Revenir à la rubrique : Faits divers

Nuit de violences à Bras-Fusil : Patrice Selly lance un appel au Premier ministre

Des groupes de délinquants ont détruit des véhicules et ont provoqué d'importants dégâts dans le quartier de Bras-Fusil à Saint-Benoît dans la nuit de samedi à dimanche. Le maire, Patrice Selly, s'est exprimé et demande l'intervention du gouvernement.

Ecrit par N.P. – le dimanche 24 mars 2024 à 19H24

Des scènes de violence se sont déroulées à Bras-Fusil samedi soir. Des délinquants ont semé le chaos dans les rues du quartier de Saint-Benoît. Des véhicules ont été dégradés et des détonations ont retenti pendant plusieurs heures.

Le maire, Patrice Selly, a déploré ces nouveaux heurts. « Des affrontements entre bandes rivales ont perturbé la tranquillité des habitants« , explique-t-il. L’élu assure que « le vivre-ensemble réunionnais est aujourd’hui menacé » après avoir pointé du doigt un « problème d’intégration« . Le président de Banian lance un appel pour le déploiement de la brigade de gendarmerie à Bras-Fusil. Il souhaite aussi que le Premier ministre et son gouvernement accompagne « les élus locaux pour apporter des solutions immédiates et durables« .

 

Communiqué de presse de Patrice Selly

Violences à Bras-Fusil : nous devons préserver le vivre-ensemble réunionnais !
Saint-Benoît – Dimanche 24 mars 2024 – Des heurts se sont de nouveau produits la nuit dernière à Bras-Fusil. Des affrontements entre bandes rivales ont perturbé la tranquillité des habitants de ce quartier, dont certains ont vu leur véhicule dégradé.
« Je condamne, bien évidemment, avec la plus grande sévérité ces agissements de voyous et ces comportements irresponsables qui se sont déroulés à Saint-Benoît ! Je remercie les forces de l’ordre pour leur mobilisation et j’appelle la justice à sanctionner sévèrement les personnes impliquées. J’apporte également mon soutien aux pompiers, victimes d’agressions au cours d’une intervention ».
« J’entends la colère et le désarroi des habitants de Bras-fusil. Mais au-delà de Bras-Fusil, c’est une colère profonde que nous entendons dans toute La Réunion. Je répète que, seuls, les maires n’arriveront pas à répondre à un problème d’intégration qui touche désormais l’ensemble des villes de La Réunion. C’est pourquoi, j’appelle le président de l’Association des Maires de La Réunion à organiser une réunion d’urgence et dans les meilleurs délais avec l’ensemble des maires du département ».
La population bénédictine est à bout et cela ne peut plus durer ! « Depuis 2021, j’ai lancé plusieurs messages en ce sens. J’ai abordé ces violences et ces problèmes d’intégration de la communauté mahoraise sans hypocrisie et sans tabou. J’ai alerté les services de l’État et les bailleurs sociaux à la fois sur la problématique des mineurs isolés et sur l’évolution des règles en matière d’attribution des logements sociaux ».
Chacun doit prendre ses responsabilités. On ne peut plus se permettre de minimiser de tels actes. Il s’agit, ici, de la sécurité des populations et de leur bien-être : « Je demande à ce que la nouvelle brigade de gendarmerie soit déployée sans délai à Bras-Fusil, comme annoncé par le Président de la République en octobre dernier ».
« Le vivre-ensemble réunionnais est aujourd’hui menacé. Je lance, donc, un appel solennel au Premier Ministre, Gabriel Attal, et à son gouvernement afin d’accompagner les élus locaux pour apporter des solutions immédiates et durables. La population bénédictine et réunionnaise est en droit de vivre au quotidien dans le respect et la tranquillité. L’ordre républicain doit régner dans tous nos quartiers ! »
Patrice Selly
Maire de Saint-Benoît
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
120 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Viol d’une prostituée sur la voie publique : L’auteur présumé ne voulait pas payer

Gabriel*, mis en examen le 25 août 2022 pour un viol commis la veille sur une prostituée rencontrée via les réseaux sociaux, a donné des explications variables sur le non paiement de ses services. Il a été décrit par des experts comme ayant des difficultés relationnelles mais sans dangerosité criminelle. Malgré sa demande de libération, la chambre de l’instruction a maintenu sa détention, suivant l’avis du parquet général qui craint qu’il exerce des pressions sur la victime.

Trafic de stupéfiants en bande organisée : 45 kilos de zamal péi retrouvés au domicile d’un cultivateur

Jean-Cédric L., 45 ans, a été arrêté pour avoir cultivé 45 kg de cannabis chez lui, impliqué dans un trafic entre l’Île Maurice et La Réunion. Après un an en détention provisoire, il a été placé sous contrôle judiciaire, mais reste sous les verrous après un appel du parquet. Le réseau d’envergure bien huilé révèle des envois fréquents et volumineux vers Maurice.

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.