Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Statut quo, autonomie ou indépendance ?

(Bourbon/Réunion, territoire hors la loi ?)

Ecrit par François-Michel-Maugis – le mardi 22 novembre 2022 à 09H52

Selon un certain nombre de sondage, il semble qu’une majorité de Réunionnais penche pour une relative autonomie de ce confetti oublié de l’empire franco-européen, l’ex ile Bourbon. Encore une fois, la sagesse et le bon sens populaire se sont ainsi exprimés.

Pour éclairer la lanterne de certains, au pays du « non-dit », il me semble cependant nécessaire, de dire les choses. Justement.

On ne va pas raconter la triste histoire de cette ile du bout du Monde, tout le monde la connaît. Mais, tout de même. Il semble bon de rappeler deux ou trois vérités un tantinet oubliées ou peu avouables. Du fait de son éloignement des pays dits « civilisés » et de son isolement en plein milieu d’une mer peu fréquentée, l’ile, ce paradis des pirates et des trafiquants, a vécu longtemps, très éloignée des lois de la mère patrie. Encore aujourd’hui, il lui en reste quelque chose que l’on cache pudiquement sous le terme de « spécificité ». Mais, attention, il ne faut pas confondre les différences réelles (climat, cultures, population, histoire, etc.) avec les dérapages et les dérives de comportement de certains.

Il ne faut pas oublier non plus les ahurissants mouvements dans le Monde, pour et contre l’esclavage. Les premiers mouvements opposés à l’esclavage datent de 1688 (Les Quakers américains). Les premières abolitions ne sont intervenues dans quelques états américains que 90 ans plus tard. La Réunion n’a été concernée ni par la première abolition de 1794, ni a fortiori par son rétablissement en 1802. Ce n’est que près de 100 ans après les premières abolitions dans le Monde, que l’esclavage n’a plus été pratiqué à La Réunion. Quant à l’engagisme qui a tout de même duré un peu plus de 100 ans, il ne faut pas oublier non plus ses tristes similitudes avec l’esclavage qui a duré, lui, plus de 150 ans. Enfin, pour clore le tableau de ces « dérives », je passe rapidement mais non sans arrières pensées, sur cette triste histoire des enfants de la Creuse.

Alors, passé douloureux, certes. Même s’il fut moins douloureux que celui d’autres territoires, pour comprendre l’âme réunionnaise, il ne faut pas l’oublier. A La Réunion, le peuple est prudent. Et il a bien raison. S’il n’a pas basculé dans l’indépendantisme, c’est que, même amoindri par l’isolement, il entend les bruits du Monde. Et, chacun le sait, ces bruits ne sont pas rassurants. L’idée, sans doute qui émerge de tout ça, c’est qu’il vaut mieux être rattaché, même de loin, à un grand pays démocratique, que de courir le risque d’une dictature locale ou étrangère difficilement contrôlable. Les exemples de ces petits pays fort mal gérés, abondent.

OK, le statut quo actuel, n’est pas du tout satisfaisant. Je ne suis pas le premier à dénoncer les pharamineux déséquilibres socio-économiques de notre ile. C’est la raison pour laquelle les réunionnais, dans leur grande majorité, semblent demander à la France, un petit effort. Il ne s’agit d’ailleurs pas obligatoirement d’un effort financier, mais un effort d’intelligence et d’imagination. Notre ile possède un formidable potentiel, foncièrement et abusivement sous-estimé. La politique de comptoir qui a si longtemps prévalu ici, n’est pas morte, malheureusement. En combinant deux actions : limiter la perfusion d’un territoire appauvri et stimuler les multiples activités locales possibles, on peut, avec une volonté politique éclairée, faire de ce territoire tropical béni des dieux (l’eau, le soleil et les microclimats abondent ici comme nulle part ailleurs), un véritable paradis. Et, dans le monde infernal dans lequel nous vivons, cet exploit pourrait faire tache et inspirer d’autres pays pour rééquilibrer leurs économies, et les rapports homme/nature. Cette petite planète en miniature a, à mon sens toutes les potentialités pour, avec l’aide de la France, y parvenir.

François-Michel MAUGIS
http://wwwassee.fr

Références historiques :

https://www.portail-esclavage-reunion.fr/documentaires/abolition-de-l-esclavage/chronologie-des-abolitions/

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une journée solidaire

Le 15 février 2024 l’association solidarité réunionnaise pour un meilleur lendemain a fait une distribution de denrées alimentaire d’envergure.

Pathétique Poutine ou la maladie du pouvoir

Si je devais évoquer le flair d’un animal face à Poutine, je m’identifierais à un vieux « renard » afin de me rendre compte de sa structure psychologique névrotique complexée sous-jacente. Biden et...

Groupes électrogènes : « Un audit est nécessaire »

Cette lettre s’adresse aux responsables de la Sécurité Civile : l’Etat et les Collectivités. Lors du dernier phénomène cyclonique, des commerçants ont fait la promotion de groupes électrogènes. Anticipant des coupures d’électricité prolongées, des clients faisaient la queue devant certains magasins. La peur des avaries alimentaires a poussé de nombreux Réunionnais à se doter de ce moyen de secours.