Revenir à la rubrique : Mayotte

Wuambushu : Le Conseil supérieur de la magistrature tacle ceux qui remettent en cause l’impartialité d’un magistrat

Dans une rare mise au point, le Conseil supérieur de la magistrature a tenu à rappeler que la liberté syndicale est garantie aux magistrats. Cette réponse fait suite à plusieurs articles de presse et communiqués d’élus mahorais mettant en cause l’impartialité de la magistrate, suite à sa décision de suspendre l’arrêté de démolition d’un bidonville.

Ecrit par MB – le dimanche 07 mai 2023 à 06H45

C’est une voix que l’on n’a pas encore entendue dans la tempête médiatique qui entoure l’opération Wuambushu. Le Conseil supérieur de la magistrature s’est fendu d’un communiqué afin de remettre les pendules à l’heure après les déclarations de Mansour Kamardine. Le député LR de Mayotte avait dénoncé dans un communiqué un “harcèlement judiciaire orchestré par des associations ‘droitdelhommistes’, main dans la main avec des magistrats partisans”. 

Une attaque que dénonce cette instance chargée de garantir l’impartialité des magistrats en France. “Dans un État de droit démocratique, la critique d’une décision de justice ne doit en aucun cas s’exprimer par la mise en cause personnelle du magistrat auteur de la décision”, rappelle le Conseil. “La liberté syndicale est reconnue aux magistrats et […] les prises de position d’une organisation syndicale ne sauraient servir de fondement à la mise en cause de l’impartialité d’un magistrat”, poursuit le communiqué.  

L’affaire a commencé par la publication d’un article de nos confrères d’Europe 1. En plus de nommer la magistrate derrière la décision, nos confrères se sont lancés dans une explication sur les raisons qui justifieraient son manque d’impartialité. Le principal grief porté contre elle est tout simplement d’avoir présidé l’audience, comme c’est souvent le cas dans les petites juridictions pour les présidents de tribunal judiciaire – comme Mayotte.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] Contamination des végétaux à Mayotte : risque sanitaire élevé dû aux pesticides, les consommateurs appelés à la vigilance

La préfecture de Mayotte met en garde ses habitants quant à la contamination de végétaux aux pesticides. Les autorités mettent en garde les consommateurs qui sont invités à ne pas réaliser leurs achats de fruits et légumes auprès des vendeurs sur le bord des routes en raison du danger qu’est susceptible de représenter la consommation de ces produits. Parmi les substances présentes dans les produits analysés se trouve le Diméthoate, un insecticide prohibé depuis février 2016, mais aussi du chlorpyriphos-éthyl ou de l’hexaconazole surdosés.

Mayotte : L’épidémie de choléra s’étend à un nouveau quartier

L’épidémie de choléra qui sévit actuellement à Mayotte continue de susciter l’inquiétude, notamment après la confirmation hier d’un cas dans un nouveau quartier de l’île, portant le total à 67 personnes infectées.
Parmi les victimes figure une fillette de trois ans décédée la semaine dernière.

Choléra à Mayotte : L’ancienne directrice de l’ARS accuse les élus d’être responsables

Dominique Voynet, qui fut ministre de l’Environnement dans le gouvernement de Lionel Jospin et directrice de l’Agence régionale de santé de Mayotte de 2019 à 2021, appelle l’État à accélérer les travaux d’assainissement des eaux usées sur l’île pour freiner le risque de propagation du choléra. Et elle n’hésite pas à pointer du doigt la responsabilité des élus locaux, accusés d’immobilisme.

Un enfant meurt du choléra à Mayotte

Il s’agit du premier décès recensé par l’Agence régionale de santé. L’enfant habitait dans le quartier de Koungou dans lequel plusieurs cas de choléra ont été identifiés ces dernières semaines.