MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

M. le Député François Fournier vers 1900


Tous les citoyens sont égals.

Ceci est un bel exemple d’éloquence parlementaire, l’une des meilleures parmi les nombreuses perles échappées de la bouche d’honorables députés dont les bonnes intentions n’étaient pas toujours servies par le talent de Cicéron.

Se laissant emporter par l’enthousiasme, un député du Gard d’avant la guerre de 1914, nommé Fournier, déclara gaillardement :
« En république, tous les citoyens sont égals! »
À quoi l’un de ses collègues ajouta :
« Et fraternaux! »

Par Pamphlétaire - Publié le Mardi 26 Janvier 2016 à 12:23 | Lu 114 fois

Encyclopédie des mots historiques vrais et faux compilés, recueillis par Albert DEMAZIERE ou André DESSENS.

Autres renseignements :
Né le 14 août 1866 à Manduel (Gard),
Issu d'une famille modeste, François Fournier s'engagea dès l'âge de 17 ans comme apprenti maréchal-ferrant à Nîmes. Après avoir travaillé à Lyon, puis à Paris, il se fixa, après son service militaire, à Arles, où il fut ouvrier mécanicien dans des établissements de constructions maritimes. Se livrant à la propagande socialiste, il fut licencié : il fit condamner son employeur pour renvoi abusif. Il entra alors aux ateliers des chemins de fer de la Camargue.

Dès avant son service militaire il avait participé au mouvement socialiste. Il fonda à Arles, avec quelques amis, Le Travailleur, dont il fut le principal rédacteur, et de nombreux groupes politiques et syndicats. Il se présenta alors aux élections législatives qui eurent lieu le 20 janvier 1901 pour pourvoir au remplacement du député de la première circonscription du Gard, décédé le mois précédent. Bien qu'il ait été devancé au premier tour, il l'emporta au second tour. Il devait ensuite être réélu en 1902, 1906, 1910 et 1914, toujours au second tour.

Ayant entrepris, sur le tard (1), des études de droit et obtenu sa licence, il s'inscrivit comme avocat à la cour d'appel de Paris.

A la Chambre des députés, François Fournier fut membre des commissions de l'agriculture, des postes et télégraphes, de la législation civile. Farouchement anticlérical, il proposa en 1903 d'opérer des retenues sur les traitements des cardinaux, archevêques, évêques et curés, pour venir en aide aux pêcheurs bretons victimes du chômage et intervint pour la suppression de l'enseignement congréganiste. Lors des discussions budgétaires auxquelles il participait activement, il se préoccupa essentiellement du sort de ses anciens camarades maréchaux-ferrants. Conscient des menaces qui pesaient alors sur la sécurité du monde, il demanda en 1913 l'institution d'un parlement international destiné à sanctionner les conflits entre nations.

Il fut cependant battu aux élections du 16 novembre 1919.

Avocat du ministère des Travaux publics, il fut fait chevalier de la Légion d'honneur, le 16 septembre 1926.

Retiré dans sa région, François Fournier y meurt tragiquement le 27 mai 1941, renversé par un train en gare de Manduel, à l'âge de 74 ans.

(1) sur le tard : nom. Vieux. À la fin de la journée, à une heure avancée. (Cours du soir)



Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes