Revenir à la rubrique : Faits divers

Saint-Denis : une guichetière de La Poste frappée, l’agresseur jugé irresponsable

Les faits, d'une particulière gravité, se sont produits au mois de mai dernier à La Poste du Chaudron. Un homme alcoolisé est venu demander une "fiche de paie" à la guichetière et, devant une fin de non-recevoir, lui a asséné un coup de poing.

Ecrit par 1167938 – le samedi 25 juin 2022 à 18H49

Josian P., la cinquantaine, est jugé ce vendredi devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis pour des faits de violences. Lors de la première audience du 13 mai dernier, sa défense, représentée par Me Devaguy Mardaye, a eu le réflexe de demander une expertise psychiatrique, cela n’ayant pas été fait en garde à vue. En effet, le comportement du prévenu à la barre et ses logorrhées, ne laissaient aucun doute sur les probables problèmes psychiatriques qu’il pouvait rencontrer. Ce vendredi, le rapport du psychiatre donnait raison à la robe noire. 

Le 11 mai dernier, à la poste du Chaudron, Josian P. entre et, allez savoir pourquoi, demande une fiche de paie à la guichetière. Cela ne relevant pas de ses possibilités, elle répond par la négative. Il s’énerve et lui assène un coup de poing. Un client, témoin de la scène, intervient immédiatement. Il lui porte un coup, le faisant tomber au sol, avant qu’il ne se relève pour sortir. Les policiers le trouvent rapidement,  très alcoolisé, devant le bureau de poste. Il est placé en garde à vue où il reconnaitra les faits. La victime bénéficie bien malgré elle d’une ITT de 3 jours et est particulièrement choquée. 

Lors de l’audience de ce jour, la présidente explique que le compte-rendu du psychiatre conclut à l’abolition du discernement au moment des faits, indique qu’il est atteint de psychoses délirantes en raison d’un abus de drogues et qu’il n’est donc pas accessible à une sanction pénale. Le rapporte indique qu’il présente tout de même une dangerosité certaine. C’est en ce sens que le psychiatre propose une hospitalisation complète afin de lui prodiguer des soins. Les réquisitions du parquet vont en ce sens : la procureure estime que sa culpabilité est incontestable en raison de la violence de son geste mais, compte-tenu de ses problèmes psychiatriques, que soit prononcée son irresponsabilité pénale. Elle requiert, au regard de sa dangerosité, une hospitalisation complète. 

Si la défense s’en réfère au tribunal pour la décision, elle indique regretter grandement que l’expertise psychiatrique n’ait pas été ordonnée lors de la garde à vue.

La présidente prononce l’hospitalisation complète du prévenu à l’EPSMR de Saint-Paul en accord avec les réquisitions du parquet, mais également avec l’aval de l’ARS et de la préfecture. La présidente indique qu’il est reconnu que Josian P. a bien commis les faits. À ce titre, il devra indemniser La Poste des préjudices subis à hauteur de 7345 € qui comprennent la cellule psychologique mise en place pour le personnel et le remplacement pendant plus de 6 semaines de la guichetière suite à son arrêt de travail. 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

RN2 de Saint-André : Accident dans le secteur de Petit Bazar

Sur la RN2 à Saint André, suite à un accident qui s’est produit dans le secteur de Petit Bazar, la route a été fermée à la circulation en milieu de matinée dans le sens Nord/Est avec une déviation par la bretelle de sortie de l’échangeur, et la RN2002. Un sur-accident est ensuite survenu. La route a finalement pu être rouverte à la circulation en fin de matinée.

Prise illégale d’intérêts : Condamné, Olivier Rivière échappe à l’inéligibilité

En octobre 2020, Olivier Rivière était condamné en première instance pour prise illégale d’intérêts et concussion. Contestant tout, le maire de Saint-Philippe avait été rejugé en appel à sa demande. Le 25 mars 2021, il était condamné à trois ans d’inéligibilité et à huit mois de prison avec sursis en appel et annonçait son pourvoi en cassation qui a prospéré. Ce jeudi, alors que les mêmes peines ont été proposées à la cour, il n’écope pas d’inéligibilité, mais de huit mois de prison avec sursis et de 10.000 euros d’amende.