Revenir à la rubrique : Social

Logement : Une « bombe sociale » selon le président d’Action Logement

Bruno Arcadipane, le président d'Action Logement, met en garde le gouvernement sur sa politique de logement. Il s'inquiète des choix gouvernementaux qui risquent d'aggraver une situation déjà précaire et avertit d'un risque d'explosion.

Ecrit par NP – le samedi 20 mai 2023 à 07H24

Dans une interview accordée à l’AFP, Bruno Arcadipane, le président d’Action Logement, critique les coupes budgétaires envisagées par le gouvernement dans le secteur. Selon lui, « c’est inadmissible. Nous devons relancer la construction, sinon nous activons une bombe sociale. » Il souligne qu’Action Logement, qui est géré par le patronat et les syndicats et finance des logements sociaux ainsi que des aides à la mobilité professionnelle grâce à une contribution des entreprises (PEEC), joue un rôle important.

Les déclarations de l’Exécutif concernant le logement suscitent des inquiétudes, alors que le Conseil national de la refondation (CNR), voulu par Emmanuel Macron, travaille sur des propositions qui tardent à être présentées officiellement. Le président de la République a récemment critiqué « un système de surdépenses publiques pour de l’inefficacité collective », tandis que le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal, a averti que le secteur du logement serait particulièrement touché par la réduction des dépenses publiques.

Bruno Arcadipane réagit en disant : « C’est surtout inconséquent au moment où le secteur a besoin d’une forte impulsion. Cela démontre l’absence de volonté et de vision en matière de logement. C’est plus qu’inquiétant socialement, mais aussi économiquement. »

« Il faut agir rapidement. La crise est là »

Le président d’Action Logement demande une aide immédiate de l’État pour sortir les professionnels de l’immobilier de la crise, caractérisée par des coûts de construction élevés et des difficultés d’accès au crédit. « Il faut agir rapidement. La crise est là » prévient-il en ajoutant que si les besoins du secteur du logement ne sont pas pris en compte, cela conduira à une « bombe sociale » en raison du nombre de personnes qui auront du mal à se loger. Il rappelle qu’en 2017, il y avait 1,7 million de demandeurs de logement social, contre 2,4 millions aujourd’hui. Il s’interroge sur la réduction des moyens alors que la demande est en augmentation.

« L’État ne peut pas être un empêcheur d’avancer », estime Bruno Arcadipane. Il demande également à l’État de signer rapidement le projet de convention quinquennale 2023-2027 avec Action Logement, qui comprend des mesures telles que la réduction du taux du prêt accession de 1,5 % à 1 % pour aider les primo-accédants, ainsi que l’objectif d’augmenter le nombre de bénéficiaires de la garantie locative Visale à deux millions de personnes. Bruno Arcadipane souligne que cela soutiendra l’emploi et la réindustrialisation, ce que tout le monde souhaite.

Cependant, le président d’Action Logement s’oppose à son extension à tous les locataires sans conditions, telle que promise par Emmanuel Macron lors de sa dernière campagne. Il estime que la force et la reconnaissance du produit résident dans sa différenciation entre les salariés.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Croix Marine : les mandataires judiciaires autorisés à reprendre leurs activités

Dans un courrier adressé ce jeudi aux salariés, l’administratrice provisoire de la Croix Marine a assuré qu’ils pouvaient reprendre leurs activités, les mandataires étant appelés à traiter en premier lieu les situations d’urgence. L’association a la charge de 1.500 majeurs protégés sous tutelle ou curatelle, lesquels n’ont plus accès à leur argent depuis deux semaines.

[Communiqué] Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues

Après les élections européennes du 9 juin marquées par une abstention record et une montée de l’extrême droite, l’intersyndicale de La Réunion appelle à un sursaut démocratique et social. Elle exhorte les travailleuses, travailleurs, retraités et étudiants à manifester le samedi 15 juin à 10h à la Préfecture de Saint-Denis pour défendre les droits sociaux et environnementaux et contrer la politique de régression sociale du gouvernement.

Des agriculteurs réunis à la DAAF dans l’attente des aides promises par l’État

Inquiets et dans l’attente d’aides de l’Etat, notamment celles liées aux dégâts causés par le cyclone Belal, des agriculteurs se sont rassemblés dans les jardins de la DAAF depuis 9h00 ce mercredi matin à l’appel de l’UPNA. Une réunion avec les représentants de la DAAF est fixée à 10h00, pour aborder les difficultés financières de la profession. Le syndicat n’exclut pas un sitting de plusieurs jours sur place.

Association Croix Marine : « Les emplois seront préservés, c’est l’engagement du préfet »

Après sa rencontre avec le préfet Jérôme Filippini, l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974 a rassuré les grévistes de la Croix Marine en les assurant de la volonté des services de l’État de relancer l’activité de l’association d’ici le milieu de la semaine. Depuis le retrait de son agrément de mandataire de service pour les majeurs protégés, la Croix Marine ne peut plus effectuer de virement sur les comptes bancaires de 1.474 adultes sous tutelle ou curatelle.

Une « déficience de l’organisation générale » à l’origine des problèmes de l’association Croix Marine

Dans un rapport de la Direction du travail daté du 24 mai, les manquements de la direction et les mauvaises relations avec l’ancienne présidente de l’association figurent au premier plan des explications sur les dysfonctionnements de la Croix Marine. La mission d’inspection a ainsi constaté un nombre élevé de démissions ou d’arrêts maladie dans les différents services, avec pour conséquence la difficulté que rencontrent les majeurs protégés pour joindre leur tutrice.