Revenir à la rubrique : Faits divers

10% des accidents de la route liés à l’usage du téléphone au volant

La préfecture rappelle les bonnes pratiques au volant et notamment le respect de l'interdiction d'utiliser le téléphone au volant.

Ecrit par NP – le mardi 08 février 2022 à 10H28

Trop souvent banalisé, l’usage du téléphone diminue pourtant la concentration du conducteur

Les Français ont conscience des dangers du téléphone au volant : 1 conducteur sur 4 avoue s’être déjà fait peur avec son smartphone au volant et 71 % des Français se déclarent favorables aux mesures récentes pour lutter contre son utilisation en situation de conduite.

La Sécurité routière livre quelques conseils pour adopter de nouveaux comportements au volant.

Passez en mode conduite : 

– Si je conduis, je déconnecte

Vous conduisez ? Ayez le bon réflexe : mettez votre téléphone en mode avion pour bloquer vos appels et vos notifications
· Sur Android, téléchargez et activez l’application mode conduite de la Sécurité routière. Elle met le téléphone en veille quand vous conduisez et elle prévient les contacts qui tentent de vous joindre que vous êtes au volant
· Sur IOS, activez la fonctionnalité « Ne pas déranger en voiture »

–  Tu conduis, je raccroche
Vous réalisez que votre interlocuteur est en train de conduire ? Ayez le bon réflexe : raccrochez et rappelez-le plus tard, c’est un réflexe qui peut lui sauver la vie.
Si l’automobiliste est accompagné, il peut faire appel à son passager pour prendre la communication ou répondre aux messages. S’il ne l’est pas, et qu’il a besoin de consulter son téléphone, il faut faire une pause dans un lieu approprié et sécurisé.

Les chiffres clés :
• Une communication téléphonique multiplie par 3 le risque d’accident matériel ou corporel.
• Près d’un accident corporel de la route sur 10 serait lié à l’utilisation du téléphone en conduisant.
• Quand on lit un message, ce risque est multiplié par 23.
• Lire un message oblige le conducteur à détourner les yeux de la route pendant 5 secondes minimum ! Or 5 secondes à 50 km/h, c’est 70 m parcourus.
• Plus de 5 380 infractions ont été constatées en 2020 et 6443 en 2021 concernant l’utilisation du téléphone au volant à La Réunion.
Avec ou sans kit mains libres, les personnes qui téléphonent en conduisant enregistrent 30 % d’informations en moins qu’un usager qui ne téléphone pas. On constate :
• une augmentation du temps de réaction et de la distance de freinage (+ 33 %) ;
• une réduction du champ de vision (− 30 % d’activité oculaire) ;
• une difficulté à maintenir le véhicule dans sa voie (+ 20 % de variation de trajectoire) ;
• une augmentation du temps passé sur la voie de dépassement (− 50 % de rabattements).

Que dit le Code de la route ?
Il est interdit de :
·         Conduire avec un téléphone portable à la main, de le manipuler et de le consulter. Ce que vous risquez : une amende forfaitaire de 135 euros, ainsi qu’un retrait de 3 points du permis de conduire. Une peine complémentaire de suspension de votre permis de conduire peut aussi être appliquée. Un conducteur avec un téléphone en main qui commet en même temps une autre infraction risque la rétention immédiate de son permis de conduire.
·         Placer dans le champ de vision du conducteur un appareil en fonctionnement doté d’un écran qui ne soit pas une aide à la conduite ou à la navigation. Ce que vous risquez : une amende forfaitaire pouvant aller jusqu’à 1 500 euros, ainsi qu’un retrait de 3 points du permis de conduire.
·         Porter à l’oreille un dispositif émettant du son (oreillette, casque, écouteur). Cette interdiction concerne tous les usagers qui roulent, y compris les cyclistes et les personnes à trottinette. Ce que vous risquez : une amende forfaitaire de 135 euros. Les conducteurs de véhicules motorisés risquent aussi un retrait de 3 points.

Au volant, il suffit de quelques secondes d’utilisation du téléphone pour faire basculer une vie.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-Leu : Le père de famille absent à son procès, mais bien présent dans la terreur

Un quadragénaire était jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour avoir fait vivre un cauchemar à la mère de son fils et à sa famille. En plus des violences et des menaces de mort, il est soupçonné d’avoir dégradé plusieurs véhicules. Faute de preuves matérielles pour ces derniers faits, le tribunal a préféré aller au-delà des réquisitions sur le reste afin d’assurer la paix aux victimes.

Elle tente de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans les bagages

Un couple était jugé jeudi 18 avril 2024 par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour blanchiment d’argent, abus de biens sociaux et transfert d’argent non déclaré entre pays. La femme a tenté de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans ses bagages. Un couple atypique dont la gestion du magasin et des finances étonne. Le jugement a été mis en délibéré.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : Un procès au goût amer dont l’épilogue est attendu le 21 mai

Le procès de Didier Robert, ancien président de la Région Réunion, s’est conclu après d’intenses débats judiciaires sur des accusations d’emplois fictifs et de détournement de fonds. Le délibéré de cette affaire politico-judiciaire, très attendu, sera rendu le 21 mai, en pleine période électorale. Les avocats des 11 prévenus, vent debout contre l’enquête préliminaire menée par des policiers spécialisés en la matière, ont unanimement plaidé la relaxe.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : « La fin ne saurait justifier les moyens »

La procureure de la République Véronique Denizot a demandé la condamnation des 11 prévenus de l’affaire des emplois présumés illégaux de la Région, ce jeudi lors de la quatrième journée du procès, une peine de 5 ans d’inéligibilité étant notamment requise pour l’ancien président Didier Robert, visé pour prise illégale d’intérêts et détournement de fonds . L’actuelle mandature de la Région, partie civile du procès, a demandé un préjudice à hauteur de 1,5 million correspondant à la somme des salaires versés aux huit conseillers techniques poursuivis pour recel.