Revenir à la rubrique : Société

« Ma vie pendant 24h dans la peau d’un SDF »

A l’instar d’un journaliste qui s’était glissé pendant trois semaines dans la peau d’un SDF bravant le froid hivernal de la métropole, un étudiant de la licence info-com de l’Université de la Réunion a réalisé l’expérience pendant une journée, dans les rues de Saint-Denis. L'article est paru dans le journal étudiant, Varangue.

Ecrit par Melanie Roddier – le mercredi 20 mai 2009 à 06H10

« Voilà un peu plus de deux heures que je suis levé. J’ai toujours le ventre vide. J’arpente la rue du Général de Gaulle et entre dans la boutique solidarité« …Ca y est, le journaliste en herbe, Antoine Forestier, a démarré son expérience.

Son objectif ? Vivre, le temps d’une journée, le quotidien d’un Sans Domicile Fixe. La sensation de faim, le regard des autres, la solitude, l’impossibilité d’accéder aux soins ou aux transports…Antoine Forestier nous plonge, avec succès,  dans un univers que de plus en plus de personnes connaissent.

La DRASS dénombre 200 à 400 SDF sur l’île. Recensement qui corrobore les données apportées hier par la fondation Abbé Pierre. Son rapport annuel dresse un portrait très morose de la situation actuelle. La pauvreté augmente, les logements manquent, si bien qu’en métropole les enfants de Don Quichotte ont ressorti leurs tentes.

Des chiffres qui augmentent, des structures d’hébergement qui ne sortent pas de terre et des acteurs sociaux qui travaillent dans l’ombre au service des SDF. Le dossier réalisé par cet étudiant est rempli d’informations intéressantes concernant la Réunion…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Loin de la légende de Libertalia, enquête sur un « repaire de forbans » à Madagascar

Entre les années 1690 et 1720, l’île de Sainte-Marie a abrité un comptoir pirate pour la négoce des butins volés, mais aussi pour la traite des esclaves. Les recherches menées par l’archéologue Jean Soulat et son équipe internationale tendent à faire ressurgir du passé les contours d’un campement de forbans dans la baie d’Ambodifotatra. Une base pirate organisée autour d’un site de carénage, d’une canalisation d’eau douce et d’un fortin dédié à la protection des lieux.

L’incorrigible MIKL

Le spécialiste du zouk à La Réunion, MIKL, a dévoilé son nouveau projet « Collé ». Le clip, déjà visionné plus de 150.000 fois en trois semaines, met en relation une histoire d’amour avec ses hauts et ses bas.