Revenir à la rubrique : Mayotte

Wuambushu : Interpellations en série chez les casseurs

Les heurts se poursuivent à Mayotte entre bandes de jeunes et forces de l’ordre. Les barrages et jets de galets rendent les affrontements particulièrement violents. Malgré tout, les policiers et gendarmes continuent à interpeller, dont des leaders.

Ecrit par la-rédaction – le mercredi 03 mai 2023 à 09H52

La soirée du 2 mai a été mouvementée pour les policiers et les gendarmes mobilisés dans le cadre de l’opération Wuambushu. Déjà dans la matinée, l’antenne du GIGN de Mayotte a interpellé à Koungou un individu soupçonné d’être le leader d’une bande ayant participé à des affrontements avec les forces de l’ordre. 

Ainsi, des barrages ont été dressés sur la RN1 à Trévani, mais également à Dzoumogné. Si dans le premier cas, l’action des gendarmes et de la population a permis de rapidement lever la barricade, trois personnes ont été interpellées. À Dzoumogné, pas mois d’une dizaine d’individus ont pris à partie les gendarmes. Là encore, trois d’entre eux ont été arrêtés sur place. Une hache a notamment été saisie. 

Côté police, quelques dégradations suivies de jets de pierres sur les CRS appelés sur place à Cavani sont à noter. Enfin, une maison a été incendiée à Kahani, mais difficile de savoir si ce faits-divers est à relier au contexte actuel à Mayotte. 

Des mairies appellent la population à soutenir l’opération

Des élus mahorais, particulièrement les maires, continuent à organiser réunions publiques et manifestations de soutien. Ainsi, Andhanouni Saïd, le maire de Chirongui, appelle ses administrés à être attentifs à d’éventuelles arrivées massives de personnes dans le village en cette période de décasage. Ambdilwahedou Soumaila, l’édile de Mamoudzou, demande à collaborer avec les policiers pour ramener l’ordre dans la commune.  

Cependant, le bras de fer juridique se poursuit entre les habitants des quartiers à raser et les pouvoirs publics. Hier, le tribunal administratif a demandé à la préfecture de Mayotte de lui fournir une liste des logements proposés aux familles expulsées. Le préfet a 48 heures pour la fournir, sinon l’arrêté sera suspendu car ne respectant pas la loi. 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] Contamination des végétaux à Mayotte : risque sanitaire élevé dû aux pesticides, les consommateurs appelés à la vigilance

La préfecture de Mayotte met en garde ses habitants quant à la contamination de végétaux aux pesticides. Les autorités mettent en garde les consommateurs qui sont invités à ne pas réaliser leurs achats de fruits et légumes auprès des vendeurs sur le bord des routes en raison du danger qu’est susceptible de représenter la consommation de ces produits. Parmi les substances présentes dans les produits analysés se trouve le Diméthoate, un insecticide prohibé depuis février 2016, mais aussi du chlorpyriphos-éthyl ou de l’hexaconazole surdosés.

Mayotte : L’épidémie de choléra s’étend à un nouveau quartier

L’épidémie de choléra qui sévit actuellement à Mayotte continue de susciter l’inquiétude, notamment après la confirmation hier d’un cas dans un nouveau quartier de l’île, portant le total à 67 personnes infectées.
Parmi les victimes figure une fillette de trois ans décédée la semaine dernière.

Choléra à Mayotte : L’ancienne directrice de l’ARS accuse les élus d’être responsables

Dominique Voynet, qui fut ministre de l’Environnement dans le gouvernement de Lionel Jospin et directrice de l’Agence régionale de santé de Mayotte de 2019 à 2021, appelle l’État à accélérer les travaux d’assainissement des eaux usées sur l’île pour freiner le risque de propagation du choléra. Et elle n’hésite pas à pointer du doigt la responsabilité des élus locaux, accusés d’immobilisme.

Un enfant meurt du choléra à Mayotte

Il s’agit du premier décès recensé par l’Agence régionale de santé. L’enfant habitait dans le quartier de Koungou dans lequel plusieurs cas de choléra ont été identifiés ces dernières semaines.