Revenir à la rubrique : Communiqué

Manifestation des policiers municipaux le 3 février

L’UNSA Territoriaux de La Réunion soutient les rassemblements des policiers municipaux le 3 février devant les préfectures.

Ecrit par N.P. – le mardi 30 janvier 2024 à 13H48
Illustration : Alexandre Robert

Communiqué

VOLET SOCIAL AU POINT MORT… L’UNSA Territoriaux de la Réunion soutient les rassemblements des policiers municipaux devant les préfectures de région le 3 février 2024.

La situation des policiers municipaux demeure critique, et l’UNSA Territoriaux de La Réunion exprime son soutien total au mouvement de manifestation qui se déroulera au niveau national le 3 février 2024.

Cette mobilisation vise à attirer l’attention des autorités sur les revendications légitimes des agents, laissées sans réponse depuis le remaniement gouvernemental du 8 janvier 2024.

Le 31 octobre dernier, la ministre déléguée aux collectivités territoriales et à la ruralité avait promis de fournir des réponses chiffrées avant la fin de l’année dernière. Cependant, aucune suite n’a été donnée à cette promesse, et les négociations sont de facto à l’arrêt depuis la « disparition » de Dominique FAURE.

Des revendications ont été obtenues et actées dans deux décrets du le 23 novembre 2023 : Mesures statutaires visant à « décontingenter » l’accès à l’échelon terminal de la catégorie C, 1400 agents brigadiers-chefs concernés.

Alignement des carrières et des grilles indiciaires des directeurs de police municipale sur les grilles de la catégorie A-type, 180 agents concernés.

Trop de laissés pour compte… Seuls 1 580 agents seraient concernés sur les 26 000 que compte la police municipale, -6 % de l’effectif global. Cependant, des revendications cruciales restent en suspens, notamment l’intégration de la prime police dans la retraite des agents.

En attendant de dénoncer l’inertie des pouvoirs publics, l’UNSA Territoriaux appelle les policiers municipaux à soutenir ce mouvement national. Il est temps que nos préoccupations soient prises au sérieux, et que des mesures concrètes soient prises pour améliorer nos conditions de travail et reconnaître notre engagement au service de la collectivité.

Les agents de la filière sécurité ne peuvent plus tolérer d’être une police supplétive, sollicitée au gré de l’actualité, sans la reconnaissance méritée. À la Réunion, une motion sera transmise au préfet, via le 1er Ministre.

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Olivier
25 jours il y a

La polisse, zot po lé pa lisse, komor la grafinn zot figuir !

Dans la même rubrique

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial