MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Lumière sur ce long et merveilleux chemin


Par Jean Claude Comorassamy - Publié le Dimanche 15 Novembre 2020 à 10:11 | Lu 733 fois

Retour sur ce parcours de vie hors de l’ordinaire, de ces deux univers remplis de richesses, parfois de mystères, d’histoires… au cœur de l’usine sucrière de Stella St-Leu et l’hôpital psychiatrique de St-Paul. C’est ainsi, jour après jour, petit pas après petit pas, l’un après l’autre, me voilà achevant une aventure professionnelle riche, intense, passionnante et exceptionnelle dans ces deux lieux historiques, qui ont été témoins de ce long chemin parcouru.
 
Né juste à côté de ce « tabisman », et depuis ma tendre enfance j’ai grandi aux bruits des moulins, de la cloche, sirène, charrettes bœufs, camions, parfums de la canne, de la mélasse et du sucre. C’est dans la lignée de mes grands-parents et père, qui en 1970 me fit embaucher dans cette usine sucrière de Stella. Usine, qui se trouvait à quelques pas de notre « case tabisman », d’abord en paille puis en tôle. C’est dans ce « tabisman » de Stella, qui naturellement s’esquissera le tout début de ma longue vie professionnelle bâtie par des relations humaines fortes.
 
L’histoire débute, alors que j’avais à peine 17 ans et demi. Sortant du Lycée professionnel, et c’est grâce à mon père, que mon rêve de travailler dans cette usine va devenir une réalité. Enfin, me voilà entamant le début de ma vie professionnelle. Rapidement devenu un personnel permanent grâce à mon implication, et gravissant d’échelon en échelon jusqu’à 1978 au moment où ce verdict tombe, l’usine de Stella doit se soustraire à l’obligation de mettre la clé sous la porte.
 
Un personnel formé, compétent, bienveillant, accueillant
 
Cette période de huit années, m’a été d’une richesse extraordinaire aussi bien dans les relations aux autres que les compétences obtenues. Puisque, j’ai eu la chance et ce grand bonheur de travailler à côté de mon papa. Surtout de bénéficier de sa grande sagesse.
 
De plus, tous ces « travayers tabisman » ont été des personnes extraordinaires de part leurs métiers et la passion dégagée, ils ont bâti solidement, leurs valeurs sur l’expérience, la loyauté, le sens du devoir, l’engagement et le respect. Toutes ces personnes ne peuvent s’imaginer ce qu’elles m’ont apporté de meilleur pour la suite de ma carrière professionnelle.  Malgré que ces belles rencontres aient pris fin en mi-année 1978 au moment même de mon départ vers cet hôpital qui m’a autant passionné dont j’ai retrouvé encore des personnes bienveillantes et accueillantes qui m’ont tout apporté et appris.
 
Se sera « la psychiatrie asilaire » de l’époque qui m’accueillera dans ces mûrs et dans son monde pour cette très longue et passionnante vie professionnelle. Après un stage probatoire de 3mois, je suis stagiarisé puis titularisé comme agent de service hospitalier qualifié. Motivé et passionné par mon emploi à cet hôpital psychiatrique et surtout au « pavillon des enfants, que j’entamais d’abord une formation d’aide médico-psychologique de dix huit mois au Centre Régional pour l'Enfance et l'Adolescence  inadaptée (CREAI de l’époque), puis trois années d’études dans la formation d’éducateur technique spécialisé à l’Institut régional du travail social (IRTS), puis éducateur spécialisé.
 
Cette grande expérience professionnelle nourrie avec l’équipe et enfants/familles accompagnés,  portera ses fruits durant toute ma carrière professionnelle, puisqu’elle a duré quarante et un an jusqu’à la fin 2019. Avec de très joli et délicieux moment de partage avec les équipes, dont je suis éternellement très reconnaissant. Car, je suis super fier d’avoir côtoyé tous ces héros hospitaliers pendant ce long parcours. Oui, vous êtes des personnes exceptionnelles avec beaucoup de richesses potentielles.
 
Mais au-delà de cette grande satisfaction, et fort de cette expérience enrichissante, je me dois de dire que cette aventure professionnelle a été une véritable source d’inspiration quotidienne. J’y ai découvert un public adolescent hospitalisé assez formidable dans la coopération thérapeutique. Puisque j’ai exercé ce beau métier d’éducateur, en une vocation où l’outil principal a été la relation et le soutien aux autres.

Bien sûr, ce ne fut pas simplement des mûrs façonnés par près de trois siècles d’histoire, mais surtout des personnes formées, compétentes, bienveillantes, accueillantes qui partageaient, transmettaient un savoir, une passion, une conviction de la psychiatrie à ceux qui débutaient leur carrière. A l’époque, je faisais moi-même partie de ces débutants.
 
Je voulais aussi dire que si rien ne nous prédestinait à nous rencontrer, malgré tout nous avons su tisser des liens forts, faire un bout de chemin ensemble. Et d’écrire une page de l’histoire de la psychiatrie réunionnaise dans ce grand et beau livre où des milliers de pages restent encore à écrire.
 
