Revenir à la rubrique : Mayotte

Collectif des citoyens de Mayotte : « Ras-le-bol de la haine anti-mahorais à La Réunion »

Le Collectif des citoyens de Mayotte a publié un communiqué pour exprimer sa colère face à la montée de haine que subit la communauté mahoraise à La Réunion depuis le début de la crise Covid. Celui-ci rappelle que si les habitants de Mayotte viennent se faire soigner à La Réunion, c’est parce que la santé de l’île aux parfums était pendant longtemps gérée depuis La Réunion, qui a bénéficié de fonds publics pour cela.

Ecrit par GD – le mardi 02 mars 2021 à 14H13

Le communiqué:
 

RAS LE BOL DE LA HAINE ANTI-MAHORAIS A LA REUNION!

Nous souhaitons officiellement protester contre la haine anti-Mahorais qui déferle sur les réseaux sociaux, dans les médias et la bouche de certains élus de la Réunion avec une violence inouïe. La mahophobie réunionnaise est décomplexée : agressions dans les rues, injures, discrimination à l’emploi et autres discours publics de dénigrement visent quotidiennement les Mahorais. Les commentaires racistes au bas des articles de presse en ligne, les appels du public à la radio contre les Mahorais incarnent l’abjection la plus nauséabonde. Il semble que le métissage du peuple « arc en ciel » et son vivre-ensemble s’arrêtent aux cheveux crépus, à la peau noire et aux tenues traditionnelles de Mayotte régulièrement mis à l’index en oubliant le sari ou le salwar kameez  qui se baladent sans encombres… Rappelons que les Mahorais et les Mahoraises sont des Français comme les autres, libres de s’installer sur le territoire national à leur guise, à la Réunion comme ailleurs, et leur accès aux aides et services publics n’est pas une faveur mais un droit. Appeler à l’exclusion, la haine, au viol ou aux ratonnades contre les Mahorais est passible de poursuites judiciaires. Et les élus qui encouragent ces violences sont en rupture avec le pacte républicain.

Cette poussée de mahophobie réunionnaise aigüe dans le contexte de l’épidémie pose question: la santé des Mahorais et des Mahoraises vaut-elle moins que celle de nos compatriotes de la Réunion? Ne sommes nous pas tous Français et égaux ? La solidarité nationale est-elle à sens unique pour la Réunion ?

Les appels à fermer la Réunion aux patients mahorais sont inadmissibles: rappelons aux amnésiques ou élus de mauvaise foi que l’ARS de Mayotte  n’a été créée qu’il y a un an. Ces dernières décennies, toute la santé publique de Mayotte a été décidée et gérée depuis Saint-Denis de la Réunion: le désert médical mahorais qui nous tue en cette période de pandémie est  aussi le fruit de la mauvaise gestion réunionnaise.

Pire, les fonds publics destinés à la santé pour Mayotte ont été investis à la Réunion en prévoyant l’accueil de notre patientèle: c’est à dire que les investissements publics qui ont créé le CHU de la Réunion ont été obtenus en incluant les patients mahorais dans l’équation. Pour mémoire, les médecins spécialistes engagés dans les structures publiques réunionnaises doivent contractuellement travailler en partie pour Mayotte. L’ARS de la Réunion facture à l’ARS de Mayotte chaque évacuation sanitaire, chaque prise en charge de patient mahorais. S’il est inacceptable de remettre en cause cette obligation de soigner les patients mahorais alors que nous sommes entrain de mourir, la situation actuelle souligne l’urgence de remettre en cause cette orientation de la Santé dans l’Océan Indien centrée à La Réunion. Mayotte a besoin d’investissements massifs pour un deuxième hôpital à hauteur des besoins, la formation de soignants Mahorais et une montée en capacités techniques du CHM: nous comptons sur les élus réunionnais pour appuyer cette démarche. Cela changerait.

Nous rappelons enfin que La Réunion construit une partie de sa richesse sur Mayotte qui accueille investisseurs et cadres de l’île Bourbon placés stratégiquement pour se tailler la part du lion. De nombreuses entreprises réunionnaises comme Air Austral, Caillé, CBo Territoria, Prudence Créole, Ravate, Sapmer, Héli Lagon opèrent et font des profits colossaux sur le marché mahorais.

Si La Réunion se gargarise de sa supériorité sur Mayotte, elle peut s’interroger sur le maintien dans le sous développement structurel de l’île aux Parfums en regardant la répartition des fonds publics destinés aux deux départements et dont la gestion est centralisée à Saint-Denis pour le  grand bénéfice de l’Ile Bourbon. Les services publics nationaux sont basés à la Réunion et incluent souvent une antenne à Mayotte pour capter davantage de crédits sans pour autant se déployer sur place à la hauteur des besoins. Paris a choisi de privilégier la tutelle administrative de la Réunion sur Mayotte et cela détermine les investissements publics à la Réunion, le développement massif des infrastructures et des créations d’emplois sur place. Nous constatons que cela se fait systématiquement aux dépens des investissements sur Mayotte et que cela induit une obligation de la Réunion envers Mayotte.  Il faut maintenant l’assumer ou aller au bout de la remise en question que certains politiques réunionnais sous-entendent : Mayotte ne peut que se réjouir d’enfin être traitée dignement.

RA HACHIRI

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La ministre chargée des Outre-mer se rendra à Mayotte prochainement

Marie Guévenoux, nouvelle ministre chargée des Outre-mer, a rencontré les élus mahorais et a annoncé l’opération d’évacuation du stade Cavani et la préparation de l’opération Wuambushu 2. Par ailleurs, elle indique qu’elle sera à Mayotte dans « le prolongement de l’installation du nouveau préfet de Mayotte, François-Xavier Bieuville.

Mayotte : Les barrages se reforment ce samedi

Des responsables de barrages à Mayotte ont décidé de reprendre les blocages en réponse à la condamnation de deux des leurs à quatre ans de prison, suite à l’attaque d’une gendarmerie fin janvier dernier.

Fin du droit du sol : Une remise en cause de l’appartenance de Mayotte à la France selon Moroni

La fin du droit du sol à Mayotte annoncé dimanche dernier par Gérald Darmanin pour contrer l’immigration illégale en provenance majoritairement de l’archipel des Comores a réveillé les ardeurs des autorités comoriennes. Pour ces dernières, la mesure proposée par le ministre de l’Intérieur français serait « le début d’une remise en cause de la soi-disant appartenance de l’Ile Mayotte à la France ».

Les Forces vives de Mayotte réagissent aux annonces de Gérald Darmanin

Le collectif « Les Forces vives de Mayotte » déplorent le choix du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer de s’attaquer à la suppression du droit du sol alors que les manifestants réclamaient en priorité la fin du « séjour territorialisé » et craignent « un détournement » de leur revendication majeure.

Thierry Robert ouvre un restaurant à Mayotte

L’insécurité permanente que subissent les habitants de Mayotte est peu propice aux affaires des commerçants. C’est dans ce contexte anxiogène que l’ex-élu réunionnais Thierry Robert lance un appel aux politiques péi afin qu’ils se saisissent sérieusement de la situation mahoraise. Une île où Thierry Robert fait justement des affaires.