Revenir à la rubrique : Mayotte

Un militaire blessé lors d’une embuscade à Mayotte : 7 jeunes condamnés par la cour d’assises

Le numéro 2 de la gendarmerie à Mayotte avait été gravement blessé lors d'un guet-apens en mai 2017. Il avait reçu un parpaing en pleine figure, ce qui avait failli lui coûter la vie. Le procès de ses agresseurs s'est conclu aujourd'hui devant la cour d'assises de Mayotte. Entre 3 et 12 ans de prison ont été requis à l'encontre des accusés. Ces derniers écopent finalement de 4 mois à 12 ans de prison.

Ecrit par zinfos974 – le lundi 03 mai 2021 à 20H21

Depuis mercredi 28 avril dernier, 7 jeunes sont jugés devant la cour d’assises de Mayotte, accusés d’avoir gravement blessé un gendarme lors d’une embuscade.

[Les faits s’étaient déroulés en 2017 à Pamandzi,]urlblank:https://www.zinfos974.com/Gendarme-du-GIGN-grievement-blesse-a-Mayotte-Etat-toujours-reserve-pour-le-militaire_a129159.html commune de Petite Terre, dans laquelle le lieutenant colonel Olivier Pech, commandant en second de la gendarmerie, officiait à cette époque.

Les 7 accusés nés entre 1995 et 2001 avaient, cette nuit du 13 au 14 mai 2017, pris pour cible un lieu où logeaient des gendarmes mobiles. Un dispositif avait été déployé afin de mettre fin au caillassage et interpeller les jeunes. À sa tête, le numéro 2 de la gendarmerie. 
« On tournait en voiture sur Petite Terre avec l’adjoint de la brigade de Pamandzi,. La situation semblait calme. Il nous restait un lieu à voir, et c’est là qu’on est tombés dans l’embuscade », a raconté le militaire revenu à Mayotte avec sa famille spécialement pour le procès.

Alors qu’il venait d’enlever son casque

Il reçoit alors un bloc de béton en plein visage et s’écroule sur le conducteur du véhicule. Souffrant d’un hématome cérébral avec [un pronostic vital un temps engagé]urlblank:https://www.zinfos974.com/Le-gendarme-blesse-a-Mayotte-toujours-dans-le-coma-plusieurs-individus-interpelles_a129118.html , le lieutenant colonel est évacué vers La Réunion et ne se réveillera qu’au moment de l’atterrissage à Gillot.

4 ans après les faits et de lourdes interventions en chirurgie faciale, sa vision n’est revenue qu’à 50% indiquent nos confrères du Journal de Mayotte, qui suivent le procès qui se déroule à huis clos.

D’abord ouverte pour tentative de meurtre, l’information judiciaire poursuit la bande de suspects pour violences en réunion, avec guet-apens, sur personne dépositaire de l’autorité publique et avec ITT supérieure à 8 jours. Un crime passible de 15 de réclusion criminelle.

Procès à huis clos

Un huitième mis en cause, âgé de 13 ans au moment des faits, comparait, lui, devant le tribunal pour enfants du fait de son âge.

La victime s’est constituée partie civile, tout comme sa famille. Tous ont subi un long préjudice reconnu par la cour. Entre 3 et 12 ans de prison ont été requis à l’encontre des jeunes hommes. Les condamnations sont de 10 et 12 ans pour les meneurs et de 4 mois à 2 ans pour les accusés secondaires.

L’un des accusés sera lui finalement jugé devant le tribunal pour enfant car il avait 15 ans au moment des faits. Les intérêts civils – le montant du dédommagement pour la victime – seront discutés le 21 juin.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Il faut peut-être en tuer » : Le vice-président du Département de Mayotte condamné à 3 mois de prison avec sursis

Salime Mdéré était jugé pour avoir déclaré en direct sur une chaîne de télévision publique mahoraise « Il faut peut-être en tuer » au sujet des délinquants qui affrontaient la police lors de l’opération Wuambushu. Trois mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende avaient été requis. Le tribunal a décidé d’aller au-delà des réquisitions et le condamner à trois mois de prison et 10.000 euros d’amende pour provocation publique.