Revenir à la rubrique : Faits divers

Des Réunionnais coincés en Thaïlande

Une trentaine de Réunionnais, dont la journaliste de Freedom Sarah Patel, est encore coincée à l'aéroport de Hanoï au Vietnam, tandis que 28 autres, plus chanceux, ont pu rentrer hier à la Réunion.

Ecrit par Karine Maillot – le lundi 01 décembre 2008 à 06H53

Ce problème trouve son origine dans la crise qui sévit en Thaïlande, un pays proche, où plusieurs dizaines de milliers de manifestants paralysent le pays, et notamment les deux aéroports de la capitale.
Ce qui a poussé le Premier ministre thaïlandais Somchai Wongsawat à déclarer le 27 novembre l’état d’urgence dans les deux aéroports de Bangkok, Suvarnabhumi et Don Mueang.
Selon des informations recueillies par l’AFP, cette crise a démarré dans les Hauts Plateaux du Vietnam, par une série de manifestations de minorités ethniques, qui revendiquent les droits sur leurs terres confisquées par les autorités communistes. Ces derniers ont par ailleurs donné l’ordre de fermer la plupart des sites touristiques aux étrangers.
Gérard Ethève, le Président-directeur général d’Air Austral dit faire son maximum pour que les Réunionnais bloqués au Vietnam puissent rejoindre l’île. « Vingt huit Réunionnais ont pu rentrer hier. Les trente autres qui sont encore en transit à l’aéroport de Hanoi prendront un vol dès le 3 décembre à partir de l’aéroport de Hong-Kong. Ils arriveront  le 4 décembre, en passant par Maurice« .

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Inéligibilité d’André Thien Ah Koon : Le jugement d’appel confirmé

Une erreur dans le libellé du jugement rendu par la cour d’Appel en mai dernier a permis au maire du Tampon de continuer à exercer ses différents mandats encore quelque temps. Ce jeudi, après avoir évoqué l’affaire en chambre du conseil et à huis clos, la cour a corrigé l’erreur et confirmé l’inéligibilité de l’édile.