Revenir à la rubrique : Société

L’assouplissement du permis de conduire retoqué par l’Elysée

Nicolas Sarkozy a décidé de revenir sur l'assouplissement des règles pour récupérer les points perdus du permis de conduire, en désapprouvant le vote des sénateurs et des députés.

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 01 octobre 2010 à 11H53


L’assouplissement du permis de conduire ne devrait pas être important pour les automobilistes. La loi votée par les sénateurs, à la mi-septembre, et par les députés en commission des lois avant-hier, a été désapprouvée par le chef du gouvernement, Nicolas Sarkozy, selon une source parlementaire.

Le président de la République a déclaré qu’il ne laisserait pas passer « un message laxiste sur la sécurité routière« . La principale mesure visée par le chef de l’État est celle qui aurait pu permettre aux automobilistes de récupérer l’intégralité des points perdus dans un délai de deux ans, au lieu d’un an comme voté par le Sénat et trois ans dans la législation actuelle.

Nicolas Sarkozy a fait savoir, selon une source parlementaire, qu’il était contre l’idée d’un autre amendement UMP adopté dans le cadre du projet de loi Loppsi 2, permettant aux automobilistes d’effectuer deux stages de récupérations de points par an (stage permettant de récupérer 4 points au maximum) contre tous les deux ans actuellement.

Une seule mesure a été acceptée par Nicolas Sarkozy, la restitution d’un point par an si aucune infraction n’a été commise dans le même temps, un délai de six mois avait été voté par les sénateurs et députés UMP, non retenue par l’Elysée. Cette restitution de point ne sera plus, par contre, réservée aux infractions entrainant le retrait d’un seul point mais concernera également les autres infractions.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] 8 000 euros offerts pour la restauration du Chemin de croix de la Chapelle Pointue

Samedi 18 mai, dans le cadre de la Nuit des musées, Allianz France a remis à Béatrice Sigismeau, vice-Présidente du Conseil départemental, qui représentait le Président Cyrille Melchior, un don de 8 000 € pour la restauration du chemin de croix de la Chapelle Pointue, au Musée de Villèle. Une cérémonie à laquelle participait également la Conseillère départementale Eglantine Victorine.

Coup d’envoi de la Marche des visibilités ce dimanche

La Marche des visibilités va s’élancer du Jardin de l’Etat, à Saint-Denis, ce dimanche après-midi à 14h. Cette quatrième édition se terminera sur le Barachois avec des prises de parole et performances artistiques. Le Mois des visibilités doit, lui, s’achever le 25 juin prochain.

Le prix des oignons péi flambe sur les marchés

Depuis le mois dernier et l’interdiction par l’Inde de toute exportation de sa production d’oignons, les familles réunionnaises versent une larme à chaque fois qu’elles doivent s’approvisionner. Un lecteur de Zinfos974 nous a ainsi fait parvenir une photo prise samedi sur le marché de Saint-Pierre, où le prix de l’oignon péi, certes bien meilleur que son cousin indien, se négocie à 18 euros le kilo !

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.