Revenir à la rubrique : Social

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l'action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Ecrit par S.I. – le jeudi 29 février 2024 à 14H31

Le Département affirme son engagement en 2024 pour construire un territoire solidaire, axant ses politiques publiques sur l’humanité réunionnaise et un développement harmonieux. Cependant, les deux syndicats dénoncent des décisions budgétaires préjudiciables, avec une diminution de 3,5% de la masse salariale malgré une augmentation de la charge de travail.

Le recours « massif » à des contractuels pour compenser la suppression de postes et les contrats précaires, parfois d’une durée d’un mois renouvelable, suscite l’inquiétude des syndicats. Les métiers du social et du médico-social subissent un manque chronique d’effectifs, un renouvellement insuffisant des contrats, et une pression accrue sur les agents, menant à une hyper-polyvalence et à des risques psychosociaux, poursuivent la SAMFFA et le SNT.

Ces derniers prennent pour preuve les chiffres de l’absentéisme en 2021 et 2022 « qui révèlent une augmentation significative » et  illustrant « un malaise croissant au sein du personnel ». « Les démissions passent de 1% en 2021 à 3% en 2022. L’expérimentation de la rupture conventionnelle, non obligatoire pour la fonction publique, génère plus de 250 demandes en attente, soulignant une volonté de départ des agents », explique Patrick Callières, secrétaire général du SNT/CFE-CGC.

Face aux problématiques soulevées par son syndicat et le SAMFFA, le responsable syndical ne cache pas son incompréhension face à l’attitude des autres syndicats représentatifs du Département. « Pour eux, tout va bien, il n’y a pas de souci », déplore Patrick Callières.

Thèmes : Département
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
13 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les journalistes du Quotidien campent devant le tribunal

Une vingtaine de journalistes du Quotidien de La Réunion se sont installés devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis. Une décision est attendue ce mercredi sur le sort du média placé en liquidation judiciaire depuis le 4 octobre.

Débrayage des préparateurs en pharmacie au CHOR

Une vingtaine de préparateurs en pharmacie hospitalière ont manifesté leur colère ce jeudi et ont pris part au mouvement de grogne nationale. Ils demandent notamment une révision des échelons et l’officialisation du diplôme d’État.