Revenir à la rubrique : Santé

Covid : nouveau sous-variant « Flirt » et risque de reprise de l’épidémie

En métropole, la circulation du Covid-19 reste préoccupante avec plus d'un millier de cas suspects détectés chaque semaine en juin 2024. L'émergence du sous-variant KP-2, dit "FLIRT", contribue à cette situation, même si sa gravité ne semble pas supérieure aux précédents variants.

Ecrit par N.P. – le samedi 22 juin 2024 à 15H41

Les services de santé ont observé une hausse de 19 % des consultations pour suspicion de Covid-19 à la mi-juin, touchant particulièrement les personnes âgées de plus de 75 ans, qui représentent 47 % des cas de suspicion d’infection respiratoire aiguë.

En parallèle, le dispositif Sum’eau, chargé de la surveillance des eaux usées, a noté une concentration élevée du virus à Toulouse et Lescar, indiquant une propagation active. Paris et Nantes montrent également des signes d’augmentation, bien que dans une moindre mesure.

Nouveau sous-variant KP-2

Le variant Omicron reste dominant, mais le sous-variant KP-2 représente désormais 24 % des infections.

Ce sous-variant, bien que plus transmissible, n’entraîne pas une augmentation de la sévérité des symptômes, qui demeurent similaires aux précédents variants : fièvre, fatigue, maux de gorge, toux et courbatures.

Cette situation a été confirmée par les analyses de Santé publique France et le Centre national de référence des infections respiratoires.

Déclin immunitaire et risques accrus

Le déclin de l’immunité, en partie dû à une couverture vaccinale réduite, est un facteur aggravant.

Depuis le début de la pandémie, les vagues épidémiques suivent souvent un cycle de quatre mois, essentiellement en raison de cette baisse d’immunité. Beaucoup de personnes à risque ne se sont pas fait vacciner lors de la dernière campagne, ce qui augmente leur vulnérabilité face aux nouveaux sous-variants.

Impact des rassemblements massifs

Les rassemblements récents, notamment les concerts géants de la chanteuse Taylor Swift, ont favorisé l’apparition de clusters, démontrant que la transmission du virus est facilitée dans les environnements clos et bondés.

Avec l’approche de grands événements comme l’Euro de football, les Jeux Olympiques et les départs en vacances, la situation pourrait se compliquer. Ces événements attirent des foules nombreuses, augmentant le risque de propagation du virus.

Appels à la vigilance

Les autorités sanitaires appellent à la vigilance, surtout pour les personnes à risque : les plus de 80 ans, les immunodéprimés et les personnes avec des comorbidités.

Le respect des mesures préventives, comme le port du masque en cas de symptômes, reste crucial pour limiter les contaminations. Il est important de ne pas perdre les réflexes de protection, tels que le port du masque et le dépistage régulier.

Préparations pour les vaccins futurs

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande des formulations vaccinales ciblant la lignée JN.1 pour mieux correspondre aux mutations du virus.

La Direction générale de la santé (DGS) a indiqué qu’au 13 juin, environ 360.812 personnes avaient reçu en France une dose de rappel, dont 188.035 âgées de 80 ans et plus. Ces chiffres sont loin des objectifs initiaux visant à protéger les plus vulnérables.

Conséquences pour la santé publique

La recrudescence des cas de Covid-19 survient à un moment critique pour la France, avec les élections législatives et les Jeux Olympiques en ligne de mire.

Les experts de l’ECDC (Centre européen de prévention et de contrôle des maladies) observent un rebond généralisé du SARS-COV-2 après une période prolongée de faible activité. Ce rebond est attribué à une combinaison de facteurs, notamment le déclin immunitaire et l’échappement immunitaire du virus dû à ses mutations.

La montée des cas était prévisible selon les experts avec la perte des « réflexes » de protection tels que le port du masque et le dépistage en cas de symptômes, ce qui a contribué à la résurgence du virus. La vigilance reste donc de mise pour éviter une flambée des cas et protéger les populations les plus à risque.

Thèmes : Covid
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.

Aurar : La plainte de la CGSS classée sans suite

Alors que le parquet a décidé de classer l’affaire et a notifié la CGSS en 2022, l’association n’a été informée de cette décision qu’en juin dernier. Une très bonne nouvelle pour l’Aurar, qui espère que la fin des investigations permette de renouer avec la confiance des patients.

Le vaccin contre le chikungunya Ixchiq autorisé sur le marché européen

La société pharmaceutique franco-autrichienne Valneva a obtenu l’autorisation de vendre sur les territoire de l’Union européenne son vaccin contre le chikungunya dénommé Ixchiq. Cette maladie transmise par le moustique tigre avait causé de nombreux morts dans l’île à son apparition en 2005.