C’est une vraiment une volonté de ne pas vous oublier, de vous encourager et d’avoir aussi cette grande reconnaissance à tous ces métiers qui fondent cette institution de santé mentale. Car ce don de soi que nous avons tous investis en psychiatrie, pour aider les autres (famille, enfant, adulte…), a nécessité une conscience, un savoir, un savoir-faire et un savoir-être exemplaire, même dans les moments les plus difficiles. C’est comme cela, que j’ai pu réaliser ce rêve après lequel je courrais, devenir éducateur en milieu de la pédopsychiatrie. A croire qu’en finalité, on finit toujours par trouver sa voie quand l’on s'écoute.

Jean Claude Comorassamy




1.Posté par Gajamuk le 17/11/2020 07:27

Pas un mot pourtant sur votre fin de carrière dans un syndicat, dont la tête est complètement "gatée", incompétente, qui s'occupe que de ses activités personnelles, en profitant du temps libre qui devrait être consacré à la défense du personnel.
Maintenant que tu es délivré de ces "chaines" peut-être pourrais tu nous en dire un peu plus et dénoncer ces individus qui ne respectent pas les valeurs du syndicalisme, ce serait tout à ton honneur...

2.Posté par Guétali le 17/11/2020 12:42

1.Posté par Gajamuk le 17/11/2020 07:27

Pas un mot pourtant sur votre fin de carrière dans un syndicat, dont la tête est complètement "gatée", incompétente, qui s'occupe que de ses activités personnelles, en profitant du temps libre qui devrait être consacré à la défense du personnel.
............................................

J'en ai connu un.. Qu'est-ce qu'il a profité de ce quota d'heures..........

3.Posté par Josimé le 17/11/2020 15:22

Trop humble, pour dénigrer son syndicat, je pense. C'est qu'on sait; en vérité son syndicat s'est servi de lui pour obtenir la 1ère place à l'EPSMR et diriger en maitre par la suite. A deux reprises, il a été désigné pour être tête de liste à la Commission Technique d'Etablissement et a obtenu près de 49% des votants à chaque fois. Pourquoi le secrétaire ne s'est présenté ????? JCL, je le connais bien (j'ai siégé à ses côtés aux instances), c'est quelqu'un qui connait super bien son dossier à défendre au CTE voire les TEXTES au CAPL, qui dialogue avec tout le monde ainsi qu'autres syndicats dont SUD Santé.. Pas comme l'autre, l'homme qui sait tout soit disant. Des dizaine d'années de cotisations sans aucun présent lors de son départ en retraite de la part de son syndicat. La reconnaissance M. EXPEDIT, aucune ??????? DEMOCRATIE c'est un vos piliers, comment un secrétaire syndical peut-il être désigné à VIE sans élection ? TU NOUS MANQUES.......MERCI POUR TOUS.

4.Posté par Gajamuk le 18/11/2020 09:55

Etre humble ne veut pas dire être lâche, je pense qu'il retrouverait sa crédibilité s'il reconnaissait sa face d'ombre, certaines personnes qui avaient de l'estime pour lui, reconnaitrait son courageux et son honnêteté. Il pourrait même de l'extérieur pouvoir aider des camarades qu'il a du délaisser et dénigrer pour sauver ce dirigeant pourrit qui continue à faire des siennes et profiter s'une situation pour exploiter au maximum les syndiqués qui se croient en bonnes mains.

5.Posté par CHRISTIANE le 18/11/2020 15:45

A Gajamuk

Bonjour, au fait pourquoi demander aux autres de dénoncer des "dysfonctionnements existants" (s'il y en a), alors que toi aussi tu faisais partie de ce syndicat, préférant le quitter au lieu d'affronter cette gestion du syndicalisme "calamiteuse" dis-tu.
As-tu cette crédibilité en agissant ainsi. Ton courage et ton honnêteté te feront aussi HONNEUR.
Le secrétaire Général de la santé doit peut-être organiser l'élection d'un nouveau bureau le plus rapidement possible. LA démocratie si chère à notre syndicat ne doit pas être un vain mot !
Nous sommes nombreux à espérer car depuis 2006 il a été désigné et aucune élection depuis 14 ans. JC ne peut pas non plus se terrer dans ce grand silence !!!!!

CHRISTIANE

6.Posté par Philipo le 22/11/2020 09:18

FRAIS DEPLACEMENTS, FRAIS DE REPAS, VOYAGES, DESIGNES DANS LES INSTANCES AUTRES 'AVEC DES AVANTAGES SUPPLEMENTAIRES) EXEMPLE LE COGOHR, CS.....LES AVANTAGES DÊTRE SECRETAIRE : ÊTRE SANS VERGOGNE ET SANS CONTÔLE ! VIVE L'ARGENT DES CÔTISATIONS. QUE LE SECRETAIRE WILLY A TOUS CES DROITS, LES AUTRES QUANTITE NEGLIGEABLE. LES FRAIS SYNDICAUX SONT RESERVES QUE POUR LUI SEUL. EST-CE NORMAL, LEGAL.....A QUAND LE CHANGEMENT ??????

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes