Revenir à la rubrique : Politique

Gabriel Attal, lointain descendant d’un célèbre colon de La Réunion

Un lien ténu relie Gabriel Attal à La Réunion. Il faut pour cela toute l’expertise d’un site spécialisé dans les recherches généalogiques pour déceler ce clin d'oeil de l'histoire. En explorant son immense base de données, le site Geneanet a reconstitué les grandes lignes de l’arbre généalogique de celui dont tout le monde parle depuis 24 heures.

Ecrit par L.G. – le mercredi 10 janvier 2024 à 12H41

Alors que le tout nouveau Premier ministre est attendu pour l’annonce de son gouvernement dans les heures qui viennent, la France en apprend un peu plus sur la personnalité et le parcours du plus jeune Premier ministre de la 5ème République.

Parmi les ascendants du Premier ministre se trouve un personnage marquant de l’histoire de l’île de La Réunion. A ce point illustre qu’un quartier, devenu par la suite une commune, porte aujourd’hui son nom : Bras Panon.

Selon le site Geneanet, Gabriel Attal compte parmi ses ascendants un certain Augustin Panon. L’homme originaire de Toulon, né en 1664, était menuisier et charpentier. Il faisait partie des premiers colons de l’île. « En 1697, la Compagnie des Indes Orientales lui accorda la concession de La Mare, près de la Rivière des Pluies. Grâce au travail de plusieurs dizaines d’esclaves sur ses plantations, il parvint à cultiver du blé, du riz, du mil, des patates douces, une petite quantité de canne à sucre, ainsi qu’une variété de fruits et légumes. En 1710, possédant un cheptel de plus de 250 animaux, il atteignit un statut de richesse et de notoriété », retiennent les livres d’histoire.

Plus proche de notre époque, Gabriel Attal compte aussi dans sa cousinade une certaine Françoise de Panafieu qui était tout comme lui ministre. C’était il y a bientôt trente ans. Elle faisait partie du gouvernement Juppé et maire UMP du 17ème arrondissement de Paris

Gabriel Attal, devenu ministre de l’Education nationale il y a six mois en battant des records de précocité politique à chaque fois, avait consacré sa première visite hors Hexagone à La Réunion lors de la rentrée scolaire du mois d’août dernier. Sans le savoir, il foulait ainsi le sol d’un territoire où un très lointain ascendant avait prospéré.

Thèmes : Gabriel Attal
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
85 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Après avoir écarté Huguette Bello, le PS pousse pour Laurence Tubiana

Après le retrait contraint d’Huguette Bello en raison du refus du PS de soutenir sa candidature, c’est désormais au tour des socialistes, soutenus par les écologistes et les communistes, de proposer Laurence Tubiana, patronne de la décriée Fondation européenne pour le climat, pour le poste de première ministre du gouvernement du Nouveau Front populaire.

LFI suspend les discussions avec les autres partis de gauche

La France Insoumise (LFI) a annoncé ce lundi 15 juillet la suspension des discussions avec les autres partis de gauche pour la formation d’un gouvernement, en réaction au refus des socialistes de soutenir Huguette Bello au poste de Premier ministre. Ce refus a été perçu par LFI comme une volonté du PS « de mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front populaire, dans le seul but d’imposer la sienne », conduisant la gauche dans une « impasse ». En conséquence, le parti de Jean-Luc Mélenchon annonce suspendre les négociations, dans l’attente de la désignation d’une candidature unique à la présidence de l’Assemblée nationale.

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.