Revenir à la rubrique : Santé

237 décès liés à des crises d’asthme à La Réunion en dix ans

Le 7 mai est la journée mondiale de l'asthme. Une manifestation de prévention se tient aujourd'hui à La Réunion où le phénomène est également d'ampleur : plus d'un enfant réunionnais sur cinq est asthmatique.

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 08 mai 2019 à 12H14
L’asthme est une maladie de l’appareil respiratoire. Comme l’explique l’OMS, elle se caractérise par une « affection chronique des voies de passage de l’air dans les poumons, qui provoque leur inflammation et un rétrécissement de leur calibre ».

A La Réunion, le pneumologue Virgile Gazaille, exerçant au CHU de Saint-Denis, nous indique que 6% de la population réunionnaise est touchée, ce qui correspond à environ 50.000 personnes. « Plus d’un enfant sur cinq est asthmatique, 19 % des adolescents réunionnais le sont, contre 12 % en métropole et 14% des jeunes en maternelle, contre moins de 10% en métropole », précise Virgile Gazaille.

6% des adultes sont également concernés, un taux équivalent à celui de la métropole.« Il s’agit très souvent de jeunes adultes ayant déjà été asthmatiques dans leur enfance et qui connaissent ainsi un regain vers 40-45 ans », souligne-t-il. Le pneumologue confie également que l’asthme peut revenir chez les femmes, notamment en période de grossesse ou de ménopause. 

L’asthme touche principalement les personnes prédisposées génétiquement. « Un enfant dont les deux parents sont asthmatiques a 1 chance sur 2 de le devenir à son tour, 25% si seul l’un des deux parents et tout de même 10% si aucun des deux n’est atteint », précise le pneumologue, tout en ajoutant que les facteurs environnementaux ne sont pas à négliger. 

 

En cas de ‘crise d’asthme’, le malade peut utiliser de la ventoline pour ‘réouvrir les bronches’, mais « cet effet ne dure pas dans le temps. C’est pourquoi il faut impérativement penser à prendre son traitement tous les jours », confie le pneumologue. Cela permet d’éviter des crises d’asthme aigu graves, qui conduisent généralement au service de réanimation et peuvent être à l’origine de décès. 

En effet, à La Réunion, au-delà d’un taux d’hospitalisation plus élevé qu’en métropole, plus de 60% d’enfants sont envoyés aux urgences, le taux de mortalité est lui aussi 2 à 3 fois plus élevé. « Entre 2003 et 2012 (dernière étude réalisée, ndlr), on a enregistré 237 décès liés à des crises d’asthme à La Réunion » , précise Virgile Gazaille. 

Virgile Gazaille précise qu’« on ne peut pas lutter contre ces enfants prédisposés asthmatiques, mais on peut tendre vers de meilleurs diagnostics et de meilleures prises en charge ». Ainsi les marmailles réunionnais seront mieux traités, les hospitalisations, ainsi que les décès, pourraient être davantage évités. 

C’est notamment le but de la journée organisée ce mercredi 8 mai à l’Entre-Deux par l’association Asthme & Allergies Océan Indien. Une journée sur le thème de la sensibilisation, l’information, le dépistage… Le tout encadré par de nombreux professionnels et bénévoles. 

 

« Il faut tout d’abord noter que les symptômes sont variables dans le temps et selon l’âge », explique-t-il. L’asthme se manifeste principalement par une gêne respiratoire, une sensation d’étouffement, d’essoufflement voire même de sifflement des poumons. Une toux peut également être à l’origine d’un début d’asthme. « Il n’est donc pas toujours évident de détecter cette maladie, et ce, notamment chez les enfants, c’est pourquoi il est important d’analyser la fréquence de ces symptômes », précise Virgile Gazaille. 

Le taux de mortalité est lui aussi 2 à 3 fois plus élevé

Des traitements existent pour soigner l’asthme, on parle de ‘cortico thérapie inhalée’, qui va venir réduire l’inflammation des bronches. Plus le patient est atteint, plus la dose de corticoïdes va être élevée. Récemment, pour ces asthmatiques dits ‘sévères’, qui concernent 10% des malades, un nouveau traitement a été mis en place. Il s’agit d’une injection sous-cutanée pour bloquer à la source les anti-corps et la transmission de la maladie.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Lise François ne sera pas candidate à l’Ordre des médecins face à son ex-conjoint qu’elle accuse de violences

Suite au refus de leur candidature par le Conseil départemental de l’Ordre des médecins, contre l’avis des instances nationales, le binôme constitué par les docteurs Lise François et Ramou Anandanadaradja avait formé un recours en suspension pour annuler la décision et faire reporter la tenue de l’élection prévue ce vendredi. Pour ces deux médecins, leur exclusion du scrutin est liée aux accusations de violences portées par Lise François à l’encontre de l’actuel président de l’Ordre Benjamin Dusang. Le tribunal administratif de Saint-Denis a rejeté son recours.

Une campagne de communication à l’occasion de la journée du don d’organes

Afin de marquer la Journée nationale de réflexion sur le don d’organes, la greffe et la reconnaissance du donneur qui aura lieu le 22 juin, le CHU de La Réunion, l’Agence Régionale de Santé La Réunion et l’Agence de la Biomédecine, en partenariat avec la Région Réunion, lancent une campagne de communication locale « Parlons don ! ». La Direction Générale du CHU et ses partenaires ont organisé une conférence de presse ce jour pour le lancement de cette campagne inédite.