Revenir à la rubrique : Santé

Déclaration obligatoire pour le chik : »C’est idiot »

Josette Brosse, présidente de l’association « Ile de La Réunion Contre Le Chikungunya« , trouve absurde le nouveau décret daté du 19 décembre dernier, qui rend la déclaration obligatoire aux services de la DRASS pour quiconque ayant contracté le virus du chikungunya. « Comment savoir si on vient de contracter le chik ? Les symptômes ne sont pas […]

Ecrit par Karine Maillot – le vendredi 02 janvier 2009 à 16H38

Josette Brosse, présidente de l’association « Ile de La Réunion Contre Le Chikungunya« , trouve absurde le nouveau décret daté du 19 décembre dernier, qui rend la déclaration obligatoire aux services de la DRASS pour quiconque ayant contracté le virus du chikungunya. « Comment savoir si on vient de contracter le chik ? Les symptômes ne sont pas assez significatifs. Si on revient de l’Afrique ou de notre département et qu’on a un peu de fièvre ou quelques courbatures, on va devoir faire une sérologie qui va coûter 30€ au patient et de l’argent à la sécurité sociale. Il vaut mieux miser sur la prévention maintenant que l’on connaît les gestes à faire pour éviter une prolifération. En plus, le chikungunya est dernière nous. C’était en période de crise qu’il aurait fallu obliger les malades à se signaler ».

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les cas de coqueluche augmentent en France, comment protéger les nourrissons ?

Face à la recrudescence de la coqueluche en France depuis le début de l’année 2024, la Haute Autorité de santé (HAS) a publié aujourd’hui de nouvelles recommandations vaccinales.
Cette infection respiratoire, hautement contagieuse, a causé la mort de 17 personnes depuis janvier, dont 12 nourrissons âgés d’un à deux mois, un enfant de quatre ans et trois adultes de plus de 85 ans.

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.