Revenir à la rubrique : Santé

Colloque VIH/Hépatites: « Il y a un gros travail à faire »

Près de 300 personnes sont inscrites au 13e Colloque VIH/Hépatites océan Indien qui se tient pendant trois jours à l’hôtel Le Récif à Saint-Gilles. De nombreuses personnes atteintes du VIH participent à la manifestation qui a été organisée par l’association RIVE OI autour du thème « l’égalité de soins dans la zone océan Indien ». Dhiren Moher […]

Ecrit par SH – le mercredi 08 octobre 2014 à 12H55

Près de 300 personnes sont inscrites au 13e Colloque VIH/Hépatites océan Indien qui se tient pendant trois jours à l’hôtel Le Récif à Saint-Gilles. De nombreuses personnes atteintes du VIH participent à la manifestation qui a été organisée par l’association RIVE OI autour du thème « l’égalité de soins dans la zone océan Indien ».

Dhiren Moher vit avec le VIH depuis 17 ans. Membre de l’association PILS (Prévention information lutte contre le Sida), ce Mauricien de 46 ans anime une session sur le gestion de la séroposivité vendredi.

Selon lui, la zone de l’océan Indien a trop de lacunes dans le domaine du Sida. « A Maurice, nous n’avons pas les derniers traitements, affirme-t-il, donc je suis en train de demander à l’association RIVE de nous aider ». S’il remarque une nette amélioration entre les 27 cachets par jours il y a 17 ans et les six au quotidien aujourd’hui, il est conscient que ce n’est pas le cas pour tous.

« Il n’y a pas assez d’engagement des décideurs pour améliorer la vie de ces personnes »

Dhiren Moher a vécu à La Réunion, une île qui est bien plus avancée dans le domaine par rapport aux autres pays de la zone, selon lui. « Nous avons à Maurice des lois qui encouragent la discrimination, explique-t-il. Les travailleurs du sexe ne sont pas reconnus et on criminalise les preneurs de drogues. Le Sida est une maladie et non un délit ». Son travail au sein de l’association PILS est justement de « s’occuper de ces personnes, plus touchées par le VIH ».

« Il y a un gros travail à faire, affirme-t-il, avant de raconter sa propre expérience de discrimination. Je suis allé à l’hôpital à Maurice pour un pontage du cœur. Le chirurgien a refusé d’opérer parce que je suis séropositif et j’ai dû me faire opérer à La Réunion. »

« Il n’y a pas assez d’engagement des décideurs pour améliorer la vie de ces personnes, insiste-t-il. Par exemple, la COI (Commission de l’océan Indien, ndlr) s’est désengagée des colloques depuis l’année dernière à cause d’un manque de fonds dans leur enveloppe financière dédiée au Sida. Moins de professionnels sont donc envoyés à ces manifestations, ce qui est très dommage. La santé doit être une priorité dans son agenda ».

Les traitements, la discrimination et la sensibilisation… autant de points dont il faut tenir compte, selon Dhiren Moher, pour l’égalité de soins dans l’océan Indien.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Vaccin contre le chikungunya : Bonnes nouvelles pour Valneva

Valneva, une entreprise spécialisée dans les vaccins, a partagé des résultats encourageants issus de l’étude pivot de phase 3 pour son vaccin monodose contre le virus du chikungunya.
L’analyse menée six mois après la vaccination a confirmé l’innocuité et l’immunogénicité du vaccin chez les adolescents, renforçant les données positives initialement observées au 29ème jour post-vaccination.

Faute d’accord sur les NAO, la grève se poursuit à Cerballiance

Le mouvement de grève entamé jeudi au sein du groupe d’analyse médicale Cerballiance sera reconduit ce mardi 7 mai. Les syndicats FO et CGTR, qui réclamaient notamment 5% d’augmentation de salaire et l’obtention du 13è mois, ne sont pas parvenus à un accord avec la direction régionale lors de la clôture des négociations annuelles obligatoires (NAO).