Revenir à la rubrique : Faits divers

Une jeune fille au pair affirme avoir été traitée comme une « esclave »

Chantal* a déposé plainte avant de reprendre son avion direction l'Hexagone. Engagée comme jeune fille au pair, elle dit avoir été exploitée par les personnes l’ayant engagée. Un avis que ne partage pas du tout ces derniers, affirmant avoir des preuves que la jeune femme diffame et calomnie.

Ecrit par S.P. – le mardi 21 décembre 2021 à 22H37

Le verre est-il à moitié plein ou à moitié vide ? Tout dépend de qui le regarde. D’un côté, Chantal vient de déposer plainte pour travail dissimulé à l’encontre d’un couple. Une plainte attendue par André* et Violette*, qui ont pris attache avec leur avocat. « Nous avons subi assez de diffamation et de calomnies. La plainte sera traitée ici à La Réunion et nous attendons qu’elle suive son cours », précise le couple.
 
Sur les réseaux sociaux, la jeune fille au pair dénonce des conditions de travail inhumaines dans un long message partagé dans de nombreux groupes. Il y a plus d’un mois, la femme de 24 ans venant de la région parisienne répond à une offre d’emploi de jeune fille au pair sur un groupe Facebook. Le poste est basé à La Réunion, dans les hauteurs de l’Ouest. « Au départ, nous avions échangé par Facebook. Il était convenu que je m’occupe de leur fille de 5 ans et demi, des tâches ménagères légères, des parties communes et que je donne un coup de pouce pour la chambre pour 320 € par mois », précise Chantal.

Arrivée, il y a un mois sur l’île, la jeune fille au pair reçoit en liquide comme prévu la moitié de son billet d’avion par son employeur. « Le cauchemar a commencé. Une semaine après mon arrivée, la femme de ménage a été renvoyée. Je devais m’occuper des repas, des chambres d’hôtes, des clients jusqu’à 22 heures le soir », avance la plaignante. « Violette vivait devant son ordinateur. Je devais m’occuper de toutes les tâches ménagères, du repassage, de la litière du chat, des draps […] J’étais devenue une dame de maison. Je travaillais de 6 heures du matin jusqu’à 22 heures le soir. J’étais clairement une esclave ». La vingtenaire, avec une expérience de jeune fille au pair dans le passé, dit n’avoir jamais été payée, juste avoir reçu 80 euros de vêtements lors d’une journée plage. De plus, elle dit avoir été bloquée dans les Hauts de l’île, n’ayant pas de permis et ne pouvant pas se déplacer.

« Un échec, un véritable calvaire »
 
En contact avec sa famille, elle prend la décision de répondre à une autre offre d’emploi pour un poste à Bangkok. « Là, j’ai été piégée. La famille d’ici s’est fait passer pour celle de là-bas. Ils m’ont déposée devant un hôtel de Saint-Denis et ont payé trois jours de nuit d’hôtel. Je n’avais pas d’argent. J’ai dû trouver refuge dans un centre de SDF et j’ai vidé mon livret pour un billet d’avion, soit plus de 1000 euros », souligne Chantal qui a déposé une plainte pour travail dissimulé. Cette expérience qu’elle considère comme « un échec, un véritable calvaire », s’achève ce soir avec le décollage de son avion.
 
De son côté, la tenancière de l’établissement a un discours aux antipodes de celui de la jeune fille au pair. « On a beaucoup de photos ou de témoignages qui prouvent qu’elle ne vivait pas comme une esclave, qui montrent qu’elle est partie en randonnée pendant plusieurs jours, ou à la plage. Comment peut-on travailler et être en randonnée ou à la plage ? », avance Violette. D’après elle, le contrat n’aurait dû être signé qu’après « une période d’essai ». « On voulait voir si elle se plaisait à La Réunion. Elle était logée gratuitement chez nous. Il n’y a pas d’assurance. Soit  ‘ça matche’, soit  ‘ça ne matche pas’. Malheureusement, ça n’a pas matché », conclut la tenancière du gîte qui ne cache pas son désarroi d’être « diffamée et calomniée ». Et de conclure : « Je suis Réunionnaise, et je sais ce qu’est l’esclavage. Jamais je n’aurais traité quelqu’un comme ça ». 

* Les prénoms ont été modifiés

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Ste-Marie : Les gendarmes interviennent et mettent fin à un rodéo

Alors qu’ils intervenaient pour intercepter un jeune homme qui faisait du rodéo, les gendarmes de la brigade de Sainte-Marie ont été pris à partie par des individus qui leur ont jeté des pierres. Comme indiqué sur la page Facebook de la gendarmerie, les militaires ont appréhendé le contrevenant qui est convoqué devant le tribunal pour répondre de ses actes.

Colis suspect : Suspicion de poudre blanche à l’agence Citya de St-Denis

Déploiement impressionnant des forces de l’ordre vendredi soir à l’agence immobilière Citya de Saint-Denis. Une dizaine d’engins de la police et des secours sont présents. Une équipe de déminage et des ambulanciers ont fait le déplacement suite à une alerte au colis suspect au sein de l’entreprise située au carrefour de la Rue de Paris et de la rue Sainte-Marie. Le dispositif a été levé peu avant 20 heures. La substance découverte n’était ni chimique, ni explosive. Elle a été envoyée dans un laboratoire pour analyses. Une information exclusive de Zinfos974.