Revenir à la rubrique : Faits divers

La mise en fourrière d’un véhicule ne doit pas être la seule crainte du délinquant routier

La Police nationale effectue une piqûre de rappel en ce début d'année. Tout délit routier peut amener à la mise en fourrière sur le champ d'un véhicule comme le montrent de nombreux exemples ces dernières semaines. Mais la saisie du véhicule ne saurait être le seul risque encouru par les délinquants de la route. La préservation des vies, d'autrui et de soi-même, doit être le véritable moteur de la prise de conscience.

Ecrit par LG – le samedi 08 janvier 2022 à 09H36

Police nationale de La Réunion : « Le Service Territorial de Sécurité Publique s’engage encore plus fermement cette année dans la lutte contre les conduites générant pour tous des risques graves sur nos routes.

Le Code de la Route permet de placer immédiatement en fourrière tout véhicule en lien avec la commission d’un délit (conduite avec usage de stupéfiants, sous l’emprise d’alcool, lors d’un refus de se soumettre aux vérifications, lors d’une circulation avec défaut de permis…).

Cette mesure, d’application immédiate et systématique, s’ajoute généralement à la rétention du permis de conduire (si le conducteur en est titulaire…). Le propriétaire, quand bien même ne serait-il pas le chauffeur interpellé, ne peut empêcher la mise en fourrière ; il devra patienter 7 jours pour récupérer son véhicule sous réserve de payer enlèvement et frais de garde pour cette durée. De même, un passager, même sans influence de produit psycho actif et titulaire du permis, ne peut pas plus se substituer au chauffeur délinquant et reprendre clé et véhicule.

Attention donc lors de prêt de véhicule ! Un véhicule utilisé par un employé interpellé peut pareillement être immobilisé.

Pour illustration, et uniquement sur Saint-Denis, cette mesure a été appliquée à plusieurs reprises ces dernières semaines par les effectifs de la Délégation Départementale de la Sécurité Routière (motocyclistes et effectifs de la Brigade de la Sécurité Routière), y compris le soir du réveillon.

Prudence donc en ce début d’année concernant les prises de risques au volant ou au guidon. Les enjeux dépassent largement ceux d’une contravention et d’une mise en fourrière. »

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soubaya Camatchy, d’accusé à victime : son co-détenu jugé pour viol et violences répétées

Condamné à 10 ans de réclusion criminelle pour tentative d’assassinat, Soubaya Camatchy n’en a pas fini avec la justice. Suite à une décision de la chambre de l’instruction ce mardi, c’est en tant que victime de viol et de violences répétées qu’il va retrouver la juridiction criminelle. Les magistrats de la chambre viennent de confirmer l’ordonnance de mise en accusation de son co-détenu, accusé de l’avoir agressé et violenté durant ses premiers jours de détention provisoire.

Un trafic international de stéroïdes démantelé

C’est une enquête de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique de La Réunion (OCLAESP) qui a permis de mettre à jour et démanteler un trafic international de stéroïdes anabolisants. Plusieurs personnes ont été interpellées à La Réunion et en métropole. Tout est parti de l’interception d’un colis par les douanes de La Réunion.