Revenir à la rubrique : Faits divers

Un « ex-PNC » d’Air France en fuite

Depuis le 28 juin un ancien Personnel Naviguant Commercial de la compagnie aérienne Air France est introuvable dans l'île sœur. Il se nomme Christophe Caterino, il était assigné à résidence dans un hôtel de Bel-Ombre pour avoir importé du Subutex, un substitut d'héroïne.

Ecrit par Magali Payet – le mardi 07 juillet 2009 à 14H10

L’affaire est révélée dans les colonnes de Journal de l’île du jour : la police est aux trousses d’un ancien chef de cabine de la compagnie Air France, Christophe Caterino.
Il a été appréhendé en 2007 sur le sol mauricien avec 51.000 cachets de Subutex dans ses valises alors qu’il venait d’effectuer le trajet France-Maurice dans le cadre professionnel.
L’année dernière il avait fait appel de sa condamnation de 4 ans et demi de prison pour détention illégale de drogue.
Depuis, il était resté libre sous surveillance et devait se présenter plusieurs fois par jour à un poste de police proche de sa résidence.

Un évasion avec la complicité des anciens collègues?

Entretemps un collectif de collègues s’est organisé en guise de soutien à Christophe Caterino, qui a réussi d’ailleurs à réunir les 20.000 euros de caution pour sa mise en liberté surveillée. Et plus tard, certains de ses collègues de la compagnie aérienne ont même posé nus afin de recueillir des fonds pour le fuyard.
« Le fuyard » puisque depuis le 28 juin il n’a plus donné signe de vie.
Le Journal de l’île reprend Week End et indique que l’homme aurait bien pu bénéficier de l’aide d’anciens collègues d’Air France (qui descendent encore régulièrement dans cet hôtel où il est assigné)…
La question est de savoir comment?
 
Les services d’investigations de la métropole et le réseau Interpol sont au courant de sa disparition.
Nul doute que tous les moyens possibles seront mis en œuvre pour tenter de retrouver Christophe Caterino.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Accident mortel à Saint-Joseph : Le conducteur placé sous contrôle judiciaire

Le conducteur est soupçonné d’avoir provoqué un accident mortel dimanche matin à Saint-Joseph. Dans un premier temps, une femme s’était dénoncée, mais les investigations ont fait douter les enquêteurs qui pensent qu’elle a tenté de couvrir son fils. Ce dernier a été placé en garde à vue et déféré ce mercredi après-midi au tribunal. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

St-André : En incendiant un véhicule, il met le feu à un immeuble

Guillaume R., 33 ans, a mis le feu à la voiture dans laquelle il avait élu domicile, entraînant l’incendie de deux autres véhicules et la propagation du feu à un immeuble voisin. Après avoir avoué « bêtement » son geste aux policiers, il a été jugé et condamné à 18 mois de prison pour incendie volontaire, malgré des antécédents psychiatriques et des troubles exacerbés par la consommation de substances.

Accusé du viol d’une mineure de 14 ans, l’accusé arguant s’être « laissé tenter » reste en détention

« Un viol barbare » a décrit le parquet général ce mardi matin dans le cadre d’un appel sur un placement en détention provisoire interjeté par un père de famille de cinq enfants accusé d’avoir abusé sexuellement d’une adolescente de 14 ans dont il était proche. L’intéressé s’en défend et invoque une relation consentie. Mais c’est méconnaître la loi de 2021 sur le consentement sexuel des mineurs de moins de 15 ans.

Des escrocs se font passer pour Big Morel

Pour fêter les 10.000 abonnés sur sa page Facebook officielle, le combattant réunionnais a lancé un concours afin de gagner une de ses paires de gants. Des esprits malveillants profitent de l’occasion pour tenter d’arnaquer des internautes qui pourraient se laisser piéger par la ressemblance.