Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

RSI : La fin inéluctable d’un monopole…

A l’heure où l’Etat français, par la voie d’une justice aux ordres, capitule devant une soixantaine de « gens du voyage », bloquant des milliers de vacanciers sur l’autoroute A1 près de ROY (au motif de permettre à l’un des leurs emprisonnés de sortir de prison pour assister à des funérailles), à La Réunion, on traîne en […]

Ecrit par – le dimanche 30 août 2015 à 15H54

A l’heure où l’Etat français, par la voie d’une justice aux ordres, capitule devant une soixantaine de « gens du voyage », bloquant des milliers de vacanciers sur l’autoroute A1 près de ROY (au motif de permettre à l’un des leurs emprisonnés de sortir de prison pour assister à des funérailles), à La Réunion, on traîne en justice des visionnaires et libérateurs, qui n’ont commis pour seul crime, que celui de vouloir être libres et la stricte application de la loi.
 
Le monopole en France de l’obsolète et désuète sécurité sociale, au déficit abyssal, a été par le droit communautaire abrogé depuis 1992. La directive européenne s’est finalement vue transposée dans notre droit positif interne, après il est vrai, quelques atermoiements et condamnations de la France par les instances européennes. Les salariés comme les professions libérales ont donc désormais le choix.
 
Pourtant, par des mesures d’intimidation (qui pourraient quasiment relever du pénal), les extorsions de fonds de certains régimes et notamment du RSI (Régime Social des Indépendants) à la Réunion, continuent de plus belle, sans que la justice française française n’y trouve rien à redire. Bien au contraire, dans un arrêt de Cour d’Appel rendu récemment, elle confirme et justifie par des formules alambiquées, une souveraineté « franco-française » de ces régimes et caisses privées, sur les travailleurs salariés, les professions libérales et les travailleurs indépendants.
 
C’est donc finalement une Europe à la carte dont s’accommodent royalement nos responsables politiques nationaux de tous bords. On comprend bien évidemment pourquoi. Ils pourraient voir ainsi, leurs avantages et prérogatives exorbitants mis à nu. Leurs régime social et de retraite pharaoniques aussi remis en cause puisque les cochons de payeurs ne seraient plus là pour abonder leurs caisses.
 
Ces mêmes personnages publics, qui n’ont jamais trimé comme un salarié dans le privé, ni même réfléchis et sué pour créer des entreprises ou de l’emploi, vous anesthésient. Ils sortent leur arme fatale, celle de la « solidarité ». On ne peut plus discuter de rien, sans qu’ils vous ressassent par manque d’arguments le principe de solidarité !… Comme le disait justement l’autre, la solidarité, s’exprime déjà par l’impôt. Et en France actuellement, force est de constater que la solidarité par l’impôt n’a cessé d’augmenter !
 
La sécurité sociale telle qu’elle est aujourd’hui est responsable d’une grande partie de nos maux. Héritée des trente glorieuses, elle n’a plus lieu d’être en l’état et ce ne sont pas les quelques « rafistolages » de ces dernières années qui pourront la sauver. Gravement déficitaire dans son ensemble aujourd’hui, elle rembourse de moins en moins, pour des cotisations de plus en plus insupportables. LE RSI reste quant à lui la source de jouvence dégageant des centaines de millions de bénéfices, parfois placés dans ces fameux paradis fiscaux tant décriés par ces mêmes responsables !.. Avez-vous déjà vu un chef d’entreprise ou une profession libérale prendre des arrêts maladies ?.. Cotisant entre 30 et 45 % de ses bénéfices annuels, ils n’auront bien souvent droit qu’à un remboursement partiel de leurs médicaments (s’il les prennent!), et à une retraite de quelques centaines d’euros au bout de 45 ans de cotisations… Cherchez l’erreur !
 
Sollicités par le Collectif des Syndicats et Associations professionnelles de la Réunion (le CSAPR), les hommes politiques locaux se sont fait très discrets pour ne pas dire invisibles. Comme ceux au pouvoir au national, ils n’ont pas compris ou ne veulent pas comprendre l’urgence de la situation catastrophique dans laquelle ces monopoles nous mettent. Ils ne veulent tout simplement pas – par manque de courage politique évident – déplaire à leur électorat qui cherche encore timidement à croire, comme le souligne si justement Frédéric Bastiat à « la grande fiction à travers de laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde »
 
Pouvoir choisir soi-même sa caisse de sécurité sociale et de retraite permettrait bien évidemment une relance de l’activité économique par les économies substantielles que chacun réaliserait. La France au nom de l’Europe, impose,à ses agriculteurs et ses entreprises d’accepter la libre circulation des biens, des marchandises et des services, mais leur refuse le droit de choisir leurs caisse de sécurité sociale et régimes de retraite et tout cela de manière illégale !
 
Qu’il semble lointain le temps où Ségolène ROYAL (déjà elle !…), dans les années 90, lors d’une interview, annonçait triomphalement et avec un vent de liberté, la fin du monopole de la Sécurité Sociale.
 
Plus concrètement, Si l’affiliation à un régime de sécurité sociale et/ou de retraite reste obligatoire, c’est en respectant avant tout la loi, que l’on pourra créer de l’emploi. Sortir enfin du système collectiviste français, pour permettre aux salariés, ainsi qu’aux professions libérales de pouvoir choisir leur régime et/ou caisse (comme peuvent d’ailleurs naturellement le faire les autres pays d’Europe), permettra une remise à plat bénéfique pour le pays de son économie via son système social et favorisera sans nul doute l’emploi dont notre île notamment à tant besoin.
 
Dans notre pays soi-disant de libertés, il est encore des responsables politiques « anesthésistes », qui veulent toujours assouvir et profiter d’un système à bout de souffle. Ce sont ces gens là qu’il nous faut combattre pour réformer efficacement la France. Certains responsables politiques nationaux et du gouvernement, ces dernier temps, ont mis l’accent sur des certitudes et non plus des promesses à faire aux Français… Parions que pas un seul socialiste, ni républicain n’évoquera le thème lors de la prochaine campagne présidentielle !
 
Marc Lewitt
 

 

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une journée solidaire

Le 15 février 2024 l’association solidarité réunionnaise pour un meilleur lendemain a fait une distribution de denrées alimentaire d’envergure.

Pathétique Poutine ou la maladie du pouvoir

Si je devais évoquer le flair d’un animal face à Poutine, je m’identifierais à un vieux « renard » afin de me rendre compte de sa structure psychologique névrotique complexée sous-jacente. Biden et...

Groupes électrogènes : « Un audit est nécessaire »

Cette lettre s’adresse aux responsables de la Sécurité Civile : l’Etat et les Collectivités. Lors du dernier phénomène cyclonique, des commerçants ont fait la promotion de groupes électrogènes. Anticipant des coupures d’électricité prolongées, des clients faisaient la queue devant certains magasins. La peur des avaries alimentaires a poussé de nombreux Réunionnais à se doter de ce moyen de secours. 

Le nouveau Ministre Frédéric Valletoux va-t-il sacrifier ses convictions ?

Onze ans à la Présidence de la Fédération hospitalière de France (FHF), chevronné du système de santé et défenseur de l’hôpital public, Frédéric Valletoux, arrive au chevet de l’hôpital. Armé de ses convictions, il a toujours mis sa voix au service de la santé et se voit ainsi récompensé par un poste de Ministre.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial