Revenir à la rubrique : Société

Vidéo – Harcèlement de rue, agressions… L’appli Umay déployée à St-Denis pour plus de sécurité

C'est une première dans l'île et dans les Outre-mer. La ville de Saint-Denis devient en effet partenaire de la plateforme UMAY, une application développée pour les usagers victimes de harcèlement, d'agression, en situation d'insécurité ou de stress. Une quarantaine de commerçants du chef-lieu sont d'ores et déjà parties prenantes de cette initiative, devenant pour le coup des safe places (lieux où l'utilisateur qui se sent menacé peut s'abriter) au même titre que la mairie et ses annexes. "Il était important pour nous d'aller plus loin dans la sécurité malgré nos bons chiffres par rapport à la moyenne nationale", explique la maire de Saint-Denis, Ericka Bareigts.

Ecrit par S.I. – le mercredi 12 octobre 2022 à 17H55
Harcèlement de rue, agressions... L'appli Umay déployée à St-Denis pour plus de sécurité

Saint-Denis rejoint le lot de villes de France hexagonale (Ivry-sur-Seine, Puteaux, Aix-en-Provence, Clichy-sur-Seine, Périgueux et Rouen) à être partie prenante de ce projet. Malgré une baisse de la délinquance générale en 2021 dans le chef-lieu (chiffres CLSPD 2021), la municipalité dionysienne souhaite renforcer la prévention afin de mieux lutter contre les facteurs de risque.

« Les propos sexistes, le harcèlement de rue ou autres agressions verbales sont une des raisons d’un sentiment d’insécurité et de mal-être. Or, d’autres facteurs peuvent également interférer dans ce sentiment de bien-être au quotidien. La ville, pour qui le sentiment de sécurité est primordial, invite chaque usager à notifier de la moindre gêne occasionnée dans la rue », explique la collectivité, comme « le manque d’éclairage ou la problématique des chiens errants ».

D’où ce partenariat signé avec la plateforme UMAY (lancée en 2019 sous le nom de Garde Ton Corps, disponible aussi bien sur iOS que sur Android« qui s’intègre parfaitement dans la ligne conductrice des autres actions engagées de la ville, que ce soit les discriminations ou les violences, comme l’événement Fanm Debout », poursuit la municipalité. « Les usagers agressés verbalement ou physiquement pourront identifier des lieux comme des restaurants ou des magasins qui adhèrent à cette application et pourront s’y réfugier. C’est un outil supplémentaire pour le bien-vivre à Saint-Denis », se réjouit Ericka Bareigts.

« C’est une application très intéressante, qui a vocation à être connue et utilisée. J’espère que les commerçants, les restaurateurs ainsi que l’ensemble des riverains soient aussi réceptifs et curieux de découvrir les atouts pour les Dionysiennes et Dionysiens », exprime pour sa part Amina Limbada, présidente de l’Union des commerçants dionysiens (UCD).

Pauline Vanderquand, fondatrice de l’application UMAY, salue cette première expérience Outre-mer pour sa plateforme: « Nous avons sentis chez les Dionysiens une volonté très forte de lutter contre le harcèlement de rue. UMAY entend incarner un label fiable, une marque de confiance pour sécuriser les sorties et les voyages : nous sommes fiers de cet engagement de la ville de Saint-Denis à nos côtés et de ce premier partenariat Outre-mer ».

Dans les faits, l’application UMAY sécurise les déplacements, les sorties et les voyages de chaque usager. Ce dernier devra au préalable choisir les personnes de confiance pour qu’à chaque déplacement, sa géolocalisation soit transmise en temps réel, tout comme les signalements (sentiment d’insécurité, harcèlement ou agression) faits par les autres usagers d’UMAY au cours des 30 dernières minutes pour éviter une zone en particulier. À noter que grâce à une convention signée avec le ministère de l’Intérieur en février 2022, 3.200 gendarmeries et 600 commissariats de police sont aussi labellisés dans l’application. Depuis son lancement, UMAY est l’application de référence en France dans son domaine avec plus de 60.000 téléchargements et 30.000 utilisateurs actifs.

Petit aperçu de l’utilisation de l’application et de ses fonctionnalités avec François Morival, cofondateur d’UMAY :

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les Chroniques de tonton Jules #170

L’attaque de l’Iran sur Israël, la riposte prévisible d’Israël sur Téhéran, je ne vous en parlerai pas : toute la presse le fait et le fait bien. Mais encore faudrait-il, pour être informés, que vous écoutiez les radios, que vous lisiez les journaux, y compris en ligne, que vous visionniez les JT. Attention : je n’ai rien contre les réseaux dits sociaux mais ces derniers démolissent les neurones, le libre-arbitre et la raison critique : on avale le pré-cuit, on ne pense plus. Et ce sont bien ces derniers, libre-arbitre et raison critique qui nous distinguent de la paramécie.

Nos journalistes, je veux dire « nos vrais journalistes », contrôlent dix fois une information avant de la mettre en ligne. Les « faux journalistes », parés du nom d’influenceurs, ne vérifient jamais rien, comptant sur notre seule passivité. On constate alors que les bonobos et colibris nous surpassent côté cellules grises.

Je me contenterai, comme depuis pas mal de temps, de l’actualité courante ; laquelle contient suffisamment de quoi se lamenter, geindre ou s’esclaffer.

Fé roulé Férrère !

Une deuxième édition réussie pour le Festival de la Participation Citoyenne

Le Festival de la participation citoyenne, qui s’est tenu à Saint-Denis le 13 avril 2024, a réuni plus de 500 personnes autour de divers dispositifs de participation citoyenne, marquant également la clôture du Congrès Océan Indien de l’ANACEJ, avec des activités visant à renforcer la démocratie directe et l’engagement civique des Dionysiens.