Revenir à la rubrique : Santé | Société

3 cas récents confirmés de Variole du singe à La Réunion

L'Agence régionale de Santé fait le point sur l'investigation lancée sur les trois cas d'infections par la Variole du singe ces deux dernières semaines à La Réunion.

Ecrit par N.P. – le vendredi 21 juin 2024 à 18H49

Communiqué de l’ARS

3 cas d’infection par le virus Monkeypox (variole du singe) ont été confirmés ces 2 dernières semaines à La Réunion.
Une enquête épidémiologique a été mise en œuvre. Les patients et leurs contacts ont été pris en charge et ont reçu les informations sur la conduite à tenir : encouragement à se faire vacciner dans les plus brefs délais, surveillance de toute apparition de symptômes évocateurs.

 

Comment se transmet la maladie et quels sont les symptômes ?

 

La transmission interhumaine se produit à l’occasion d’un contact prolongé en face à face par des gouttelettes respiratoires ou par contact direct avec une personne infectée, à travers les fluides corporels, les lésions cutanées ou les muqueuses internes comme la bouche, ainsi que de manière indirecte par des objets que le malade a contaminés, comme des vêtements ou du linge de lit.

Les premiers symptômes surviennent après une période d’incubation comprise entre 5 et 21 jours. L’infection peut débuter par de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, de la gêne à la déglutition, une asthénie et des ganglions au niveau du cou et du haut de la cuisse, des éruptions cutanées.

La personne est contagieuse dès l’apparition des premiers symptômes et jusqu’à la cicatrisation complète des lésions cutanées. La période d’isolement recommandée est de 3 semaines, afin d’éviter toute contamination de l’entourage. Certaines personnes sont susceptibles de développer des formes graves notamment les personnes immunodéprimées, les femmes enceintes et les jeunes enfants.

 

Que faire en cas de symptômes ?

 

En cas d’apparition de symptômes (fièvre et éruption cutanée avec des vésicules), contacter le SAMU Centre 15 qui orientera vers une consultation médicale.

Il est recommandé de s’isoler en attendant un avis médical, et d’éviter les contacts rapprochés avec d’autres personnes.

La vaccination contre le Monkeypox est gratuite pour les publics concernés

La Haute Autorité de Santé (HAS) préconise de proposer la vaccination préventive contre l’infection à virus Monkey Pox aux groupes exposés, et pas seulement aux sujets contacts.

Trois centres de vaccination sont accessibles sur l’île, sur rendez-vous :

CEGIDD Nord-Est:
CHU Félix Guyon Allée des Topazes, Saint-Denis
Tél : 02 62 90 55 69

CEGIDD Ouest:
29 rue Labourdonnais, Saint-Paul (ex-locaux IRM de l’ancien Centre Hospitalier Gabriel Martin)
Tél : 02 62 74 23 80

CEGIDD Sud:
CHU Sud, Pavillon 3
Tél: 02 62 35 96 30
Pour toute question sur la vaccination, consultez votre médecin traitant ou contacter le O 801 90 80 69
(ou se référer au site internet www.monkevpox-info-service.fr)

Thèmes : Variole du Singe
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Cirest vote 800.000 euros d’aides pour combler la trésorerie de la SPL Estival

Le président Patrice Selly a informé ce mercredi soir les élus communautaires qu’ils devaient résilier l’actuelle délégation de service public de la SPL Estival, seule condition permettant le versement d’une aide forfaitaire de 800.000 euros. Un nouveau contrat sera passé avec la SPL, lequel prévoit en outre d’abonder le capital de 300.000 euros par an pendant 10 ans pour apurer la dette.

Errance animale : Plus de 1.400 captures en 2023 dans l’Ouest

La signature d’une nouvelle convention entre trois associations et le Territoire de l’Ouest sur le sujet de l’errance animale a été l’occasion pour la collectivité de présenter son bilan en la matière. Alors que la question a enflammé l’actualité récente, la collectivité affirme prendre le problème à bras-le-corps.

Errance animale : « Si on prend la peine d’avoir un chien et qu’on l’aime, on le laisse dans sa cour »

Ce mardi 23 juillet, la CASUD organisait une grande opération de prévention et de sensibilisation contre l’errance animale sur le parcours de santé de Bel-Air au Tampon. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques pour ne pas attirer les chiens errants et éviter qu’ils se rassemblent en meute. L’intercommunalité du sud annonce renforcer la sensibilisation autour des chiens divagants et, le cas échéant, mettre en place des sanctions.