Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Élections européennes 2019 : Quels enjeux ?

Présentation et débat par Bruno Bourgeon, vendredi 10 Mai 2019 à 18h30 à Saint-Denis à "Le Manguier"

Ecrit par Bruno Bourgeon – le jeudi 02 mai 2019 à 12H49

Née sous l’égide du libre-échange, l’UE regroupe 28 états (bientôt 27). Ce n’est pas une confédération. En l’absence d’une véritable constitution fédérale refusée en 2005, ce n’est pas non plus une fédération. S’appuyant sur les deux traités signés à Lisbonne le 13 décembre 2007, l’UE est une structure hybride avec un Conseil Européen qui définit les orientations et les priorités politiques, un Conseil de l’UE où les ministres se réunissent pour adopter les lois et coordonner les politiques, une Commission Européenne aux rôles exécutif et législatif, avec ses sous-commissions. 

Ces sous-commissions sont sous influence de lobbies représentant les entreprises et considérés comme experts par les politiques qui leur confient le travail législatif. 

Le lobbying est une plaie: il s’exerce dans les sous-commissions du conseil ou du PE. Cette influence permanente repose sur une organisation très structurée où les entreprises, même concurrentes, s’organisent en commun.

Les traités définissent la seule structure « démocratique » de l’UE, le Parlement européen, dont les députés sont élus pour 5 ans par les citoyens:

– Rôle législatif (acceptation ou refus des textes à adopter en co-décision)

– Rôle dans la préparation du budget et rôle de surveillance dans son exécution

– Élection du président de la Commission avec pouvoir de censure.

Bref c’est un pouvoir démocratique encore à construire. 79 député.e.s européen.ne.s représentent notre pays. Les sièges abandonnés par l’UK augmentent la délégation française de 5 élus. Plus de liste ultramarine.

Les élus français auront 10% environ. Leur poids dépendra de leur appartenance à un groupe du PE: à droite le PPE (Chrétiens démocrates), l’ALDE (libéraux), au centre gauche le PSE (social démocrates), et à gauche le GUE (gauche unie européenne), le PVE (Verts européens). Les conservateurs, eurosceptiques, extrême droite et populistes, minoritaires, progressent partout.

Les enjeux en France s’inscrivent dans le contexte des politiques d’austérité, et devant la montée de l’extrême droite :

– Lutte contre l’abstention, supérieure à 50% en 2014, qui fait le jeu des extrêmes

– Lutte contre le libre-échangisme par le recours à la solidarité autour des besoins des peuples plutôt que ceux des lobbies

– Intégration des impératifs de la transition énergétique et de la défense climatique

– Éviction d’une guerre froide avivée par Trump, Poutine, et les Chinois (vieux démon de l’agressivité commerciale).

Autres débats : pour ou contre l’UE telle quelle ; quid de l’Euro et de la BCE ; la montée des eurosceptiques; l’immigration. Le PE y aura peu de prise. Ces combats nous concerneront sur un tout autre terrain que celui de ces élections.

 [www.aid97400.re]urlblank:http://www.aid97400.re/

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires