Revenir à la rubrique : Faits divers | National | Société

Un pas en avant, deux pas de côté : Bilan en demi-teinte sur la baisse des féminicides en 2023

Le ministère de la Justice a annoncé, mardi 2 janvier, que le nombre de féminicides en France en 2023 était en baisse de 20%, passant de 118 en 2022 à 94. Une évolution encourageante, mais qui reste jugée insatisfaisante par le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti. Des chiffres surtout contestés par les associations féministes qui en dénombrent 134.

Ecrit par G.D. – le mercredi 03 janvier 2024 à 17H33

Le ministère de la Justice a révélé mardi que le nombre de féminicides en France en 2023 était en baisse de 20%, avec 94 femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. Un chiffre, non définitif, en recul par rapport à l’année précédente, où 113 drames avaient été initialement recensés en 2022, avant d’être réévalués à 118.

Cependant, malgré cette diminution, le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, a exprimé sa déception, déclarant que cette évolution était « très loin d’être satisfaisante ». Il a souligné la complexité de la lutte contre ce fléau, en citant l’expérience espagnole, qui a nécessité six à sept ans avant de voir une réduction significative des chiffres.

Dans le cadre de la lutte contre les violences intra-familiales, le gouvernement a pris des mesures, dont la création de pôles spécialisés dans chacun des 164 tribunaux français et des 36 cours d’appel. Ces pôles, dirigés par des magistrats spécialement formés, sont opérationnels depuis le 1er janvier.

Le déploiement de « téléphones grave danger » (TGD) et de « bracelets anti-rapprochement » (BAR) supplémentaires est également annoncé par le gouvernement. Depuis leur création, 1850 victimes ont bénéficié de cette protection, mais des ratés ont suscité des doutes quant à la fiabilité du système.

Les chiffres montrent une augmentation significative du nombre de condamnations pour violences ou harcèlement au sein du couple, passant de 22.206 en 2017 à 49.616 en 2022. Le délai de traitement a également diminué, passant de 42 jours en 2017 à seulement 6 jours actuellement. En 2017, 11.300 mesures d’éloignement ou d’éviction des auteurs avaient été ordonnées, contre 39.641 en 2022.

Des chiffres contestés par l’association NousToutes qui recense de son côté 134 féminicides. Le collectif féministe en répertorie 97 comme « féminicides sociaux » (par conjoint ou ex-conjoint), 17 comme des « féminicides familiaux » (père, frère, fils) et 20 sont classés comme des « féminicides sociaux » (dans le cadre amical ou professionnel). De plus, les femmes mettant fin à leurs jours en raison des violences ou du harcèlement subis ne sont pas prises en compte dans les statistiques.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Paris : un militaire de l’opération Sentinelle poignardé, une attaque qui interroge

Un militaire qui participait à l’opération « Sentinelle » de sécurisation de la capitale, a été agressé à coups de couteau lundi soir dans la gare de l’Est, à Paris. Fort heureusement, ses jours ne sont pas en danger.
Mais au-delà de l’agression elle-même, c’est la présence même de son agresseur sur le territoire national qui interroge. D’origine congolaise et naturalisé français en 2006, il avait déjà mortellement poignardé un jeune homme de 20 ans dans le métro parisien et n’avait pas fait de prison, ayant été déclaré schizophrène.

Killian Mbappé présenté officiellement au Real Madrid

Le capitaine de l’équipe de France doit parapher son contrat avec le Real Madrid ce mardi 16 juillet avant sa présentation officielle devant les supporters. Un moment que le club merengue prépare depuis longtemps et qui pourrait être éclipsé par les célébrations de la victoire espagnole à l’Euro 2024.