Revenir à la rubrique : Société

Bioéthique : Que faire des banques d’embryons abandonnés ?

A l'heure où ont lieu les Etats généraux sur la question de la bioéthique, la clinique Jeanne d'Arc se demande ce qu'elle doit faire des embryons abandonnés et qui sont stockés depuis des années dans ses locaux.

Ecrit par Karine Maillot – le jeudi 28 mai 2009 à 07H10

Plus de 1.000 embryons sont stockés à la clinique Jeanne d’Arc, depuis des années pour la plupart. Jean-Marie Verrougstraete, biologiste à la clinique Jeanne d’Arc a appelé la Caisse Générale de Sécurité sociale pour savoir ce qu’il devait faire de ces embryons abandonnés, mais personne n’a su lui répondre…

La loi ainsi que l’Agence de Biomédecine obligent à conserver les embryons au moins cinq ans. « Mon idée est que les embryons de longue date soient confiés à des centres de recherche sur l’embryon », n’hésite pas à déclarer le biologiste. Mais il propose une autre alternative, qu’il a suggéré aux Etats généraux sur la question de la bioéthique et de l’assistance médicale à la procréation hier soir. « L’autre solution serait de détruire les embryons qui proviennent des femmes qui sont âgées de plus de 45 ans aujourd’hui ».

L’Assistance Médicale à la procréation tient à préciser qu’elle est encadrée par les lois « bioéthique » de 1994 et 2004. « Cet encadrement très strict concourt à donner un cadre réglementaire aux techniques de la FIV, privilégiant le droit de l’enfant qui va naître par rapport au désir d’enfant des parents ».

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les Chroniques de tonton Jules #174 – L’Abbé Pierre… je suis dévasté

Il y a eu plein de nouvelles ces deux dernières semaines. Le tri est difficile à effectuer. Et je ne parle même pas des coups tordus à l’Assemblée, où les carriéristes de tout poil s’accordent sous le manteau : ma voix contre une bonne place. Ça fait mal à la démocratie. Quand, en plus, j’apprends que l’Abbé est accusé de gestes répréhensibles, lui, l’homme que je persiste à vénérer…

Le combat quotidien des personnes handicapées : Entre obstacles et résilience

« Je ressens souvent une profonde solitude lorsque je croise le regard de pitié des autres, même de ceux que j’aime. Ce regard, bien qu’empli de bonnes intentions, me rappelle constamment ma différence et me fait sentir comme un fardeau… » C’est en ces mots que Patrick S., handicapé moteur depuis 10 ans suite à un accident de voiture dans le centre-ville de Saint-Denis, exprime son ressenti sur sa situation de personne porteuse de handicap. 

Environnement : Une bananeraie 100% Bio

La Bananeraie de Bourbon, nichée au pied des colimaçons à Saint-Leu, est bien plus qu’une simple plantation. C’est un site magnifique où la nature et l’homme coexistent en parfaite harmonie.  Le regard perdu dans un vaste paysage dominant la côte et le son doux du bruissement des feuilles des arbres fruitiers invitent au calme  et à la quiétude.

[Communiqué] La gouttière anti-moustique de Verléo récompensée

Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des Entreprises, du Tourisme et de la Consommation, a réuni le jury de sélection des produits pour la Grande Exposition du Fabriqué en France, prévue en octobre prochain. Parmi les 122 produits choisis, l’entreprise réunionnaise Verleo a été sélectionnée pour son innovant collecteur de gouttière anti-moustique.