Revenir à la rubrique : Communiqué

Validation du projet d’arrêté réglementant la pêche en eau douce à La Réunion pour 2024

Le CEB a donné un avis favorable au projet d’arrêté préfectoral réglementant la pêche en eau douce à La Réunion pour l’année 2024.

Ecrit par N.P. – le mardi 05 décembre 2023 à 08H14

Le comité de l’eau et de la biodiversité (CEB) – consulté sur toutes les questions relatives à la biodiversité, à l’eau, et aux milieux aquatiques – s’est réuni le 29 novembre 2023 à la CIREST. Mme Bernadette Ardon, vice-présidente du CEB entre 2017 et 2023 en tant que représentante de la Société réunionnaise pour l’étude et la protection de l’environnement (SREPEN), et dont le mandat n’a pas été prolongé suite au renouvellement de l’instance en septembre, a été chaleureusement remerciée et félicitée pour son engagement et sa détermination au service de la nature.

Le CEB a donné un avis favorable au projet d’arrêté préfectoral réglementant la pêche en eau douce à La Réunion pour l’année 2024. La pêche est une activité de pleine nature, s’exerçant sur le bien commun que sont l’eau, les poissons et les autres espèces aquatiques. Il est donc nécessaire de définir des règles à respecter par chacun, afin de préserver ces milieux tout en conservant certains usages. En complément des règles nationales, certaines dispositions peuvent être déclinées pour tenir compte des spécificités de La Réunion.

C’est l’objet de l’arrêté préfectoral examiné par le CEB. Cet arrêté définit les conditions d’exercice de la pêche de loisir en eau douce sur tous les cours
d’eau et les plans d’eau de La Réunion, et s’adresse à tout pêcheur qui pratique cette activité.

Il précise notamment :
• les cours d’eau ou sections de cours d’eau pour lesquels la pêche est interdite toute l’année ;
• les périodes d’ouverture de la pêche suivant les catégories piscicoles des cours d’eau et des plans d’eau, les heures d’interdiction de la pêche ;
• les espèces interdites à la pêche, la taille minimale et le nombre de captures autorisées par espèce ;
• les procédés et modes de pêche autorisés ;
• les dispositions pénales.

La réglementation de la pêche en eau douce a évolué au fil des années pour s’adapter à l’état de conservation des espèces et garantir une pêche durable : par exemple l’utilisation des lignes de fond pour la pêche des anguilles dans les cours d’eau a progressivement été interdite pour être remplacée par la pêche à la tâte, moins impactante. L’arrêté proposé pour 2024 est très semblable à l’arrêté de 2023. Pour mémoire, la réglementation de la pêche des bichiques est, elle, traitée par un arrêté préfectoral spécifique , celui du 30 décembre 2021, couvrant cette pêche, en eau douce comme en mer.

Par ailleurs, lors de cette séance du CEB, le conservatoire botanique national de Mascarin (CBNM) a présenté la liste rouge de la flore vasculaire de La Réunion réalisée avec l’union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui met en lumière la dégradation de très nombreuses espèces de flore indigènes de l’île. Les enjeux d’approfondissement des actions pour la protection de la nature ont été soulignés, en particulier concernant la lutte contre les espèces exotiques envahissantes.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial