Revenir à la rubrique : Faits divers

St-Benoit : Le tireur fou était menacé avec un sabre

Une altercation qui a éclatée entre des rivaux samedi dernier se termine aujourd'hui à la barre du tribunal correctionnel. Les auteurs sont aussi des victimes. Le premier mis en cause a tiré au fusil de chasse sur le second après avoir été menacé avec un sabre.

Ecrit par Régis Labrousse – le mercredi 08 juin 2022 à 17H24

Jean V. est un habitué des tribunaux. Sa triste carrière y a débuté en 2007 devant le tribunal pour enfants. Il collectionne les mentions à son casier judiciaire, 17, et sa dernière condamnation remonte à 18 mois pour des faits de rébellion et de port d’arme.

Samedi 4 juin dernier, il a encore défavorablement fait parler de lui. Ce mercredi, c’est pour des menaces, des violences et des dégradations qu’il se trouve une fois de plus à la barre d’une des salles d’audience du Palais de justice de Champ-Fleuri. 

Interrogé brièvement sur les faits qui lui sont reprochés, il indique au président de l’audience de comparution immédiate, Stéphane Duchemin, qu’il a agi pour se protéger car il a été poursuivi par des assaillants jusque chez lui.

Le Portois d’origine se serait alors muni d’un fusil de chasse qui n’a toujours pas été retrouvé. Il aurait tiré une fois en l’air et une seconde fois en direction du sol, impactant le véhicule d’un de ses rivaux. Ces derniers seront d’ailleurs également poursuivis pour violences avec arme. Ils avaient effectivement menacé le prévenu avec un sabre.

« Vous avez un recours aux armes qui est plus facile que d’autres, le fusil ce n’est pas rien », tacle le président saisi d’une demande de délai afin que le mis en cause, dont les faits et gestes ont été immortalisés sur une vidéo, ait le temps de préparer sa défense.

Pour le parquet, il est impératif que le trentenaire reste écroué jusqu’à son procès. Un avis que ne partage pas son avocate qui plaide en faveur d’une surveillance électronique ou d’un placement sous contrôle judiciaire pour son client. « Il doit suivre une formation  pour devenir médiateur. D’autre part, il a deux enfants en bas âge et sa compagne est enceinte »,  rapporte la robe noire.

Après en avoir délibéré, le tribunal maintient Jean V. en détention provisoire afin de prévenir le renouvellement de l’infraction. Le contexte de cette histoire ainsi que le casier judicaire du délinquant n’ont pas joué en sa faveur. Le procès aura lieu le 6 juillet prochain. 
 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Contrôles routiers : La Police relève 122 infractions

Les effectifs de la Direction Territoriale de la Police Nationale de La Réunion ont réalisé sur le département 15 opérations de sécurisation et de sécurité routière au cours de ce week-end du 1ᵉʳ au 3 mars 2024, permettant de relever 122 infractions, dont 15 délits.