Revenir à la rubrique : Faits divers

Alcoolisé, il oublie de faire poser son bracelet et se fait interpeller pour violences

Les policiers du commissariat de Saint-André sont intervenus ce mercredi dans le cadre d'un différend conjugal. À leur arrivée, ils ont constaté que le couple était en état d'ébriété.

Ecrit par 1167938 – le mercredi 12 janvier 2022 à 17H32

Une fois encore, les policiers du commissariat de Saint-André sont appelés pour résoudre un litige de couple sur fond d’alcool. Invités à entrer dans l’appartement, ils se font aussitôt copieusement insulter par l’homme. Tout y passe, même le traditionnel « fé bour à zot » ! Conséquence immédiate de ces injures, les policiers décident de l’interpeller. L’homme s’oppose farouchement mais finit par être menotté. Mais tente encore de s’enfuir.

Les policiers le récupèrent à peine dix mètres plus loin et le conduisent au commissariat où il est placé en garde à vue. Après avoir quelque peu dessaoulé, il reconnait partiellement les faits d’outrage et la rébellion mais réfute les violences sur personne dépositaire de l’autorité publique dans l’exercice de ses fonctions. Fait du hasard, il avait rendez-vous ce jour pour être placé en détention à domicile sous surveillance électronique en se faisant poser un bracelet électronique.

En plus de ne pas s’être rendu à son rendez-vous pour l’exécution de sa peine, il finit en garde à vue pour violences. 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.

Soupçons d’emplois illégaux au cabinet de la Région : La stratégie d’enquête décriée par la défense

En début d’audience pour ce premier jour de procès, les 11 prévenus de la Région Réunion, dirigée par Didier Robert de 2010 à 2021, ont nié toute faute malgré les poursuites pour détournement de fonds, prise illégale d’intérêts et de recel après un contrôle de la Chambre régionale des comptes. L’enquête préliminaire a révélé des emplois potentiellement fictifs, des recrutements discrétionnaires et des rémunérations excessives. Les avocats de la défense contestent la procédure, arguant notamment de partialité et d’imprécision des motifs de poursuite.