Revenir à la rubrique : Faits divers

Les 7 Sri-Lankais pourraient quitter La Réunion dès ce soir

Suite au rejet de leurs recours par le tribunal administratif hier, la préfecture organise dès aujourd’hui le rapatriement des 7 pêcheurs sri-lankais. Arrivés sur notre île le 26 décembre dernier, leur demande d’asile avait reçu un avis défavorable de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides).  Pour l’instant, l’heure ou la date exacte […]

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 03 janvier 2019 à 15H01

Suite au rejet de leurs recours par le tribunal administratif hier, la préfecture organise dès aujourd’hui le rapatriement des 7 pêcheurs sri-lankais. Arrivés sur notre île le 26 décembre dernier, leur demande d’asile avait reçu un avis défavorable de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides). 

Pour l’instant, l’heure ou la date exacte du premier départ semble difficile à déterminer puisque la préfecture doit trouver des places libres dans les avions remplis en cette saison. D’autant que les personnes en situation illégale sur le territoire sont généralement accompagnées de deux agents de la police aux frontières durant le voyage. Les sept Sri-Lankais ont d’ailleurs peu de chances de voyager tous ensemble.

Ce sont également les places disponibles dans les vols qui détermineront la route empruntée par les Sri-Lankais : ils pourraient tout aussi bien transiter par l’île Maurice, comme prendre un vol direct vers l’Inde. 

Les sept demandeurs d’asile peuvent encore faire appel de la décision du tribunal administratif. Un recours non suspensif qui ne repoussera désormais plus leur retour vers leur pays d’origine.  

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-Leu : Le père de famille absent à son procès, mais bien présent dans la terreur

Un quadragénaire était jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour avoir fait vivre un cauchemar à la mère de son fils et à sa famille. En plus des violences et des menaces de mort, il est soupçonné d’avoir dégradé plusieurs véhicules. Faute de preuves matérielles pour ces derniers faits, le tribunal a préféré aller au-delà des réquisitions sur le reste afin d’assurer la paix aux victimes.

Elle tente de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans les bagages

Un couple était jugé jeudi 18 avril 2024 par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour blanchiment d’argent, abus de biens sociaux et transfert d’argent non déclaré entre pays. La femme a tenté de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans ses bagages. Un couple atypique dont la gestion du magasin et des finances étonne. Le jugement a été mis en délibéré.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : Un procès au goût amer dont l’épilogue est attendu le 21 mai

Le procès de Didier Robert, ancien président de la Région Réunion, s’est conclu après d’intenses débats judiciaires sur des accusations d’emplois fictifs et de détournement de fonds. Le délibéré de cette affaire politico-judiciaire, très attendu, sera rendu le 21 mai, en pleine période électorale. Les avocats des 11 prévenus, vent debout contre l’enquête préliminaire menée par des policiers spécialisés en la matière, ont unanimement plaidé la relaxe.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : « La fin ne saurait justifier les moyens »

La procureure de la République Véronique Denizot a demandé la condamnation des 11 prévenus de l’affaire des emplois présumés illégaux de la Région, ce jeudi lors de la quatrième journée du procès, une peine de 5 ans d’inéligibilité étant notamment requise pour l’ancien président Didier Robert, visé pour prise illégale d’intérêts et détournement de fonds . L’actuelle mandature de la Région, partie civile du procès, a demandé un préjudice à hauteur de 1,5 million correspondant à la somme des salaires versés aux huit conseillers techniques poursuivis pour recel.