Revenir à la rubrique : Social

A La Réunion, les Jeunes agriculteurs menacent de « passer à l’action » la semaine prochaine

Alors que l'un des meneurs des manifestations des agriculteurs de l'Hexagone Jérôme Bayle a annoncé la levée des barrages en Haute-Garonne, le syndicat local des JA explique réfléchir à un mouvement de contestation la semaine prochaine.

Ecrit par N.P. – le samedi 27 janvier 2024 à 14H46
Illustration : Tracteur

« Il y a une liste de choses qu’on attendait et il y a eu des avancées sur le GNR, sur la loi Egalim 2 [sur la protection des revenus des agriculteurs] également, mais sur la passation de bien entre père et fils il n’y a aucune avancée, tout comme comme sur les produits phytosanitaires », clame Bryan Alaguirissamy.

Le président du canton Grand Sud des Jeunes agriculteurs explique que les membres de son syndicat « envisagent de passer à l’action la semaine prochaine », tout en répétant que la mobilisation attend encore « le feu vert du président » du syndicat, Guillaume Sellier.

« On est face à une situation où on nous met des normes, on nous dit de produire plus, mais il n’y a pas d’alternative pour pallier le problème des produits phytosanitaires qui sont retirés du marché. On nous parle de souveraineté alimentaire, mais la souveraineté serait de garantir nos produits et de les vendre à un juste prix », clame Bryan Alaguirissamy, en citant l’exemple des aubergines, attaquées par des maladies en raison de l’interdiction de les traiter.

Alors que les agriculteurs réunionnais sont restés jusqu’ici à l’écart du mouvement de colère de leurs homologues de l’Hexagone, cette prise de position isolée du président des JA du Grand Sud témoigne peut-être d’hésitations sur la marche à suivre au plan local.

La position ambiguë de la FNSEA, le syndicat national réputé proche de l’agro-industrie et de la tant décriée Politique agricole commune (PAC) de l’Union européenne, continue d’être pointée au sein même de la base populaire du mouvement de colère paysan.

Quand au petit frère de la FNSEA, le syndicat national des JA, il a annoncé ce samedi sur RMC sa décision de lever provisoirement les blocages dès aujourd’hui, pour donner du « repos » aux manifestants.

Thèmes : Manifestation
S’abonner
Notification pour
24 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Inutile
28 jours il y a

Il fallait commencer il y a quelques années et arrêter d’accepter des crédits et crédits d’impôt. Qui aujourd’hui accepte de vivre a crédit. Ce n’ai pas normal. Ah oui pour aider l’Ukraine on doit bouffer leurs poulets , tout le fric que nous produisons l’état l’envoie en Europe pour nous pondre des règles inapplicables . La France est le cœur de l’Europe et l’Europe lui crache dessus.

Espoir
28 jours il y a

Je suis déçu du discours du premier ministre lundi je vais bloquer les routes de la reunion avec mon tracteur tout neuf motif il manquait une virgule dans son texte.

encore---ca va --nous sommes tous avise--
28 jours il y a

DES RIGOLOS

Baba
Répondre à  encore---ca va --nous sommes tous avise--
26 jours il y a

Et ou un gigolos

riverstar974
28 jours il y a

Vous n’allez pas nous faire ch… a bloquer les routes non? bloquer les services de l etat et laissoez nous bosser meme si vous avez raison de combattre ce gouvernement a la solde des technocrates europeens

Artisan 974
28 jours il y a

Les agriculteurs  » péyi  » lancent un cri d’alerte.

Eux qui nourrissent la France, les Outre Mer sont au bout du rouleau. Ce métier qu’ils aiment tant, auquel ils consacrent leur vie, est étouffé par les exigences administratives complètement déconnectées.

Ils sont pieds et poings liés aux directives absurdes des  » petits hommes gris  » de Bruxelles qui n’ont probablement jamais mis les pieds dans une ferme.

Résultat, nombreux vivent sous le seuil de pauvreté et chaque jour, deux agriculteurs se donnent la mort.
Cette tragédie n’est malheureusement pas prise au sérieux par la macronie.

Leur colère monte depuis des années, leur mobilisation de ces dernières semaines est un geste de désespoir.

Les agriculteurs ne sont pas les seuls à subir l’esclavagisme du système politique du monde de la finance, les carpettes macronistes …

La liberté d’opinion se réduira comme peau de chagrin, sauf si nous arrivons tous ensemble à créer un gigantesque mouvement d’opinion… pour défendre la liberté d’opinion !

chantal
Répondre à  Artisan 974
28 jours il y a

il y a eu le mouvement des gilets jaunes….. résultat Macron a été réélu…. ce n’est pas en emmerdant le peuple que les manifestants gagnent… faite une grève illimitée pendant 5 mois et là peut etre que les choses changeront. mais combien aime leur petit confort…. jusqu’à faire des cagnottes pour faire la grève

bourbon lumière rest'dan fénoir
Répondre à  chantal
26 jours il y a

Il y a eu le mouvement des gilets jaunes ….. Résultat Macron a été réélu oui parce que le vote est un leurre il est mis en place par les financiers les donneurs d’ordres, nous votons nous croyons au fond le peuple ne choisit rien c’est juste se donner une bonne conscience, à voter un leurre!

