Revenir à la rubrique : Politique

Nos députés devront repasser pour lever le voile sur les marges du groupe Hayot

Les députés ultra-marins restent sur leur faim. Après six heures d’audition des dirigeants du groupe Bernard Hayot dans le domaine alimentaire notamment, ils n’en savent pas plus sur les marges pratiquées par la multinationale.

Ecrit par LG – le jeudi 18 mai 2023 à 14H23

Sommés d’en dire plus sur la politique tarifaire de leur groupe en outre-mer, les dirigeants du groupe Hayot n’ont pas tremblé. 

Face à eux, quatre députés réunionnais et d’autres parlementaires ultramarins dont Johnny Hajjar, député martiniquais et rapporteur de la commission d’enquête portant sur le coût de la vie.

Lors de son intervention, le député réunionnais Philippe Naillet a notamment déploré le manque de transparence de GBH qu’il tient du rapport rendu public en 2022 par l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires (OPMR). Celui-ci relevait que la quasi totalité des dirigeants des acteurs de la distribution généraliste avaient accepté de fournir un inventaire précis avec leurs chiffres d’affaires respectifs mais que GBH avait refusé. 

« Une opacité entretenue qui sous-entend que vous avez des choses à cacher », en a conclu le député de la 1ère circonscription de La Réunion.

Interpellé par Frédéric Maillot se rappelant d’une promesse de GBH en 2020 lors de son rachat de Vindémia, Stéphane Hayot, directeur général du Groupe Bernard Hayot, a confirmé au député de la 4ème circonscription que ses magasins avaient bel et bien appliqué cette « promesse de campagne », telle que venait de la qualifier non sans ironie Frédéric Maillot. 

« Nous n’avons pas baissé de 4% les prix dans nos magasins repris mais de 7% », est même allé plus loin Stéphane Hayot aux côtés de Michel Lapeyre, directeur général de GBH Océan Indien et de Christophe Bermont, directeur des magasins GBH Carrefour en Martinique.

« Nous sommes en position dominante nulle part »

Karine Lebon a quant à elle choisi d’énumérer une à une les entreprises de GBH à La Réunion pour illustrer à quel point la multinationale occupe beaucoup de segments dans l’économie, de l’alimentaire en passant par les concessions auto jusqu’aux pièces détachées. Une entreprise née en 1960 et présente à ce jour dans 17 territoires dont l’île de La Réunion depuis 1984.

« Nous considérons que nous sommes en position dominante nulle part. La positon dominante c’est une position qui vous permet d’agir sans vous préoccuper de vos concurrents ou de vos clients. Dans aucun cas nous ne sommes dans ce cas-là », lui a répondu Stéphane Hayot.

Face à cette salve de questions des députés, les dirigeants d’Hayot ont notamment appelé les collectivités régionales, qui fixent le taux de l’octroi de mer, à ajuster certains d’entre eux pour répondre aux attentes des consommateurs sur la baisse des prix.

Les conclusions de cette commission d’enquête doivent faire l’objet d’un rapport qui sera rendu public en août.

Voici un extrait des interventions de ce mercredi après-midi à l’Assemblée nationale : 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Législatives : La demi-union de la gauche réunionnaise

Les plateformes de la gauche réunionnaises se sont rencontrées mercredi soir au siège du TO pour émuler l’union nationale des forces de progrès signée en vue des élections législatives. Un accord pour une candidature unique par circonscription n’a été trouvé que pour trois des six députés sortants de l’ex-Nupes.

[Communiqué] Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues

Après les élections européennes du 9 juin marquées par une abstention record et une montée de l’extrême droite, l’intersyndicale de La Réunion appelle à un sursaut démocratique et social. Elle exhorte les travailleuses, travailleurs, retraités et étudiants à manifester le samedi 15 juin à 10h à la Préfecture de Saint-Denis pour défendre les droits sociaux et environnementaux et contrer la politique de régression sociale du gouvernement.

[Communiqué] « Action Populaire de La Réunion appelle à la plus grande mobilisation de l’ensemble des forces de gauche »

Après l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République, Action Populaire de La Réunion (APR) appelle à un rassemblement des forces de gauche et progressistes en vue des élections législatives des 30 juin et 7 juillet, visant à réélire les députés sortants et à remporter la troisième circonscription de La Réunion.