Revenir à la rubrique : Faits divers

Saint-André : Ils violentent l’employé qui barre la route pour des travaux

Une famille salazienne s’en est pris à un employé qui sécurisait le barrage qui coupe la route de Salazie du côté de Saint-André. L’altercation a tourné au pugilat. Deux auteurs présumés sont convoqués devant la justice en mars 2023 pour répondre de violences avec arme.

Ecrit par 2181159 – le mercredi 27 juillet 2022 à 16H14

Des travaux de purge sont en cours sur la route de Salazie côté Saint-André. Des purges nécessaires qui entraînent malheureusement la chute de galets sur la chaussée pouvant être potentiellement dangereuse pour les automobilistes. Aussi, des coupures de 40 minutes ont lieu plusieurs fois par jour, jusqu’au 18 août.

Vendredi 22 juillet dernier, un employé de la société chargée des travaux qui assurait la coupure de la circulation a été pris à partie par un automobiliste qui a forcé le barrage. Il aurait volontairement frôlé l’employé. La situation a dégénéré d’autant plus que la famille du conducteur est arrivée armée sur les lieux et a violenté le salarié.

Identifiés, les auteurs présumés ont été interpellés par les forces de l’ordre et placés en garde à vue. Parallèlement, la société chargée des travaux et la personne molestée ont porté plainte.

Les mis en cause, membres d’une même famille, sont convoqués devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis en mars 2023 pour répondre de leurs actes.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Inéligibilité d’André Thien Ah Koon : Le jugement d’appel confirmé

Une erreur dans le libellé du jugement rendu par la cour d’Appel en mai dernier a permis au maire du Tampon de continuer à exercer ses différents mandats encore quelque temps. Ce jeudi, après avoir évoqué l’affaire en chambre du conseil et à huis clos, la cour a corrigé l’erreur et confirmé l’inéligibilité de l’édile.