Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Incinérateurs : Jean Richard RIANI, artiste-recycleur et porte-parole du collectif ‘NON à l’incinérateur’ interpelle les têtes de liste aux élections européennes

Mesdames, Messieurs les têtes de liste aux élections européennes, Les Réunionnais-es responsables et conscients de l’urgence écologique souhaitent attirer votre attention sur les projets d’incinérateurs de déchets, appelés ‘Unités de Valorisation Énergétique de déchets préparés en Combustibles Solides de Récupération’ ou UVECSR, en particulier ceux de La Réunion et de La Guadeloupe. Brûler nos déchets […]

Ecrit par Jean Richard RIANI – le lundi 08 avril 2019 à 09H57

Mesdames, Messieurs les têtes de liste aux élections européennes,

Les Réunionnais-es responsables et conscients de l’urgence écologique souhaitent attirer votre attention sur les projets d’incinérateurs de déchets, appelés ‘Unités de Valorisation Énergétique de déchets préparés en Combustibles Solides de Récupération’ ou UVECSR, en particulier ceux de La Réunion et de La Guadeloupe.

Brûler nos déchets c’est faire peser des risques importants sur la Santé et le Pouvoir d’Achat de nos concitoyens tout en polluant notre Environnement

Il faut d’abord rappeler que nous ne sommes pas opposés au développement d’une filière de traitement durable des déchets ultimes mais à deux conditions : qu’il ne soit pas produit à partir de déchets qui seraient encore recyclables (non garanti par le Tri Mécano- Biologique ou TMB) et que sa transformation en énergie/électricité ne produise pas de déchets toxiques et/ou dangereux (cas des chaudières de combustion CSR). En résumé, que cette installation de traitement soit conforme aux 5 objectifs européens repris par La France dont le « zéro Déchet » et le « zéro Carbone » en 2050.

Or il apparaît que la combustion de déchets-CSR dans un incinérateur, même à vocation énergétique, loin d’être le nouvel Eldorado du Traitement des déchets, est en réalité un retour en arrière aux conséquences désastreuses sur le plan sanitaire (émissions de dioxines, métaux lourds, furanes…), environnemental (4000 t de résidus d’épuration de fumées ou REFIOM, 30 000 t de Mâchefers) et économique (30 emplois pour un investissement de 404 Millions d’euros TTC !). En France hexagonale, l’émission de 12 millions de tonnes de Gaz à Effet de Serre (CO2) des 126 incinérateurs français correspondant, selon l’ONG Zero Waste France, au trafic annuel de 2,5 millions de voitures ont également de lourdes conséquences sur le Réchauffement climatique.

A cela s’ajoutent d’ inquiétantes incertitudes techniques et financières sur les marchés de construction-exploitation-maintenance d’un « outil multifilière » comportant un incinérateur de déchets-CSR, notamment celui signé le 28 Décembre 2018 par le Syndicat de Gestion des Déchets du Sud de La Réunion ILEVA, suite à une volonté réaffirmée de l’État français de promouvoir la filière CSR en Outre-Mer. Incertitudes sur le tri réalisé en amont de l’incinérateur (TMB peu performant), sur la qualité du CSR (on parle de boues de STEP qui pourraient être également brûlées), sur la gestion des REFIOM : export coûteux ou construction d’une installation classée de stockage de résidus dangereux très peu adaptée aux conditions géologiques de La Réunion ? Même Le Président d’ILEVA a affirmé par voie de presse qu’il n’a, à ce jour, aucune réponse ! Pire, ce coût que nous avons estimé entre 16 et 24 M€ / an n’est pas prévu dans les 404 Millions d’euros de constructionexploitation-maintenance !

Incertitudes financières car le remboursement de l’emprunt de 190 Millions € sur 30 ans soit plus de 530 000 € par mois est basé sur une recette prévisionnelle annuelle de 14 M€ (revente d’électricité à EDF) soumise à l’autorisation de la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), autorisation toujours en suspens à ce jour. Le Président de la CRE avait d’ailleurs conseillé au Président d’ILEVA de « ne pas signer ce marché » (sic) de construction d’un incinérateur puisque cet incinérateur énergétique n’était pas prévu dans la nouvelle Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) 2019-2028 et que les fonds européens FEDER qu’espérait ILEVA (37 M€) risquaient fortement d’être remis en cause.

En effet, La Région Réunion a depuis Janvier 2018 annoncé sa volonté de mettre en place un scénario de Réduction / Réemploi / Recyclage appelé « Plan 0Déchet ».

Brûler nos déchets-ressources c’est brûler nos chances de créer des emplois durables dans une Économie Circulaire

En outre, cet Incinérateur CSR bénéficie en Outre-Mer d’exemptions voulues par le Gouvernement puisqu’il est prévu en France Hexagonale soit pour des besoins industriels spécifiques (cimenteries) soit en cogénération (Électricité+Chaleur) alors qu’à La Réunion il ne servirait uniquement à produire de l’électricité, remettant encore plus en question le modèle économique (3 fois le prix de rachat hexagonal). La production électrique de cet incinérateur ne représenterait, de toute façon que 3 % de la consommation réunionnaise annuelle et confirme, si besoin était, qu’elle n’est qu’un prétexte à brûler nos ressources.

Non seulement La Réunion risque de devenir la poubelle de l’Océan Indien lorsqu’il faudra compenser le manque à gagner de l’industriel exploitant l’incinérateur dû à une réduction des déchets produits mais c’est aussi un très mauvais signal envoyé à la population : « plus la peine de trier les plastiques/papiers-cartons/bois : on brûle tout ! », réduisant à néant les efforts de changement des comportements.

Enfin, les incinérateurs, qu’il soit à vocation énergétique ou non, sont une catastrophe sur le plan économique. En effet, le projet ‘Outil Multifilère’ avec incinération d’ILEVA, à Saint-Pierre de La Réunion, coûtera 404 Millions d’euros TTC pour créer 30 emplois directs ! Or c’est un gisement de milliers – à l’échelle européenne, selon l’étude GWS pour la European Resource Efficiency Platform en 2012, de millions – d’emplois qui seraient générés dans une économie circulaire qui maximise nos ressources-déchets en les triant efficacement puis en les réutilisant, en les réparant et en les recyclant, par exemple dans des recycleries à proximité de déchetteries.

C’est pourquoi, au nom du Collectif ‘NON à l’Incinérateur’ et de tous les Réunionnais-es, Ultramarin-es, Français-es, Européen-nes, conscients et responsables et compte tenu de leur attente légitime de protection de leur Santé, de leur Cadre de Vie, de leur Pouvoir d’Achat/Emplois et de leur Avenir durable et vertueux, j’ai l’honneur de vous demander, si le 29 Mai prochain vous êtes élu-e au Parlement Européen :

Êtes-vous POUR ou CONTRE l’interdiction des incinérateurs (même énergétiques) à La Réunion, dans les Régions UltraPériphériques (RUP), en France et en Europe ?

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La paix dans les cœurs et le courage de l’esprit pour une extinction des foyers de tension.

Nous vivons dans un monde où les conflits et les tensions sont malheureusement monnaie courante. Des foyers de tension persistent dans de nombreuses régions, causant souffrances et désespoir aux populations concernées. Face à cette situation, il est plus que jamais nécessaire de faire appel à la paix dans les cœurs et au courage de l’esprit pour que nous puissions obtenir des actes tangibles dans la cessation de ces foyers de tension.