Revenir à la rubrique : Politique

CIVIS : Malgré l’opposition de Saint-Louis, la taxe foncière va bien augmenter

Le Conseil communautaire de la CIVIS s'est réuni mercredi 10 avril pour, notamment, voter le budget 2024 et le Plan pluriannuel d'investissement (PPI) pour la période 2024-2026. Mais le sujet qui a cristallisé les tensions était le remboursement du trop-perçu versé par l'URSSAF à hauteur de 5,6 millions. La solution adoptée a été d'augmenter la part de la taxe foncière d'un point. Une solution qui a mécontenté les élus saint-louisiens.

Ecrit par Gaëtan Dumuids – le jeudi 11 avril 2024 à 12H01

Si le vote du budget est l’un des moments forts de toutes collectivités, c’est bien un autre sujet qui occupait les esprits à l’entame du Conseil communautaire de la CIVIS. Les élus avaient en mémoire le dernier rendez-vous de l’Intercommunalité qui avait été marqué par une mauvaise nouvelle : une dette surprise de 5,6 millions d’euros après un trop-perçu versé par l’URSSAF. Une erreur administrative dont ont été victimes de nombreux établissements publics de coopération intercommunale (EPCI).

Une ardoise à régler qui tombait bien mal puisque le trou dans les caisses causé par le passage de Belal venait d’être évalué à 1,9 million d’euros. Afin d’éviter d’avoir à couper dans l’offre de service à la population, Michel Fontaine, le président de la CIVIS, avait proposé une augmentation de la part de la CIVIS sur la taxe foncière à hauteur de 1,5 point. Une solution à laquelle s’était opposée Juliana M’Doihoma, qui ne voulait pas imposer plus de fiscalité à sa population.

« Nous n’avons pas d’autres solutions »

Après un mois de travail et réflexion afin de trouver la meilleure option possible, c’est finalement une augmentation de 1 point sur la taxe foncière qui est proposée au vote. « Un maire n’augmente jamais les impôts de gaieté de cœur. Ce n’est pas agréable, mais nous n’avons pas d’autres solutions si nous voulons pouvoir traiter avec les banques. Cela fait 26 euros par habitant sur un an, soit 2,16 euros par mois. Nous sommes obligés de réparer les erreurs des autres », a rappelé le maire de Saint-Pierre.

De son côté, Juliana M’Doihoma est restée sur ses positions du conseil précédent. « Nous avons un taux 2,5 fois supérieur à celui des Avirons. De 2008 à 2020, la taxe foncière a augmenté de 79% à Saint-Louis. Ce soir, je vais rester dans le respect de l’engagement que j’ai pris envers la population sur la fiscalité. Nous n’allons pas voter cette délibération, tout en saluant le travail qui a été effectué par les agents de la CIVIS », souligne-t-elle.

« On paye les pots cassés »

« Je comprends Juliana, car Saint-Louis a souffert avec des taux exorbitants. Mais cette situation, ce n’est pas la faute de la CIVIS, ce n’est pas la faute du président et ce n’est pas la faute du gestionnaire. On paye les pots cassés, c’est comme ça », indique Eric Ferrère pour annoncer que les élus des Avirons vont voter pour cette délibération.

Même son de cloche pour Mathieu Hoarau. « À L’Étang-Salé, on était parti sur une non-augmentation des impôts. Mais cette augmentation est une erreur de l’URSSAF. 2,16 euros par mois, je ne pense pas que ça soit insurmontable pour les propriétaires. Vu tous les investissements réalisés dans ma commune depuis 3 ans, je vais voter pour », explique-t-il. De leur côté, Serge Hoareau et Jacques Técher n’étaient pas présents.

Tous les élus saint-louisiens votent contre, sauf…

L’augmentation d’un point de la taxe foncière a donc été mise au vote. Comme prévu, les élus de Saint-Louis ont voté contre cette augmentation de la taxe foncière, à l’exception de Claude Hoarau qui était exceptionnellement présent. Une présence de l’ancien maire de Saint-Louis, abonné absent des conseils municipaux depuis la dernière élection, qui a surpris, autant qu’agacé, les élus de la ville.

L’augmentation de la taxe foncière sur le bâti a finalement été adoptée. Bien que n’étant jamais électrique, l’atmosphère est redescendue pour le reste de l’ordre du jour. Le budget 2024, le PPI 2024-2026, le maintien de la coopération financière et de la solidarité territoriale et l’avis sur le PLU des Avirons ont également été adoptés.

Thèmes : CIVIS
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
22 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] « L’insalubrité des logements sociaux est un phénomène complexe et multifactoriel »

Karine Lebon annonce une bataille parlementaire cruciale le 22 mai 2024. Celle-ci pourrait contribuer à résoudre la crise du logement social à La Réunion, exacerbée par une forte croissance démographique, des coûts de construction élevés et des procédures administratives complexes. C’est pourquoi la députée de la 2e circonscription de La Réunion a proposé au vote la création d’une commission d’enquête visant à analyser et à remédier à ces problèmes urgents afin d’améliorer les conditions de vie des Réunionnais.

Sigrid Gérardin, n°2 sur la liste PCF aux Européennes : « Porter le projet que vous construirez pour vous et par vous »

Le Parti communiste réunionnais (PCR) a célébré ce samedi son 65e anniversaire sur la place Paul-Vergès à Saint-Denis. Cet événement s’inscrit dans le cadre des élections européennes et a été marqué par un hommage rendu à son fondateur, premier Réunionnais élu au Parlement européen. Le tout en présence de Sigrid Gérardin, n°2 sur la liste PCF conduite par Léon Deffontaines.