus. Produire plus, ça veut dire plus de gens, des salaires plus élevés. C’est un rapport gagnant-gagnant pour tous« , assure-t-il.

 

Huguette Bello a fait un point sur l’octroi de mer : « L’octroi lé pa l’auteur de la cherté des marchandises ici à La Réunion ». Comme lors du CIOM, Elle compte demander au ministre délégué chargé des Outre-mer de porter une grande attention à ce sujet.

« Il faut booster l’exportation, le commerce, l’industrie de La Réunion vers l’Hexagone, l’océan Indien. Nous occupons une position géostratégique importante convoitée par les grandes puissances », a-t-elle affirmé.

 

(Images : Samuel Irlepenne)

 

Thèmes : Olivier Becht
S’abonner
Notification pour
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Alé dit par tout
2 mois il y a

D’où sort-il ce type ?
Facile de dire des mots creux, parlant de l’export.
Encore un qui se prend pour le père noël en novembre

Marie
2 mois il y a

facile a dire mais je crois que nos agriculteurs, eleveurs savent ce qu’ils peuvent ou non exporter

l’ananas en est un bon exemple car il est excellent

le fromage quand a lui n’est pas terrible

ma vérité
2 mois il y a

MDR exporté quoi la connerie sa ses ok sa déborde ici

Bruno MARTIN
2 mois il y a

Mensonge de la part de madame Bello qui prétend que l’octroi de mer n’est pas responsable de la vie chère, car elle y contribue largement avec le fret !
Le pourcentage d’octroi de mer et même plus important pour les pauvres que pour les riches, en effet, en appliquant l’octroi de mer sur le transport proportionnellement plus élevé sur les produits premiers prix que les produits haut de gamme, il en va de même pour l’octroi de mer !
L’état dépense beaucoup plus d’argent pour réparer les conséquences de la vie chère que ce qu’il en couterait en supprimant la vie chère à la source en finançant le fret et en compensant l’octroi de mer.
Pour favoriser l’économie péi, il suffirait d’instaurer une TVA locale « Bonus Malus » ou le surcout des importations financerait la baisse des prix de la production locale tout en étant neutre pour les consommateurs au SMIC ou au RSA et sans impact pour la matière première des entreprises qui récupère cette TVA !
Un consommateur du privé qui subit la vie chère génère 35% de chômage par sa sous-consommation par rapport au consommateur du secteur public ! Il est donc évident que la collectivité gaspille son argent en indemnisant les pertes d’emplois qui ne peuvent pas être créés du fait de la vie chère !
Et si on veut favoriser l’exportation, pareil: l’état doit financer le transport entre la Réunion et l’hexagone avec une vraie centrale d’achat implantée en métropole, dotée d’un site internet pour permettre aux professionnels comme aux particuliers de commander des produits fabriqués à la Réunion !
https://www.facebook.com/brunomartin974

Creol
2 mois il y a

Faut exporter de l’herbe locale bio et on équilibrera la balance

Fidol Castre
2 mois il y a

On maintient la magouille de l’industrie du sucre (diabète, cancer…), on monopolise les terres pour la culture de la canne…et ensuite : exportez ! exportez !

Si un agriculteur veut sortir de la canne et exporter des mangues, combien de temps faut-il pour qu’un arbre soit planté et qu’il donne des fruits ? Il faut l’accompagner…mais peut-il compter sur la chose la moins fiable du monde : la parole d’un macroniste !

Oufti
2 mois il y a

On va exporter quoi ? Les requins ? Encore du bla bla bla à la macron

bob
2 mois il y a

Exportez les élus vers la France !!!

Dans la même rubrique

Édouard Philippe : « L’école est la priorité numéro 1 »

Pour sa deuxième journée sur l’île, Édouard Philippe s’est rendu dans le Sud pour y rencontrer les maires du Tampon et de Saint-Pierre. Dans la capitale du Sud, l’ex-Premier ministre a pu découvrir le projet Cayenne mené par l’ADAPEI et sa mission envers les jeunes porteurs de handicap.

Edouard Philippe affûte sa droite et sa gauche pour 2027

Le combat politique pour 2027 s’ouvre déjà sans le dire. L’ancien Premier ministre Edouard Philippe poursuit son tour de France des régions en tant que président de son parti Horizons. Depuis ce mardi, il part à la rencontre des élus et acteurs socio-économiques réunionnais pour se faire un aperçu des réalités locales, lui qui n’avait pas eu l’occasion d’effectuer un déplacement lorsqu’il était locataire de Matignon. Ce mercredi matin à Montgaillard Saint-Denis et aux côtés de l’adjointe Brigitte Adame et du coach Didier Wullschleger, le maire du Havre a enfilé les gants de boxe au moment de découvrir le travail mené en faveur des jeunes de l’association EPA (Ecoute-moi, Protège-moi, Aide-Moi). Sur des images de Pierre Marchal de l’agence Anakaopress.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial