Revenir à la rubrique : Faits divers

Steeve éborgné par une balle de LBD : Le policier acquitté au bénéfice du doute

Interrompu par le Covid, le procès du policier de la brigade anti-criminalité du Port accusé d'avoir tiré une balle de LBD blessant grièvement un lycéen en marge des émeutes de février 2014 s'est déroulé cette semaine. Lors de la première audience, en avril 2022, des versions contradictoires avaient été exposées. Cette fois-ci, il a été acquitté au bénéfice du doute.

Ecrit par Isabelle Serre – le vendredi 01 décembre 2023 à 14H33

« Plus l’audience avance et moins je comprends ce qui s’est passé ». Cette phrase de la procureure générale, Fabienne Atzori, partie poursuivante au procès de Philippe P., accusé d’avoir éborgné Steeve, 16 ans, lors des émeutes du Port en février 2014, résume parfaitement le sentiment de ceux qui ont assisté à la première journée d’audience en avril 2022.

Le contexte dans lequel les faits criminels reprochés s’est déroulé avait parfaitement été décrit. Depuis trois jours, les violences urbaines secouaient la cité portoise pour cause d’augmentation du prix des carburants. Dans la nuit du 1er au 2 février 2014, la fébrilité était retombée mais vers une heure du matin, les échauffourées avaient repris. Plusieurs équipages de la brigade anti-criminalité étaient engagés afin de faire revenir le calme.

Mais soudain, les incendies avaient recommencé ainsi que les jets de projectiles et de cocktails molotov péi à destination des forces de l’ordre. Philippe P., élément de la BAC de jour du Port depuis 2007, se trouvait avec son équipe. Le quatuor de policiers avait l’habitude de collaborer et se connaissait parfaitement.

Cependant, l’ambiance n’était pas au beau fixe avec le commandement. Les interventions étaient désorganisées et une certaine mésentente régnait. Alors que les affrontements se déroulaient avenue Rico Carpaye, l’équipage de Philippe P. avait en charge les rues adjacentes. Depuis environ 22 heures, un autre quatuor de jeunes habitant juste à côté avait décidé d’être spectateur des affrontements. Se retrouvant encerclés, les quatre dalons avaient décidé de rentrer chez eux en courant.

Vers 2 heures du matin, ils s’étaient dispersés au milieu de la trentaine d’émeutiers. Steeve s’était retrouvé seul à l’angle des rues Berlioz et Ajaccio. À bord d’une 308, l’équipage de Philippe P. était alors arrivé. Ce dernier aurait tiré une balle de LBD sur le lycéen à un ou deux mètres de distance. C’est ici que les versions avaient divergé. 

Lors du deuxième jour d’audience, un des assesseurs, atteint du Covid, n’avait pas pu reprendre son siège. Le procès avait été annulé et reporté à une date ultérieure. L’audience criminelle s’est donc de nouveau ouvert ce mercredi 29 novembre pour une durée de trois jours. Le verdict est tombé ce vendredi.

« On a affaire à des menteurs à bâtons rompus« 

Au dernier jour du procès, l’avocate générale a entamé sa plaidoirie en rappelant les difficultés pour le Parquet dans ce type d’affaire. « Je n’aime pas requérir contre des policiers, car ils ont ma confiance et ce sont nos collaborateurs, je tenais à le dire en préambule. Ce sont des partenaires et c’est dur de requérir contre eux. Aujourd’hui, nous ne jugeons pas la police nationale, mais un de leur membre. Je ne mets pas en doute la douleur qui est la sienne, mais je vous demande de penser à la douleur de la victime. »

Fabienne Atzori rappelle l’importance du contexte dans cette affaire. « Il y a des spectateurs et un certain goût du ‘j’y étais’. La situation se dégrade lorsqu’un véhicule est brûlé à côté d’une station-service et qu’il y a des spectateurs. À ce moment, la riposte s’organise. Loin de moi l’idée de dire qu’ils ont voulu se faire un petit Réunionnais, mais il faut rappeler le contexte difficile de cette nuit d’émeute où les policiers risquent leur vie et ça concerne aussi la victime. »

Mais l’avocate générale retient également « qu’après les faits, les quatre policiers ont menti éhontément. J’ai confiance en la police, mais il y a des limites. Aujourd’hui, je peux dire qu’on a affaire à des menteurs à bâtons rompus. Il dit avoir fait usage de son arme à deux ou trois mètres et dit qu’il ne pense pas l’avoir touché. Qu’il se défende, c’est bien normal, mais vous pouvez retenir que ces charges existent ».

Concernant la peine requise, la magistrate « n’a pas envie qu’il ne soit plus policier et neuf ans après, ce n’est pas opportun. Je requiers une peine de prison avec sursis qui ne soit pas inférieure à quatre ans. Vous devrez signifier la gravité des faits et prononcer une interdiction de porter ou détenir une arme qui ne soit pas longue. »

« L’enquête a été désastreuse« 

Pour l’avocat de la défense, Me Laurent-Franck Liénard, qui défend par ailleurs le policier impliqué dans la mort de Nahel, « il m’est insupportable de voir la victime ici et ces armes d’impact n’auraient pas dû être dans les mains de ces policiers ce soir-là. Il n’aurait pas dû être blessé ce soir-là. Quand il y a des accidents, c’est un drame tous les jours et c’est insupportable. »

La robe noire va poursuivre en pointant du doigt la responsabilité de l’État. « C’est une direction politique qui a été prise et vous risquez d’avoir à traiter encore des dossiers comme celui-ci. Évidement, c’est une victime et c’est l’État qui en est responsable. Ce n’est pas parce que vous allez prononcer une peine que vous allez lui en élever la sienne. Rien ne va enlever ça ! »

« Votre décision doit s’appuyer sur des éléments incontestables pour que vous puissiez condamner cet homme. Bon courage, car l’enquête a été désastreuse. On est parti d’une hypothèse que c’est forcément le tir de l’accusé qui est le bon alors qu’il y a plusieurs tirs. L’instruction ne va vraiment pas au bout des choses. Il n’y a eu aucune reconstitution sur place. Aujourd’hui, je vous le dis : on ne sait pas ce qu’il s’est passé ! », assure la défense.

Pour Me Liénard, la seule certitude est que « la victime a été blessée par un élément de cet équipage, il y a eu plusieurs tirs, ce sont les éléments objectifs. À partir de là, on est sur des hypothèses. Les expertises de mon client le disent : il a agi par réflexe ! Ce n’est pas un tir volontaire. »

L’avocat de la défense a ensuite fait la démonstration que la victime est tombée, car il a reçu un tir de flash-ball, en partant de l’hypothèse retenue par le médecin légiste que la balle est arrivée de face. « En allant sur les lieux avec mon client, je me suis posé la question que personne ne s’est posé : qui l’a touché ? Pour moi, c’est soit l’un des deux autres, mais pas mon client. On a écarté de l’instruction le seul qui a pu le toucher, car son tir a été retenu comme légitime. On a préféré accuser mon client.« 

Pour achever sa plaidoirie, Me Liénard estime que « ce n’est pas parce que vous acquittez mon client que la victime ne sera pas indemnisé. Il a été blessé par un tir, c’est une responsabilité de l’Etat. Un organisme existe à cet effet. Il est impossible que la balle de mon client soit entrée de face dans l’œil de la victime. Vous devez l’acquitter.« 

Le policier a finalement été acquitté au bénéfice du doute.

Thèmes : Police
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
19 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
cilaosaa
3 mois il y a

Le contraire m’aurait étonné …Quel justice.

Peter PAN
3 mois il y a

Je comprends mieux les vidéos qui tournent sur les réseaux sociaux en ce moment…

Zourit
3 mois il y a

Soutien entier aux forces de l’ordre ! Sans elles, cela ferait longtemps que notre république serait à genoux !
Quant à la victime, la prochaine fois, j’espère qu’elle restera tranquillement chez elle lors d’émeutes, fréquentes, dans cette ville

Rufine97
Répondre à  Zourit
3 mois il y a

Exact, comment en étant bien « éduqué », on sort pour voir ce qui se passe dehors alors qu’il y a des affrontements.

Saucratès
Répondre à  Rufine97
2 mois il y a

Tout à fait Rufine et Zourite. On ne sait jamais si on ne peut pas participer à un petit pillage d’hypermarché. Avec un peu de chance. Ou bien un pillage de magasin ORANGE ou SFR. S’il y avait moins de délinquants dans les rues, d’émeutiers et de pillards, ou de conducteurs qui n’assument pas les infractions et prennent la fuite, il n’y aurait pas de bavures.

Rendre responsable l’Etat de l’éborgnèrent de ce jeune passant (au sein d’une émeute), c’est totalement aberrant. La responsabilité, ce sont qui appellent à ces émeutes, et ces pillages, les délinquants qui pensent que fuir ou résister à un contrôle est une bonne idée, et tous ceux qui les encouragent en trouvant cela courageux et intelligent. Vive l’Etat de droit. Saucratès

(je ne confonds pas le légitime droit de manifester et le droit de résister à des charges policières excessives avec ces émeutes et pillages opportunistes de jeunes désœuvrés et sans modèle)

Antipode
Répondre à  Zourit
2 mois il y a

C’est parce que les FO protègent la bourgeoisie au pouvoir, au-lieu de défendre le peuple contre ses abus, qu’elle peut (la bourgeoisie) se permettre de mettre le pays à-genoux ; il y a 2 corps (Gendarmerie et Police) justement pour que l’une fasse contre-pouvoir à l’autre si l’une accepte de protéger les despotes/gouvernants au détriment du peuple ; inconvénient, ses 2 corps sont devenus de métiers et donc facile à éloigner du peuple, suffit de donner une prime et voilà (ce qui est fait systématiquement) !

