MENU ZINFOS
Faits-divers

Six trafiquants de drogue Réunion-Maurice condamnés, leur sac de zamal était tombé à l'eau


Deux ans après les faits, les trafiquants de drogue entre Maurice et La Réunion étaient jugés par le tribunal correctionnel de Champ fleuri.

Par Regis Labrousse - Publié le Mardi 4 Octobre 2022 à 21:28

Six trafiquants de drogue Réunion-Maurice condamnés, leur sac de zamal était tombé à l'eau
Leur marchandise avait en grande partie coulé dans le port de Sainte-Rose une nuit de juin 2020. Six protagonistes de ce juteux trafic de stupéfiants entre les îles soeurs des Mascareignes étaient convoqués à la barre du tribunal correctionnel ce mardi après-midi. 

Dans la nuit du 29 au 30 juin 2020, un drôle de stratagème se joue sous les yeux d’un témoin au petit port de Sainte-Rose. Il est minuit et demi lorsqu’il aperçoit d’étranges signaux lumineux au large du chenal. Il entend un bateau mettre les gaz et s’éloigner de La Réunion. La scène, pour le moins intrigante à cette heure avancée de la nuit, laisse supposer l’existence d’un trafic. Bonne pioche.

En pleine nuit, il plonge pour tenter de récupérer un sac

Les gendarmes sont mis sur le coup et, à leur arrivée, tombent sur deux individus dans un véhicule. Fait étrange : l’un d’eux est trempé. 4 sacs de zamal de 30 kg chacun sont retrouvés et les enquêteurs comprennent mieux pourquoi l'homme est mouillé. Il a tenté de récupérer un sac tombé à l'eau... 

Les deux « visiteurs » nocturnes du port de Sainte-Rose sont interrogés mais les investigations se poursuivent tout autant que les langues se délient. 

Au final, six personnes sont interpellées entre la commission des faits et fin décembre de cette année 2020. Sur les six, deux sont des ressortissants mauriciens, le commanditaire dit « le chinois » et Ludo, son lieutenant. Le rôle de l’un d’eux est mis au jour : c’est à lui que revenait l’organisation de la chaîne logistique de cette opération inter-îles par la voie maritime.   

Après deux ans d’une enquête de gendarmerie particulièrement minutieuse, les six protagonistes n’ont eu que très peu de choix pour reconnaître plus ou moins leur implication.

Parmi l’équipe de trafiquants, l’un d’eux a même été présenté ce jour à la barre du tribunal en tant que détenu pour une autre affaire de stup’ en liaison avec l’ile Maurice, déjà. Mais dans sa précédente condamnation, c’est pour du trafic de chimique qu’il est tombé, écopant de trois ans de prison à l’époque.

Pour le procès du jour, des peines allant de 9 mois à 5 ans de prison ont été requises par le procureur de la république, considérant qu’il s’agissait d’un trafic d’une grosse ampleur.

Cinq prévenus se défendent sans avocat

Après délibération, le principal protagoniste - celui qui est déjà en détention - a écopé d’une peine de 3 ans sur les 5 ans demandés et ce avec mandat de dépôt, ce qui ne changera donc pas son quotidien dans l’immédiat. Il a donc été reconduit en cellule. 

Celui qui était considéré comme l’organisateur et qui l’a reconnu, a écopé d’une moindre peine de 2 ans, sur les 3 ans demandés, mais s’est vu décerner un mandat de dépôt alors qu’il comparaissait libre. Le mandat de dépôt a été réclamé pour éviter qu’il file vers l’île Maurice d’ici son incarcération.

Les quatre autres prévenus ont écopé de peines allant de 12 à 18 mois de prison. La « nourrice » s’en est sortie avec une peine de 18 mois avec sursis. Un sursis que le prévenu doit peut-être à la présence de son avocat. Fait particulier : il était le seul à s’être attaché les services d’un conseil. 

Enfin, seuls les trois derniers protagonistes ont écopé d’une peine aménageable.




1.Posté par HULK le 04/10/2022 23:42

C'est bien, ils vont pouvoir recommencer rapidement. Bon business.

2.Posté par Loozap le 05/10/2022 03:59

Il faut bien que la loi s'applique !

3.Posté par Leonardevincui le 05/10/2022 10:12

C fou,si ils pouvaient combattre la corruption de nos parasites politiques mafieux aussi bien que la traque de nos trafiquants de drogues. Il y aurait une société plus saine auprès de nos braves citoyens au comportement irréprochable. Yab Yvelines

4.Posté par MT CHRITO le 05/10/2022 11:12

La Justice n’est plus la Justice. Les malfaiteurs prolifèrent grâce à une Justice trop clémente.

5.Posté par 666 le 06/10/2022 20:13

Tous ceux qui traficotent depuis Ste Rose se font tous attraper : ils n'ont pas encore compris ?

6.Posté par Jag le 07/10/2022 05:34

Il fallait les juger à MAURICE!!!

7.Posté par bruce le 07/10/2022 07:47

légalisez au lieu de dépenser des fortunes pour arrêter des dealers qui seront immédiatement remplacés dès leur incarcération. C'est une course sans fin, tant qu'il y a de la demande, il y a toujours de l'offre. L'état gaspille et se prive de milliards de budget, alors que de plus en plus de pays ont compris que c'était stupide.

8.Posté par MôvéLang le 07/10/2022 10:43

On est très très très des soi-disant peine pouvant aller jusqu'à plus de 30 ans en cas de récidive.
La prison sert notamment à :
- Protéger la société des personnes dangereuses ;
- Décourager les gens de commettre des actes interdits par la loi ;
- Obliger le détenu à faire pénitence ;
- Inciter le détenu à poursuivre des études ou une activité destinée à le réinsérer ou le réhabiliter etc.

Jonathan daval condamné pour le meurtre de sa femme le 21 novembre 2020, à 25 ans de prison, moins de deux ans plus tard s'est déjà remarié avec son compagnon de cellule.
Comme quoi, on Comprend mieux pourquoi il y a tant de récidives.

9.Posté par Freedom fighter le 08/10/2022 08:57

Vive les balances péï... Triste monde

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes