Revenir à la rubrique : Société

Joseph Mondon, un « humaniste » dans les coulisses de l’histoire de La Réunion

L’Association Région Sud Terres Créoles poursuit son inlassable travail de mise en lumière de parcours de Réunionnais engagés pour leurs semblables avec un ouvrage consacré à Joseph Mondon.

Ecrit par Ludovic Grondin – le samedi 25 mai 2024 à 21H06
Joseph Mondon lors de sa brève intervention : "Puissions-nous ne jamais atteindre un seuil de la déshumanisation à La Réunion"

Alain Junot et Raoul Lucas publient « Joseph Mondon – Une vie d’engagements » aux éditions ARS Terres Créoles / APPA. Le duo a puisé dans les souvenirs de Joseph Mondon et ses archives foisonnantes qui pourraient d’ailleurs devenir le terrain d’exploration de futurs doctorants pour enrichir la collection Les Carnets de l’Amitié.

L’ancien journaliste et l’universitaire ont grandement puisé dans la malle aux archives de celui qui allait devenir leur sujet d’étude au cours des deux années passées. Au fil des entretiens avec Joseph Mondon, le tandem met en perspective des événements marquants de La Réunion à travers son parcours.

Cinq grands chapitres ont ainsi été retenus pour guider le lecteur vers les choix opérés par Joseph Mondon, de son plus jeune âge déjà au sein du Syndicat national des instituteurs jusqu’à 1974 où il a été choisi par le candidat Mitterrand pour le représenter localement.

Page après page, engament syndical après engagement politique, les auteurs rendent compte d’un personnage « refusant les dogmes » et les destins « binaires » proposés par les autonomistes d’un côté et les nationaux de l’autre. Une question qui tourmentera profondément La Réunion des années 60 et 70.

Né en 1930 aux Avirons, Joseph Mondon a fait partie des rares adolescents de l’époque à fréquenter le seul établissement à dispenser un cursus secondaire complet, à savoir le prestigieux lycée Leconte de Lisle ouvert surtout à « l’élite » locale.

Point de chute incontournable des étudiants réunionnais ayant la chance de saut’ la mer, l’université de Montpellier a donc été la destination évidente pour Joseph Mondon. Tenté par la médecine puis la prêtrise, il renonce finalement à ces deux chemins et devient répétiteur au Foyer Levavasseur puis professeur de lettres au Collège d’enseignement général aux Avirons. Avant d’épouser cette carrière et sa femme, c’est lors de ses années de formation religieuse au Séminaire des vocations tardives à Toulouse puis au Séminaire des colonies à Paris qu’il crée le Bulletin des étudiants réunionnais, véritable passage de témoin entre étudiants à une époque où les conseillers d’orientation n’existent pas…

Sa quête d’élévation spirituelle et d’engagement social s’affirment tour à tour au sein du syndicat national des instituteurs en 1955, au sein de la loge L’Amitié à Saint-Denis en 1957 et en politique dix ans plus tard. Candidat aux cantonales, Joseph Mondon couche sur papier une profession de foi qui illustre la noble politique qu’il souhaite mener. Cette profession de foi est reproduite dans l’ouvrage d’Alain Junot et de Raoul Lucas. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle tranche avec le catalogue de promesses intenables que les électeurs ont l’habitude de découvrir à chaque élection.

« Je ne vous fais aucune promesse et je n’envisage aucune réalisation démagogique.

Les campagnes électorales du type folklorique (boissons — musiques appropriées — conditionnement des masses — insultes – calomnies – mouchardages — violences — tapages nocturnes — défilés tumultueux, …) ont fait leurs preuves : elles servent à traumatiser les citoyens, à les endormir, à faire naître ou à survolter des passions.

Voilà pourquoi je vous invite à une campagne électorale basée sur un examen de conscience, sur la réflexion, sur la non- violence, sur le choix dans la liberté.
Électrices, Électeurs, je ne viens pas vous tromper. »

Une franchise qui ne payera pas sur le plan électoral mais dont l’Avironnais, qui deviendra conseiller municipal dans les années 80, ne se départira jamais en prônant une « éducation émancipatrice tout au long de la vie, avec des citoyens auteurs, acteurs concepteurs de leur vie et de la vie publique, dans une démocratie délibérative » avant toute autre considération électoraliste. Ainsi, écrivent Alain Junot et Raoul Lucas, « jamais il ne déviera de la ligne qu’il s’est fixée, à savoir une intelligence au service d’une humanité meilleure et plus éclairée. »

C’est dans cet esprit qu’il devient membre de la Fédération départementale du Parti socialiste au sein de laquelle il défend l’idée d’une Réunion jouant la même partition que l’Hexagone, se méfiant des envies d’autonomie des communistes.

En 1974, il est choisi par François Mitterrand pour le représenter localement. Un choix évident en raison des « engagements de Joseph Mondon pour une émancipation républicaine et humaniste dans le cadre de la République ». Le mandataire départemental du candidat socialiste à la présidentielle fait néanmoins face à une famille socialiste tiraillée entre le PSR, la Fédération départementale et la Fédération des mouvements socialistes régionalistes (FMSR), ce qui ne l’empêchera pas de faire réaliser des scores prometteurs à Mitterrand à La Réunion. On connaît la suite, le « Grand soir » n’arrivera que sept ans plus tard mais Joseph Mondon aura déjà fermé sa première parenthèse politique cinq ans plus tôt, en 1976.

Le journaliste Alain Junot et l’historien sociologue Raoul Lucas retracent quelques épisodes de l’histoire de La Réunion à travers le parcours de Joseph Mondon

Un extrait du livre : 

Le 17 mai en présence du maire des Avirons Eric Ferrère, de Christian Landry, président de la société savante de l’Académie de l’île de La Réunion, de l’évêque émérite et membre titulaire de l’Académie Gilbert Aubry, l’universitaire et sociologue Raoul Lucas a présenté son ouvrage consacré à Joseph Mondon, aujourd’hui âgé de 94 ans

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Emmanuel Séraphin : “Le Grand Boucan sur le front de mer est un choix du cœur”

Ce dimanche, la 26e édition du Grand Boucan promet encore du grand spectacle. Pour la seconde année consécutive, le front de mer de Saint-Paul sera au cœur des festivités, un déménagement désormais acté comme définitif. L’année dernière, plus de 60 000 personnes avaient fait le déplacement pour assister à l’embrasement du roi Dodo.

Vents forts : Prudence sur la Nouvelle Route du Littoral

Le CRGT informe qu’en raison des prévisions de Météo France annonçant des conditions météorologiques dégradées et d’importantes rafales de vent dès ce soir, la circulation entre Saint-Denis et La Possession sera réglementée à partir de 20h ce mercredi 12 juin jusqu’au vendredi 14 à 6h, interdisant la circulation des deux roues sur le Viaduc de la Nouvelle Route du Littoral et limitant la vitesse à 70 km/h pour tous les véhicules.

3e édition de la Journée mondiale des donneurs de sang à CIMENDEF ce vendredi

La 3e édition de la Journée mondiale des donneurs de sang se tiendra à Saint-Paul ce vendredi. Elle permet de remercier les donneurs, tous ceux qui s’engagent pour le don de sang, et rappeler le caractère essentiel de ce geste avant une période délicate pour l’Établissement français du sang (EFS) : celle des grandes vacances scolaires à la Réunion.