Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

?Réponse de Ian BROSSAT et de Julie PONTALBA suite aux propos de Brigitte BARDOT

Lettre ouverte à Brigitte Bardot Madame Bardot, pour faire part aux Réunionnais de vos pensées les plus abjectes à leur égard, vous avez choisi le 19 mars 2019, date du 73è anniversaire de la loi du 19 mars 1946, qui a fait évoluer les colonies de La Réunion, La Martinique, La Guadeloupe et La Guyane […]

Ecrit par Ian BROSSAT, tête de liste du PCF aux élections européennes, Julie PONTALBA, colistière. – le jeudi 21 mars 2019 à 10H41

Lettre ouverte à Brigitte Bardot

Madame Bardot,

pour faire part aux Réunionnais de vos pensées les plus abjectes à leur égard, vous avez choisi le 19 mars 2019, date du 73è anniversaire de la loi du 19 mars 1946, qui a fait évoluer les colonies de La Réunion, La Martinique, La Guadeloupe et La Guyane en départements français d’Outre-Mer.

Pour nombre de Réunionnais, le 19 mars 1946 est d’importance égale au 20 décembre 1948, jour où l’esclavage a été aboli et qui est depuis 1986 un jour férié sur l’île. 

Si le 20 décembre a ouvert le chemin de la liberté, le 19 mars devait conduire à l’égalité entre les peuples de La France continentale et ceux de La France des Outre-mers.  Aujourd’hui, vos propos en témoignent, nous n’avons ni l’un, ni l’autre. 

Nous ne vous ferons pas l’affront de vous dispenser un cours sur l’histoire du peuplement de l’île de La Réunion qui a commencé en 1663 avec 10 français et 3 malgaches. Vous qui parlez de “peuple autochtone” et de “cannibale”, nous nous contenterons simplement de vous dire que depuis cette date, tout dans l’île est de fait français.

Vous vous sentez solidaire “des milliers de personnes qui vous écrivent chaque jour” pour vous faire part de leur inquiétude devant la maltraitance animale qui sévirait à La Réunion. Avec elles, vous vous inquiétez du sort de ces animaux. Peut-être que vous serez rassurés, en sachant que la maltraitance animale est un délit sévèrement puni par la loi française et que à La Réunion c’est la loi française qui s’applique. Vous pouvez tranquillement vous en remettre à elle.

Cependant, permettez nous de vous rappeler que, vous et les personnes qui vous écrivent, vous inquiétez tellement pour les animaux que vous en oubliez le sort des êtres humains qui partagent cette île avec ces mêmes animaux.

Savez-vous Madame Bardot, que La Réunion est qualifiée dans un rapport de l’INSEE datant de 2013 de “département socialement hors norme” ? Dans cette île, le taux de chômage est l’un des plus élevés de France atteignant les 30% de la population active, il en est de même pour le taux d’illettrisme et le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté. C’est là encore que les inégalités sont les plus criantes. Ne parlons pas du fléau des violences faites aux femmes qui bat des records. Nous ne doutons pas que ces situations vous émeuvent ou révoltent autant.

Nous convenons avec vous que la défense animale doit être la préoccupation de tous, à tout moment et en tout lieu, et nous espérons que vous vous associerez à nous pour défendre toutes les causes humaines. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La paix dans les cœurs et le courage de l’esprit pour une extinction des foyers de tension.

Nous vivons dans un monde où les conflits et les tensions sont malheureusement monnaie courante. Des foyers de tension persistent dans de nombreuses régions, causant souffrances et désespoir aux populations concernées. Face à cette situation, il est plus que jamais nécessaire de faire appel à la paix dans les cœurs et au courage de l’esprit pour que nous puissions obtenir des actes tangibles dans la cessation de ces foyers de tension.