Retour Navrant
Répondre à  Zourit
2 mois il y a

Une des première responsabilité c’est le dialogique, cela incombe au gouvernement, nous sommes au 20ème 49.3 en très peu de temps.
Qu’est ce qui à été mis place, plusieurs élus regrettent l’abandon du plan Borloo en 2018, même à droite.Qui à été jeter à la poubelle, et les mois qui arrivent, va encore plus précariser les séniors de 55 ans au chomage. Déjà des plus de 60 ans se retrouvent au Rsa, vu que pas grand monde n’en veux, ils vont restés jusqu’à 64ans puis quoi continuer au Rsa. qu’est ce qui a été mis en place, rien crée plus de précarité. Pourtant son slogan d’avant campagne ne va pas dans le même sens que ses propos et cela sur beaucoup de chose.. Ce monsieur est un très mauvais président pas du tout ouvert au dialogue, De faire croie que oui, grace à lui certains se frottent les mains.
Je suis d’accord qu’il faut soutenir les forces de l’ordre, en premier c’est à eux de donner l’exemple, ainsi que le gouvenement. La société a changé mais nos politiques eux continus à être déconnectés

haty
3 mois il y a

Le QR code dans Paris pendant les JO, en fait c’est une répétition.
Je vous rappelle que Madame la folle dingo a inscrit Paris dans le programme des villes de 15 mn des malades mentaux du WEF.
L’agenda se déroule dans l’indifférence générale.
Seuls les complotistes s’agitent…

Emmanuel
3 mois il y a

Zistis de M.rde ! Ils ont le droit d eborgner ,d humilier, et d abus de pouvoir , pov flic ! Le karma su zot ! Et du zot famille !!!

Royal Bourbon
3 mois il y a

Je ne vois pas la différence entre le racisme systémique des blancs aux Etats Unis et ici !
On tue comme on veut dans la plus grande indifférence de l’Etat !
S’il faut rejoindre le courant Black Lives Matter, je suis partant !

Elodie
3 mois il y a

Dans tout ça un jeune homme a perdu un oeil et on trouve a justifier que c’est normal… Au vu des éléments produits par la police, il y a un doute incontestable….

On ne saura jamais la vérité, mais faut pas oublier qu’on a aussi des enfants et les injustices se paies.

Qui n’a pas été jeune et un peut moins souscient, qu’il n’arrive pas cela a vos enfants en sortant du lycée ou boite de nuit etc…
Courage a ce jeune homme, ça change tte sa vie….
Courage a ce policier s’il dit vrai !

Oté la Réunion
Répondre à  Elodie
2 mois il y a

Le policier dit avoir vu une « masse noire » et avoir tiré! Il n’était même pas en légitime défense! C’est comme lors des gilets jaunes où les forces de l’ordre avaient éborgné le peupke français qui réclamait des prix raisonnables! Aujourd’hui, les prix des denrées explosent! c’est une injustice quotidienne!

Ramon Mac Craquet
Répondre à  Elodie
2 mois il y a

Vous avez été à l’école? : « Les injustices se paies », « un peut moins souscient »….

Lesotho
2 mois il y a

Pourquoi tirent ils pas au ventre ou les jambes bras, pourquoi la tête , pour faire des dégâts ou même tué les flics de maintenant se sont des bourreaux

cmoin
2 mois il y a

Fallait pas être délinquant.

zean
2 mois il y a

cela n’aurait pas du arrivé le jeune aurait du etre dans son lit à cette heure tardive ( 1 h du matin ) et un des policiers ,lequel ?n’aurait pas du , torts totalement partagés

patafon
2 mois il y a

Soutien total à la police

Waly jean Claude
2 mois il y a

Aquité sur ordre de Macron et Dupont moretti. Vite la macronerie. Elle est pas belle la vie. Non mais……..2 poids / 2 mesures

LIBERTY
2 mois il y a

la question est jusqu’à quand allons nous les laisser faire ?

Dans la même rubrique

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.

Opération Place Nette : Trois individus interpellés pour port d’arme

Les fonctionnaires de la police nationale de La Réunion ont effectué des contrôles dans le cadre de l’opération « place nette » ce mercredi à Saint-Denis. À ce titre, cinq personnes ont été interpellées dans le quartier de Sainte-Clotilde, indique la police sur sa page Facebook.

Tentative de meurtre au carré cathédrale : Avant son jugement en appel, le suspect souhaite retrouver la liberté

Un acquittement pour tentative de meurtre « incompréhensible » selon le parquet général qui a fait appel de la décision de la cour d’assises prononcée en septembre dernier. Julien G. est poursuivi pour avoir planté une lame dans la carotide d’un touriste suite à une discussion animée sur fond d’alcool avec des touristes en décembre 2020 au centre-ville de Saint-Denis. Il souhaite attendre son nouveau procès en liberté.