JORI
28 jours il y a

« serait de garantir nos produits et de les vendre à un juste prix « , savent ils seulement ce qu’est un juste prix ici quand on voit nos agriculteurs locaux qui quelque soit le temps s’estiment en intempérie pour demander aides et subventions. Et double effet Kiss kool, vendent leurs produits à prix d’or. 😂😂😂

Marseille
28 jours il y a

Vous êtes juste une bande de voleur

Baba
Répondre à  Marseille
27 jours il y a

La volé à ou ,

lol
28 jours il y a

lol met tout zot pesticides lé pli facile, pour ma par mi achete pu zot va laisse gaté sur le pié faute d’acheteur

Baba
Répondre à  lol
27 jours il y a

Pour ça ke ou achete , les agriculteurs i perd pa grand chose .ou lé radin déjà, sans connaître à ou mi vois déjà

Billy
27 jours il y a

Je connais énormément d’agriculteurs et ils sont loin de faire pitié, certes c’est un domaine rude,avec beaucoup de contraintes, mais financièrement il y a bien pire

bourbon lumière rest'dan fénoir
Répondre à  Billy
26 jours il y a

Arrêtez de raconter des bobards beaucoup d’agriculteurs tirent la langue , vous bosserez pour 700 euros de salaire mensuel les gens racontent n’importe quoi au lieu d’ être derrière les maraîchers les gens crachent sur eux au lieu de les aider c’est le mépris que des mensonges ! beaucoup de mythomanie comme c’est si facile achetez vous des terrains et faîtes votre agriculture! beaucoup de langues de P!!!;

tacrouT
27 jours il y a

bloquer, les sièges des décisionnaires serait suffisant:

état et politiques qui votent les lois qui nous emmerdent.

ce sont eux les responsables magouilleurs et tricheurs

Ric
27 jours il y a

Le milieu agricole réunionais est un milieu qui est riche au niveau des sols, dinsectes et organismes utiles.Les produits phytosanitaires flunguent nos sols, notre santé et ce nest pas une nouveauté ! Seuls les agriculteurs bio ont lintelligence de se poser les bonnes questions en limitant significativement lusage des pesticides.Arrêtons les bêtises car vous tuez notre planète et nous avec par lusage des polluants agricoles.

bourbon lumière rest'dan fénoir
Répondre à  Ric
26 jours il y a

oui mais nous bouffons des produits qui viennent d’ailleurs CHINE MADAGASCAR les fruits Afrique du sud et Egypte (Pommes Poires Citrons Oranges Raisins ) Nous ne produisons pas ces fruits cités à la Réunion et les normes sont différentes encore une belle hypocrisie!

Marc
27 jours il y a

Vive les agriculteurs contre les bobo vegan et autres à gauche sur notre ile

Anne Mangue
27 jours il y a

On peut comprendre leurs revendications mais les points négatifs c’est l’usage des pesticides qui empoisonnent la terre, l’eau, l’air, tuent les pollinisateurs et nuisent gravement à notre santé. De nombreux oiseaux et abeilles disparaissent au fil du temps.
D’autre part, au fil des années, la condition animale s’est aggravée avec les conditions de vie abominables des animaux dans les élevages intensifs qui finissent leur courte vie dans l’horreur des abattoirs.
A ce sujet, atroce la vidéo de L214 à l’abattoir de CRAON (en Mayenne), une cruauté sans nom.

mi dit sake mi pense
27 jours il y a

le créole aime imiter le zoreil! c’est là que zot i veut manifester en faisant chier les gens qui bossent pour payer leurs allocs et autres subventions que l’état ponctionne sur les salariés? allez manifester devant les services concernés, mais n’emmerdez pas ceux et celles qui achètent vos produits dont les prix augmentent de façon scandaleuse dès qu’une opportunité se présente (trop de pluie les prix grimpent, pas assez de pluie même topo, un cyclone qui passe pareil!)

Alé dit partout
Répondre à  mi dit sake mi pense
27 jours il y a

@ mi dit sake mi pense … Trop fort !

Prends ça pour toi :

Des dizaines de milliers d’agriculteurs crèvent car on n’a pas d’argent pour eux.

En revanche, on ouvre la bourse pour les centaines de milliers de migrants …  L’immigration coûte des milliards.

PereVert
26 jours il y a

Vous n’avez qu’à vous sortir les doigts du cul et passer au bio.

Mais suis-je bête, ça demande de bosser pour y arriver…

bourbon lumière rest'dan fénoir
Répondre à  PereVert
24 jours il y a

Ils veulent un modèle ils comptent sur vous la recette pour les doigts c’est à vous il faut faire vite et sauver l’agriculture et le soldat perevert!

Dans la même rubrique

Les salariés de la Chambre d’agriculture obtiennent l’application de leur point d’indice

L’intersyndicale CGTR – FO – CFDT a signé ce jeudi midi un protocole de fin de conflit avec le président de la Chambre d’agriculture Frédéric Vienne. Hier soir, la préfecture a retiré son véto sur le point de blocage de l’augmentation du point d’indice des salariés, plus élevé que celui de leurs collègues de l’Hexagone, tout en se réservant le droit de revenir sur cette décision après analyse juridique de la situation.

Chambre d’agriculture : Frédéric Vienne pris entre le marteau et l’enclume

Après une rencontre jugée infructueuse avec Frédéric Vienne, les représentants du personnel de la Chambre d’agriculture ont proposé ce mercredi la reconduite de la grève. Le président de la Chambre, lui, laisse entendre que l’État est à la manœuvre pour réduire les effectifs de moitié, et glisse que le Département souhaiterait s’accaparer l’outil à des fins électoralistes.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial