Revenir à la rubrique : Mayotte

Dérèglement climatique : Situation alarmante à Mayotte

Les îles font partie des territoires les plus exposés aux conséquences de ce réchauffement. Entre la hausse de température, ainsi qu’une augmentation du niveau de la mer depuis 2015, les experts tirent la sonnette d’alarme.

Ecrit par L.S. – le lundi 14 novembre 2022 à 09H42

La situation liée au réchauffement climatique à Mayotte est alarmante, prévient le géographe Saïd Hachim. Il explique observer une intensification et une accélération du changement climatique.

Interrogé par Mayotte 1ère, ce dernier affirme : « À Mayotte, les conséquences du changement ne correspondent plus aux projections lointaines du GIEC, à l’horizon 2100. Venez observer à Bandrélé des habitations à la merci de la mer en raison de la montée rapide des eaux, des baobabs centenaires livrent leur dernier combat face à la mer à Sakouli et à Mtsamoudou. Une plante unique au monde, le Nahmoulana, le foetidia Comenrensis, découverte seulement en 2011, est en danger critique d’extinction. »

En 2015 déjà, les météorologues de Mayotte constataient une hausse de température de 1,5% en 10 ans sur l’île, ainsi qu’une augmentation du niveau de la mer de 5 cm sur la même période.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Il faut peut-être en tuer » : Le vice-président du Département de Mayotte condamné à 3 mois de prison avec sursis

Salime Mdéré était jugé pour avoir déclaré en direct sur une chaîne de télévision publique mahoraise « Il faut peut-être en tuer » au sujet des délinquants qui affrontaient la police lors de l’opération Wuambushu. Trois mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende avaient été requis. Le tribunal a décidé d’aller au-delà des réquisitions et le condamner à trois mois de prison et 10.000 euros d’amende pour provocation publique.