Revenir à la rubrique : Faits divers

Saint-Joseph : Elle frappe sa meilleure amie qui lui a volé son mari

Une Saint-Joséphoise a été condamnée par le tribunal de police de Saint-Pierre pour avoir frappé celle qui lui a volé son mari alors qu’elle était encore mineure. Un procès qui avait pourtant trouvé sa résolution dans une médiation.

Ecrit par 1776023 – le mercredi 17 août 2022 à 10H40

Malgré la différence d’âge, Julie*, 35 ans et Lydia*, 17 ans, ont lié une forte amitié en 2018. Julie vit avec son mari et ses enfants. De son côté, Lydia est également en couple. Pourtant, c’est le compagnon de Lydia qui va révéler un jour à Julie l’impensable : leurs conjoints respectifs les trompent et se sont mis ensemble. Les couples se séparent et Lydia va avoir un enfant avec l’ex-mari de Julie.

Deux ans passent sans débordements, mais tout va changer en décembre 2020. L’un des enfants de Julie est malade et comme sa voiture est en panne, elle ne peut pas l’emmener chez le médecin. Elle demande à son ex-mari s’il peut y emmener leur enfant. Au téléphone, elle lui demande de prendre la grande soeur du petit qui connaît parfaitement ses soucis de santé, ce qu’il accepte.

Pourtant, lorsque le père arrive pour récupérer les enfants, il renvoie sa fille à la maison car il n’y a plus de place dans la voiture. En effet, Lydia et son enfant sont également à bord. La petite est en pleurs, car elle vient de se faire engueuler par son père, et retourne voir sa mère. Après s’être contenue pendant deux ans, Julie va exploser de rage.

Elle sort de chez elle et se dirige vers la voiture. Elle va attraper son ancienne amie par les cheveux et la traîner dehors avant de lui asséner des coups de poing au visage. C’est le père des enfants qui va séparer les deux femmes. Toute la scène s’est passée devant les enfants.

La médiation avait pourtant marché

Si Julie s’est retrouvée devant le tribunal de police hier, c’est en raison d’une erreur de paiement. En effet, les protagonistes se sont retrouvés dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC). Julie devait alors effectuer un stage de sensibilisation à ses frais. Mais en se rendant sur le site du Service de contrôle judiciaire et d’Enquêtes (SCJE), la mère de famille va payer 190 euros pour le stage… à Dunkerque.

En effet, la mère de famille avait simplement choisi le moins cher et n’avait pas vu la localisation du stage. En effet, le même stage coûte 50 euros de plus à La Réunion, ce que n’a pas hésité à dénoncer son avocat Me Farid Issé. N’ayant donc pas pris attache avec le service à La Réunion, elle n’a pas effectué le stage et s’est donc retrouvée au tribunal, perdant son argent au passage.

La robe noire va donc demander la relaxe pour sa cliente. « Dans sa situation, on a une réaction humaine et les réactions humaines ne sont pas forcément logiques. Elle a toujours été capable de se gérer jusqu’à l’élément qui a tout déclenché », souligne-t-il. Le tribunal, qui « a bien pris en compte le contexte », va tout de même la reconnaître coupable et lui infliger une amende de 50 euros.

*Prénoms d’emprunt

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Tentative de meurtre au carré cathédrale : Avant son jugement en appel, le suspect souhaite retrouver la liberté

Un acquittement pour tentative de meurtre « incompréhensible » selon le parquet général qui a fait appel de la décision de la cour d’assises prononcée en septembre dernier. Julien G. est poursuivi pour avoir planté une lame dans la carotide d’un touriste suite à une discussion animée sur fond d’alcool avec des touristes en décembre 2020 au centre-ville de Saint-Denis. Il souhaite attendre son nouveau procès en liberté.

Tentative de féminicide : L’auteur des coups de feu est décédé

Un drame s’est produit ce mercredi à Sainte-Marie aux alentours de 14 heures. Un quadragénaire a tiré sur sa compagne avec un fusil avant de retourner l’arme contre lui. La victime, âgée de 48 ans, a été transportée au CHU de Saint-Denis en état d’urgence absolue.  L’homme, gravement touché, est mort.

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.

Ste-Suzanne : Les gendarmes mettent fin à une série de cambriolages

Le 26 février 2024, les enquêteurs de la Brigade Territoriale Autonome (BTA) de Sainte-Suzanne ont élucidé 4 cambriolages dont 3 concernant des écoles élémentaires. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoit ont interpellé deux individus dont l’auteur principal a reconnu les faits.

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.